Magazine Côté Femmes

Mon expérience de dating en ligne

Publié le 16 juin 2015 par Lamallette @Lamallette1
  • Mon expérience de dating en ligne

Mon expérience de dating en ligne

Par Gen L. Watson

Pour commencer, je suis honorée que Mélissa ait pensé à moi pour vous parler de mon expérience sur les sites de rencontres. Je crois qu’une petite présentation est de mise avant d’entrer dans le vif du sujet. J’étais une hopeless romantic de 28 ans faisant énormément d’anxiété sociale, avec une vraie phobie pour les rendez-vous amoureux. C’est un très mauvais départ quand vient le temps de trouver l’amour n’est-ce pas?

Le début de l’histoire

Il y a un peu moins d’un an, j’ai décidé de tenter ma chance sur des sites de rencontres. Je me suis inscrite à plusieurs sites afin d’en faire un compte rendu sur ma chaîne YouTube. J’ai toujours refusé d’utiliser ce moyen, car je voyais ça comme une défaite. M’approchant dangereusement de la trentaine et ayant une vie amoureuse plus que désertique, j’ai laissé ma curiosité prendre le dessus. Je me suis aussi dit que ce qui comptait le plus n’était pas tant le moyen d’y arriver, mais plutôt le résultat. Si ces fameux sites me permettaient de rencontrer l’homme de mes rêves, alors qu’est-ce que j’avais à perdre? Après tout, si je finis mes jours toute seule, au moins, je le ferai sans regret et en sachant que j’ai pris des risques.

Je gardais en tête que je voulais utiliser mon expérience pour faire des vidéos sur ce sujet et je me suis donc abonnée à 6 sites, ayant une approche très analytique sur la question. Je mentirais si je disais que je n’avais pas un peu d’espoir que ça puisse réellement donner des résultats. Après tout, il doit y avoir une bonne majorité de garçons qui sont ici pour les mêmes raisons que moi non? BUT BOY WAS I WRONG!!!

11390104_1597439933856540_1781308094999102037_n

J’ai donc commencé à «magasiner». C’est vraiment la seule façon de décrire le sentiment d’être sur un site de rencontres. Entrer nos critères puis passer des pages et des pages de garçons en en ajoutant certains comme favoris et, la plupart du temps, passer au suivant. Ce processus est tellement forcé et tout sauf naturel, mais Ô combien addictif. C’est devenu la première chose que je faisais en m’ouvrant les yeux le matin et la dernière chose en me couchant le soir. C’est complètement absurde le nombre d’heures qu’on peut passer à regarder des profils.

Je dois admettre que chaque fois que je voyais une petite enveloppe pour m’annoncer que j’avais reçu un nouveau message, mon coeur rempli d’espoir battait un peu plus vite, mais ce n’était malheureusement jamais ce que je cherchais. J’en ai vu de toutes les couleurs avec ces messages. Un charmant mot d’un garçon qui n’était tout simplement pas mon genre, des écrits qui ne devraient tout simplement pas être répétés vu leurs niveaux de vulgarité et aussi des offres de prostitutions. Et après ils disent que la galanterie est morte… Pfff, mais voyons!! J’ai même un garçon qui voulait que je l’utilise pour faire mon ménage, pelleter ma cour et tondre mon gazon. En y repensant j’aurais peut-être dû accepter son offre… Mais non je blague!

;)

À certaines occasions j’ai décidé de répondre à un message, mais c’est presque toujours la même histoire: après quelques messages aller-retour, on arrête tout simplement de s’écrire, sans aucune raison apparente. La grande majorité étaient des conversations à sens unique. On dirait qu’ils se sont tous passer le mot pour ne faire aucun effort. Je pose une question, ils répondent le minimum et c’est tout. Je déteste le small talk et apprendre à connaître quelqu’un en général peut être une épreuve pour moi. Alors c’est bien naturel qu’il y ait un effort qui se fait des 2 côtés, mais ce n’était pas le cas.

chat

La rencontre physique

Un jour, je suis tombé sur un garçon spécial. Ce garçon semblait parfait sur papier et il avait la bonne réponse à tout. J’aurais voulu écrire moi-même nos conversations et je n’aurais pas été capable tellement il était tout ce que je cherchais. Après environ 2 mois à discuter, nous nous sommes finalement donné rendez-vous. J’étais tellement sur les nerfs. J’espérais plus que tout ne pas le décevoir. Mais en même temps, je me demandais ce que j’allais faire si ce n’était pas réellement lui sur les photos. J’avais d’autant plus peur, car ça m’était arrivé une fois de rencontrer quelqu’un de BOF, qui n’était pas du tout la même personne que sur ses photos, et que j’avais invité chez moi!!! Je sais, quelle erreur complètement stupide. Mais ça c’est une autre histoire… De retour au garçon idéal! Nous nous sommes entendus sur une sortie toute simple comme je les aime: aller prendre une marche. C’était le soir de l’Halloween, ce qui rendait cette soirée encore plus propice à aller se promener. Je lui ai proposé d’aller dans un de mes endroits préférés de Montréal, mon petit coin secret du vieux port.

Le moment arrivé, je me rendis à notre point de rencontre. Oh mon dieu… So many things could go wrong!!! J’étais absolument terrifiée. Je suis arrivée en premier. Les 5 minutes d’attente furent interminables. J’entendis des pas derrière moi… C’était lui, il était là!!!! Il était presque exactement comme je l’imaginais, mis à part quelques petits détails futiles.

onchat

C’est fou comme apprendre à connaître quelqu’un par écrit et en personne, c’est complètement différent. Je pensais qu’il y aurait moins de pression comme nous nous connaissions déjà sur papier et que la discussion était tellement facile. Mais en vrai, c’est une autre histoire. Le malaise du premier rendez-vous était définitivement présent. J’avais un sentiment étrange. Je ne pensais pas avoir de ses nouvelles après ce soir-là. Apparemment j’avais tort, parce qu’il m’a réécrit le lendemain. C’est environ 3 semaines plus tard que nous avons perdu contact et je n’ai pas réentendu parlé de lui. Je n’ai jamais compris ce qui c’était passé.

Je mentirais si je disais que ça ne dérangeait pas, ces histoires. Le fait de savoir que l’on peut être si facilement disposable avec tous ces garçons qui ont complètement arrêté de répondre du jour au lendemain sans raison apparente. Ma confiance en moi en a pris un méchant coup par moment. Pendant une période, j’ai franchement perdu de vue qui j’étais. J’ai baissé mes standards et je suis restée en contact avec des gens qui ne me traitaient pas bien, juste pour ne pas être seule, ce qui est complètement contre mes principes.

J’en ai eu assez de ces messages sans avenir et j’ai effacé tous mes comptes. Je n’ai jamais été aussi bien célibataire depuis que j’ai lâché prise. J’ai décidé de prendre une pause de toutes ces histoires et de me concentrer sur ce qui compte le plus pour moi: ma famille, mes amis, ma carrière et tout simplement les petites bonheurs de la vie. Après tout, ne pas être en couple ne veut pas nécessairement dire être seule, il suffit de bien s’entourer. Je sais ce que je vaux plus que jamais et aucun garçon ne va m’en faire douter à nouveau.

Le plus triste là-dedans, c’est que je suis certaine que si j’avais rencontré certains de ces garçons en personne, l’histoire aurait pu être différente. C’est impossible de complètement connaître quelqu’un et de bâtir quelque chose en photos et par écrit, à mon avis.

Mais dans la vie, il n’arrive rien pour rien. Toutes ces histoires m’ont définitivement aidé à vaincre ma peur des dates. Ce que je retiens de tout ça, c’est que j’ai appris à ne pas me faire d’attentes, de simplement laisser les choses aller. J’ai énormément appris sur moi, du positif et du négatif, mais j’ai beaucoup grandi avec toutes ces histoires. J’ai un peu perdu ce côté hopeless romantic. En fait, je crois que je l’ai refoulé et seulement une personne très spéciale sera capable de le faire ressortir.

ordi

Le mot de la fin

C’est important de prendre toutes ces expériences non pas comme des défaites, mais comme des leçons et d’en tirer quelque chose de positif pour en sortir grandi, plutôt que d’emporter le bagage d’une mauvaise histoire dans une autre relation. Croyez-moi, je comprends absolument que, lorsqu’on est dans la situation et que quelqu’un nous fait mal, c’est dur à croire qu’un jour on va se sentir mieux. Ça nous fait douter de nous-même, et nous fait croire que nous ne sommes pas good enough, mais ne laissez jamais quelqu’un vous faire sentir comme si vous n’étiez pas suffisant, parce que nous méritons ce qu’il y a de mieux. You are someone’s everything, the catch is to find him or her. En attendant il faut profiter de la vie, à sa propre manière!


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Lamallette 22602 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazine