Magazine Médias

SAVEURS > Delpeyrat x Guy Martin : le "made in France" est à la fête

Publié le 16 septembre 2015 par Fab @fabrice_gil
Malgré la crise, les Français ne boudent pas leur plaisir durant les fêtes. Picoré à l'apéritif ou dégusté en hors d’œuvres, le foie gras ouvre le bal d’une multitude de plats choisis. Pour la seconde année consécutive, Delpeyrat invite le Chef étoilé Guy Martin du restaurant Le Grand Véfour a brillé de ses nombreuses prouesses culinaires.  

Photo ©Delpeyrat

La célèbre marque du sud-ouest Delpeyrat propose deux nouvelles recette de foie gras à l’approche des fêtes de fin d’année, deux foies gras signés Guy Martin, imaginés autour d’un produit issu d’une filière de production unique, composée d’ingrédients associés avec talents. Ainsi, le chef Guy Martin a choisi d’associer un Vouvray Moelleux, grand vin de tradition française et des grains de poivre sauvage de Madagascar aux arômes fruités pour l’un. Le second dévoile un tour du monde des épices : poivre du Paradis (Afrique), de Cubède (Inde), de Sarawak (Bornéo) et de Voatsiperifery (Madagascar). "J’ai travaillé ces foies gras, comme je travaille au Grand Véfour. Cela se traduit par le travail des produits et l’envie du moment. Sur la préparation de la première recette, quinze à vingt aller-retour ont été effectué pour obtenir le meilleur résultat. Nous sommes sur des foies gras mi-cuits, travaillés avec des poivres choisis. Nous avons ajouté un vin moelleux Vouvray 2005, ce qui offre en bouche des notes de fruits confis. Avec l’alliance du vin vous découvrez des saveurs de pêche, d’abricot, du pruneau aussi, mais tout en restant sur une vraie fraîcheur. Quand vous le dégustez, le palais n’est pas saturé de sucre. Avec les équipes, je suis très fier du résultat. Pour vous tout vous avouer, chaque année je préparais moi-même le foie gras pour ma famille et mes amis. Cette année, je vais le commander chez Delpeyrat". Par le passé, Guy Martin avait déjà collaboré avec la filiale, mais uniquement pour le Japon : "Mon histoire avec Delpeyrat à démarrer avec l’ancien président Thierry Blandinières, et ensuite Dominique Duprat. Ils m’avait demandé de les conseiller sur le développement du marché japonais. Dans un premier temps, j’ai visité leur ferme pour en comprendre le bon fonctionnement. Et puis je me suis rendu dans le Sud-Ouest pour rencontrer des éleveurs, des paysans. J’y ai retrouvé la même mentalité que mes grands-parents, eux-mêmes paysans, c’est-à-dire des gens du travail, de petite ferme. Tout naturellement, les choses ont marché. La qualité du produit est rassurante : des canards de souches françaises, vivant sur place, élevés avec une alimentation locale. Depuis deux ans je développe des recettes, et particulièrement cette année, avec un outil de cuisson à plus basses températures, ce qui permet de réaliser un foie gras plus moelleux. Bien entendu la DLC (date limite de consommation) est plus courte, mais nous gagnons tellement en qualité !"
"Le marché du foie gras en France se porte bien" explique Dominique Duprat, directeur général adjoint en charge du commerce, du marketing et du développement à l'international. "Les français aiment se faire plaisir durant les fêtes de fin d’année. Même en période de crise, la table reste pour la famille et les amis un élément important. Si Delpeyrat est la marque n°2 préférée des français, peu importe, le plus important reste la qualité du produit." La filiale de Maïsadour se félicite des succès de son foie gras au Japon, désormais deuxième consommateur mondial derrière la France et devant l'Espagne. Delpeyrat y en a vendu 50 tonnes pour un chiffre d'affaires de 5 millions d'euros en 2014. Le marché taïwanais lui aussi s'est ouvert aux produits de la marque : "... un pays de 23 millions d'habitants très amateur de bonnes tables". L'homme insiste, explique que : "Delpeyrat n’est pas un fond d’investissement ou une société côté en bourse. Nous représentons des agriculteurs, des producteurs de maïs et de canard. Nous travaillons avec un groupe qui représente 8.000 agriculteurs coopérateurs d’autres univers agro-alimentaire. Seuls 200 producteurs du grand sud-ouest travaillent à nos côtés."Si en 2012, Delpeyrat a racheté la saumonerie de Brioude Robert Delmaset une série de sites industriels pour se lancer dans le saumon fumé d'Irlande, les ambitions toutes récentes d'exportation de vin n'ont pas été couronnées de réussite. Cette diversification essentiellement destinée aux marchés russe et chinois a été lancée au pire moment, qu'il s'agisse de l'embargo russe ou du coup de frein sur les achats de vins étrangers en Chine. Delpeyrat, qui devrait réaliser un chiffre d'affaires de l'ordre de 500 millions d'euros sur l'exercice clos au 30 juin dernier, précise avoir réalisé 10 % de son activité à l'export. Il entend doubler ses revenus à l'international pour atteindre 100 millions d'euros d'ici à 2020.FG 

Foies gras Delpeyrat x Guy Martin 200g - prix : 23,95€

A retrouver mi-octobre en grande distribution

Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Fab 4306 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines