Magazine Santé

JEUX VIDÉO: Ils font grossir, surtout les jeunes femmes! – BMC Public Health

Publié le 25 septembre 2015 par Santelog @santelog

JEUX VIDÉO: Ils font grossir, surtout les jeunes femmes!  – BMC Public HealthCette étude de l’Université de Göteborg, menée auprès de 2.500 participantes, montre que les jeunes femmes aussi, qui s’adonnent aux jeux sur écran ont un risque bien spécifique de développer un surpoids voire une obésité. Une conclusion, étayée dans la revue BMC Public Health, à méditer: 2 heures de jeu par jour c’est à terme près de 4 kilos en plus.  

Les chercheurs de l’Université de Göteborg ont suivi plus de 2.500 jeunes adultes, âgés de 20 à 24 ans et les interrogés 0 3 reprises (en 2007 (n=6735), 2008 (n= 3928) et 2012 (n = 2593)) sur la durée passée sur écran, pour discuter ou jouer à des jeux, durant leurs temps de loisirs. L’équipe a regardé ensuite comment la durée d’écran pouvait affecter leur IMC. Leur analyse conclut que les jeunes femmes de poids normal au début de l’étude et qui ont joué des jeux pendant au moins 1 heure par jour, ont un risque plus élevé de développer un surpoids (IMC >25) à 5 ans (durée du suivi) vs les jeunes femmes qui ne jouent pas sur écran.

2 heures par jours, c’est 4 kilos de plus à 5 ans : Ainsi, jouer 2 heures par jour sur écran ou plus est ici associé pour une jeune femme de taille et de poids moyens à une prise de poids supplémentaire de 3,7 kilos. De plus, cette estimation prend en compte, les autres facteurs de risque d’obésité dont l’âge, l’activité, la pratique de l’exercice physique, le sommeil et le soutien social perçu et même la durée totale quotidienne passée sur écran. L’activité de jeux vidéo est onc ici spécifiquement en cause, ces résultats suggérant qu’elle vient s’ajouter aux autres usages et accroître la sédentarité globale.

Cette constatation ne vaut pas pour les hommes ! Curieux résultat qu' »il est difficile d’expliquer « , commente l’auteur principal, Sara Thomée, qui envisage d’autres études pour identifier les causes possibles de cette différence d’effets chez les jeunes femmes et chez les hommes.

Néanmoins, les jeunes femmes apparaissent avec cette étude comme un groupe particulièrement sensible à cette forme de sédentarité et donc une cible importante pour les initiatives de prévention de l’obésité, par la réduction de la sédentarité.

Source: BMC Public Health 2 September 2015 doi:10.1186/s12889-015-2131-5 Leisure time computer use and overweight development in young adults – a prospective study

JEUX VIDÉO: Ils font grossir, surtout les jeunes femmes!  – BMC Public Health
Plus de 50 étudessur Ecrans et Santé


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Santelog 62405 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazine