Magazine Science & vie

Le Pouvoir de l 'Imaginaire (429) : la gravité quantique est elle valide?

Publié le 24 septembre 2015 par 000111aaa

Dans ce premier article où je mets en avant  mes  grattements d’oreille  à propos de l’existence des ondes gravitationnelles  et la difficulté de préciser même ce que l’ on  doit chercher ,   je me vois malgré tout  obligé de reconnaitre  que le comité  NOBEL   a déjà  fait un premier pas en 1993.….Russell Hulse et Joseph Taylor nous  auraient  ( parait-il)fourni une preuve indirecte de l'existence de telles ondes en observant le pulsar binaire PSR B1913+16 et en montrant que sa période orbitale décroît précisément comme le prédisait  la théorie de la relativité générale  à condition que  l'on considère que ce système perde  cette énergie  sous cette forme d’ondes  …..

- « Formidable Olivier  ! » me dites-vous … «  Toi qui te demandais  quelle était la vitesse de  propagation du champ de gravité  …  et surtout   comment on s’aperçoit que ces ondes existent !  Tu as la réponse !»

-«  Ah ouais !Tu crois ?  Tout ce que je sais  c’est que le  pulsar composé de  2 étoiles  à neutrons  émet des impulsions dans la bande radio  et que  si le système modifiait  sa période orbitale   ,( par exemple par  rapprochement et accélération   brusque  de cette période il y aurait alors  variation d’énergie ….….

-« Et alors ? … »

- « Eh bien  une approximation de cette énergie rayonnée  serait  décrite par la formule du rayonnement quadripolaire du  grand Albert !Et on passerait de l’observation d une onde radio électromagnétique à une autre d’un type différent  ! » ……

-« Et cela se traduirait   par quel type d’observation ? »

-«  La propagation de l’onde gravitationnelle   lors de  la coalescence de 2 corps massifs   se déroulerait  pour un couple de binaire a neutrons en coalescence  suivant un graphique  I= f (t)  suivant : voir aussi mes photos :

 Binary systems made up of two massive objects orbiting each other are an important source for gravitational-wave astronomy. The system emits gravitational radiation as it orbits, these carry away energy and momentum, causing the orbit to shrink.[1][2] Shown here is a binary white dwarf system, an important source for space-borne detectors like eLISA. The eventual merger of the white dwarfs may result in a supernova, represented by the explosion in the third panel.

Gr

Example Inspiral Waveform

-«  Et notre manip de mesure  ,ce serait alors  quoi?

-«  …Se ferait par les deux bras perpendiculaires d’un interféromètre de  MICHELSON  laser  astral   dont l’un diffèrerait de  l’autre à moins  d’un milliardième de milliardième en relatif (delta L /L) lors du passage de l’onde gravitationnelle   ….

-« AH C’ EST PAS DU TOUT CUIT !DIS DONC …..Tu vois cela réalisé pour quand ?

-« Dans 10 ans peut-être et si le LISA pathfinder fonctionne !

--------------------------------------------------------------------------

Vous ne vous rappelez peut être pas que  j’ai terminé   le précédant article par une interrogation : « Alors mon correspondant  DM  qui traite le système de PLANCK   par le mépris a-t-il raison ? »…J’Y joins aussi  le commentaire récent  de  mon autre correspondant( JJM  ) qui ne voit aucune  nécessité  de  se forcer  à réunir par un arsenal mathématique  la gravitation  G  aux deux autres constantes …. Mon explication est  banale  et de nature  historique et épistémologique ….. Si au cours du 20ème siècle  les physiciens  se sont aperçus que   c  correspondait  au régime des objets ”rapides”,  h  au régime des objets ”petits” et G au régime des objets ”lourds”, il était   prévisible  et je dirais même inévitable  de les voir rechercher à quelles conditions  il fallait se mettre  pour les voir PEUT ETRE  interagir les 3  ensemble  …Et mon graphique d hier sur les valeurs des 4 interactions    montre que les conditions se rejoindraient  peut être  pour des valeurs   d’énergie et d’échelles d’espace  inobservables !!!

-----------------------------------------------------------------------

 Allons plus loin ….Supposons qu’on veuille sonder une région de l’espace-temps de longueur L(P) , la longueur de Planck. Qu’est ce qui s’ y passe ? Il faut alors utiliser un rayonnement dont l’énergie associée est E = hc/L(P) ……Mais  comme le rayon de Schwarzchild associé  à une telle énergie est égal à E/c² .G /c² =Gh/L(p)c3   ….cela signifie qu’en voulant observer une région de l’espace-temps  à cette échelle, on crée  un trou noir qui l’englobe. En définitive  ,on ne peut donc pas extraire d’information physique sur la géométrie `a ces échelles de distances !

-----------------------------------------------------------------------

On devrait donc en déduire que  l’espace-temps est lui aussi gouverné par les lois quantiques et les phénomènes d’incertitude probabilistes ,… ce que pourtant je ne ferai pas !

Pourquoi ? On va reparler du système d unités de  PLANCK !

 A SUIVRE

.


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


000111aaa 168 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazine