Magazine Société

Petit conte patriotique lorrain

Publié le 16 septembre 2015 par Groupe Ble Lorraine @BLElorraine

Les contes de Fraimbois ont été publiés entre la fin du XIXème siècle et la terrible année 1914, sous la forme de petites cartes postales humoristiques, parfois grivoises, toujours moralisantes. Les textes, rédigés en patois de Lunéville, sont attribués à A. Grandjacquot et F. Rousselot, mais sans certitude. Publiés pour la première fois par J. Lanher en 1978, ils appartiennent pleinement à notre patrimoine régional. En voici un particulièrement intéressant.

emblème Croix de Lorraine

L’année 1912 était à son déclin, on était aux regains. Le Claude Watrin retournait, d’un coup sec de râteau, des andains qui étaient particulièrement drus et finement parfums. Çà et là ses yeux d’un bleu de faïence, qu’une casquette à large visière protégeait du soleil rasant de septembre, sur les coups de cinq heures de l’après-midi, ne pouvaient s’empêcher d’être fascinés par les tâches violettes du colchique, particulièrement abondant, qui émaillaient la prairie le long de la rivière, en dessous de Chambrey. Il quitta son travail un court instant, juste le temps de venir inspecter les eaux de la Seille. C’est tout juste s’il apercevait dans quel sens elle poussait son courant gris et trouble. Et l’esprit de notre homme s’en alla ailleurs, en face, là où il allait quelquefois, c’est vrai, sans qu’on le lui interdise. Il songea à son fils, qui portait l’uniforme à Metz, où il faisait son temps. Que dire ? Que faire ? Cela ne durerait pas toujours …

Un bruit mat de sabots de cheval, répercuté par le sol qui se desséchait un peu plus chaque jour à la sortie d’un été qui avait été chaud, le fit se retourner. A petite distance de lui, maintenant, se profilait la silhouette d’un cavalier en uniforme : le Claude identifia tout de suite un commandant de cavalerie. Poliment, il ôta sa casquette et salua l’officier qui était fort bel homme, non toutefois sans mettre dans sa voix une pointe de je ne sais quoi d’irrespectueux, d’un sonore et distinct :

-  Bonjour, mon commandant !

-  Bonjour, mon bon ami, lui répondit l’homme à cheval.

Et il allait continuer son inspection le long de la rivière qui faisait, là, frontière entre la France et l’Allemagne, lorsqu’il se ravisa. Immobilisant son cheval, il questionna :

-  Au fait, mon bon ami, comment écririez-vous « commandant » ?

Le paysan retira à nouveau sa casquette qu’il se mit à tortiller, curieusement. Il marqua un long silence. Puis, fixant droit dans les yeux son interlocuteur, il répondit : 

-  Ecoutez voir un peu, mon commandant … Que je vous dise … Comme on n’est plus Français, je ne l’écrirais pas avec un C. Comme on n’est pas encore Allemands, je ne l’écrirais pas non plus avec un K. Mais comme on est Lorrains … je l’écrirais avec un Q !

Le commandant et son cheval avaient déjà rejoint la grand-route qui traversait le village. Le Claude Watrin s’était remis au travail qui pressait. La Seille se mit, lui semble-t-il, à retenir davantage ses eaux qui restaient troubles et grises.

Analyse du conte

Ce petit conte, assez drôle au fond, mérite quelques explications. On pourrait le qualifier d’histoire à rire « patriotique ». Le lieu où se déroule la scène n’est pas anodin. Chambrey, petit-village situé près de Château-Salins, est devenu, depuis l’Annexion de 1871, un village frontière, dans lequel les Allemands avaient construit une importante gare. La Seille, dans cette partie de la Lorraine, servait effectivement de frontière entre les deux Etats. Le fait, d’ailleurs, qu’elle paraisse retenir ses eaux est un symbole utilisé ici pour montrer qu’elle ne veut pas filer vers Metz, et donc vers l’Allemagne.

On apprend dans le récit que le fils de Claude Watrin (un nom bien lorrain) fait son service militaire à Metz, sous l’uniforme prussien évidemment. Et le paragraphe de conclure par la phrase : « cela ne durerait pas toujours ». Une phrase qui fait écho au célèbre « ce n’a me po tojo » (ce n’est pas pour toujours) apposée en 1873 dans la Basilique de Sion …

Quant à la réponse du Claude Watrin, elle est tout bonnement épique ! Elle proclame fièrement, à sa façon, la maxime si populaire pendant l’annexion : Français ne peux, Allemand ne veux, Lorrain je suis ! Sauf que là, c’est écrit avec un Q. Certainement le même Q que celui avec lequel l’employé communal avait orthographié Catherine, dans un autre conte de Fraimbois …

Kévin GOEURIOT, Historien de la Lorraine et professeur d’histoire-géographie, pour le Groupe BLE Lorraine.

Spécialiste de la Lorraine, de son histoire, de son identité et de son patrimoine, Kévin GOEURIOT travaille actuellement à la réalisation d’un ouvrage dans lequel seront recensées toutes les fêtes et traditions du calendrier lorrain. Il vient également de publier, aux Editions du Quotidien, Quand la Lorraine sera française, un roman historique évoquant la mort du Duc Stanislas et l’incorporation de la Lorraine à la France.


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

  • L’homme le plus grand du monde rencontre l’homme le plus petit

    L’homme le plus grand du monde et l’homme le plus petit se sont rencontrés pour la première fois jeudi à Londres. Le Turc Sultan Kösen et ses 2,5 mètres et le... Lire la suite

    Par  Lhommecontemporain
    SOCIÉTÉ
  • Un petit pas pour l’homme, un grand pas pour la planète Terre !

    petit pour l’homme, grand planète Terre

    #transitionenergetiqueChez PDS, nous sommes très sensibles aux entrepreneurs qui cherchent à développer de nouvelles techniques dans le but de réduire la factur... Lire la suite

    Par  Blanchemanche
    POLITIQUE, SOCIÉTÉ
  • Petit Beur vs Petit Ecolier

    Petit Beur Ecolier

    Non on ne parlera pas de biscuits pour le gouter! Je n’ai, sciemment pas parlé des événements récents parce que finalement Kouachi Koulibali et Charlie,... Lire la suite

    Par  Ninnissa
    CONSO, HUMEUR, SOCIÉTÉ
  • Petit tour chez les pirates

    Petit tour chez pirates

    Dimanche dernier, guet-apens. Rien de moins. Retour quelques jours auparavant alors que 2 (ou 3 ?) verres de vin bio sans sulfites avaient gentiment tanné le ... Lire la suite

    Par  Emmanuel S.
    COACHING SPORTIF, SOCIÉTÉ, SPORT
  • Cuisiner à petit budget

    Cuisiner petit budget

    Alimentation saineTrucs pour manger à petit prixQui n’a jamais connu des fins de mois difficile ? Des jours où le frigo est aussi vide que notre porte monnaie…... Lire la suite

    Par  Raymondviger
    HUMEUR, MÉDIAS, SOCIÉTÉ
  • Le petit chat sur la piscine

    petit chat piscine

    Des billets de rien, j'aime bien moi aussi... Un petit morceau de vie de la semaine dernière, quand le petit chat gris qui a élu domicile dans notre jardin,... Lire la suite

    Par  Falconhill
    POLITIQUE, SOCIÉTÉ
  • Le petit philosophe : La minuscule

    Lui: on est intelligent quand on ne suit pas le programme Elle: tu veux dire que nous sommes tous programmés... comme un vulgaire logiciel Lui: tout à fait... Lire la suite

    Par  Le Journal De Personne
    CULTURE, HUMEUR, SOCIÉTÉ

A propos de l’auteur


Groupe Ble Lorraine 50670 partages Voir son profil
Voir son blog

Magazine