Magazine Solidarité

Sainte Lucie West-Coast !

Publié le 25 septembre 2015 par Humanimer
Sainte Lucie West-Coast !

Magnifique mais trop touristique !

Arrivé à Rodney Bay, trois bateaux viennent nous aborder tour à tour sans nous laisser le temps de faire un petit break ! Le premier pour nous vendre des fruits, le second pour vendre du poisson ou du poison (herbe/shit), et le troisième pour de l'herbe ou de la cocaïne... Thanks guys, we don't have money (for your stuff)!!! A chaque fois qu'on arrive à se débarrasser d'un des bateaux, ils demandent au moins un verre de rhum ou une bière avant de partir. Tout le monde demande du rhum (voir plus bas) !

Cependant, la baie est magnifique ! On a d'abord mouillé l'ancre en face de la plage. Puis, le lendemain, nous sommes remontés un tout petit peu (pointe NW de la baie) car il y a un beau spot de snorkling (plongée palmes/masque/tuba). De belles vidéos sont à venir ;)

Au niveau de la marina et de la plage, tout est extrêmement cher ! 3 à 4 fois les prix qu'on trouve à l'intérieur des terres... Le problème est qu'on a pas vraiment le choix car le premier village est très loin.

Nous avons donc rapidement décidé de naviguer vers Marigot Bay pour voir ce que ça donne las bas. Toujours aussi magnifique, toujours aussi cher ! L'entrée est étroite donc bien plus difficile à la voile. D'autant plus que le vent arrivait du fond de la baie.

Le seul gars qui est venu nous aborder est un gars qui s'occupe d'une partie des mouillages. Sans qu'on ne demande rien, il a voulu nous aider pour notre manœuvre de prise de mouillage mais a juste perturbé notre travail... Résultat, seconde prise de mouillage à faire... Et lui qui demande à être "récompensé" s'il nous aide à pousser le bateau pour qu'on ai pas à nouveau à sortir les voiles et tirer des bords. Nous lui offrirons 2 verres de rhum après qu'il ai longuement insisté.

Le premier village n'est pas très loin mais l'accès se fait en une 20aine de minutes par une pente extrêmement raide. Pour internet, pas le choix, il faut rester à la marina. On s'assied sur le trottoir pour profiter d'une connexion internet ouverte. Le café coûte 3 euros (8$ caraïbéains)!!! Les gens sont sympas quand ils nous voient pour la première fois. Mais lorsqu'ils voient qu'on ne consomme pas, nous n'avons plus aucun intérêt à leurs yeux et nous n'avons plus le droit au bonjour d'usage.

Après deux jours à Marigot Bay, Lucas décide de retourner en Martinique car il n'a pas les moyens ni l'envie de rester dans cette ambiance basse saison du tourisme de masse.

Pour ma part, je continue vers Petit et Grand Piton, au SO de l'île. Il n'y a pas de vent à l'ouest de l'île et j'avance à peine à 1N de moyenne (3km/h). Je finis par m'arrêter à mi-chemin dans une petite anse : l'Anse de Canaries ! Ce sera ma meilleure étape à Sainte Lucie!

J'atterris en face d'un petit village. Ici peu ou prou de tourisme. A mon arrivée les villageois me font de grands signes pour m'indiquer où poser l'ancre. Il y avait trois bouées sur lesquelles étaient amarrés de petits canots de pêche. Je me doutais qu'il faille mouiller pas loin, mais en avoir la confirmation avant d'arriver à la voile fut fort bienvenue.

Le lendemain, je commence ma journée par un peu de snorkling, près d'un rocher, à proximité du mouillage. Il y a un amas de Lambis déjà préparés pour faire corne de brume (Lambis : voir vidéo du tour des yoles). Je n'y ai pas touché car il devait s'agir d'une réserve d'un pêcheur destinée à la vente. En effet, juste avant mon départ, un gars viens me voir en kayak. Adam me propose de prendre celui de mon choix pour 10$ (les mêmes sont vendus 50$ à Rodney Bay). Je lui dis que je n'ai plus de sous sur moi, seulement de quoi m'acheter un indispensable paquet de clope.
Il m'accompagne au village, on discute, j'achète mon paquet de clopes, je lui en donne une, puis on s'arrête pour discuter un peu +. Ce gars est super ! Très ouvert, cordial, pas insistant. Je discute avec lui et ses amis, et ils finissent par me parler de l'arbre sous lequel nous sommes assis. Je ne me rappel plus du nom, je n'ai pas de photos à vous montrer malheureusement, mais je saurai le reconnaitre à l'avenir. Lorsqu'on casse ses fruits (verts lorsqu'ils sont pas mûrs, noirs lorsqu'ils sont comestibles), on y trouve une petite amande. Et cette petite amande a pas mal de vertus apparemment. Notamment celle d'éviter les problèmes d'impuissance ! Une des amies d'Adam, 120Kg, une vingtaine de dents manquantes, semblait très heureuse de pouvoir m'expliquer ça ! Je rentre donc dans son jeu et lui mime une trique de la taille de mon avant-bras... Elle est presque tombée par terre à force de rire ^^
On m'en a fait manger une bonne dizaine. En retournant au bateau, j'avais un peu peur de passer mon après-midi avec un braquemart digne de Rocco. Mais ce n'est pas du viagra, donc finalement ça va !

Vers midi, départ vers Gros Piton. Toujours pas de vent. Heureusement la distance est très courte et le vents se lève quand je dépasse Petit Piton. Je mouille juste au pied du Grand Piton. Fonds rocheux donc je met un orin pour éviter les désagréments d'une ancre coincée derrière l'un d'entre eux.
Je pagaie une bonne demi-heure pour atteindre l'hôtel au pied de Petit Piton. J'ai besoin de trouver un distributeur, de l'eau et des cigarettes. Pas de distributeur, mais ils prennent la carte. 15 euros LE paquet de clopes !!! Vive le tourisme de luxe ! 15 euros suffisent presque pour acheter une cartouche dans les villages. Mais le plus proche est à 45 minutes de marche, en grosse montée, et la nuit va tomber dans l'heure. Je fais donc remplir 7 bouteilles d'eau et rentre au bateau.

Avant d'arriver au bateau, les Marines Rangers viennent à ma rencontre pour me dire que j'ai mouillé dans un espace protégé... Je risque une grosse amende ! Je leur dis que je m'en vais sur le champ mais qu'il faut qu'ils m'indiquent où je peux poser mon ancre car je n'ai pas de sous pour payer une bouée (dont je n'ose même pas imaginer le prix). Apparemment pas de possibilité de mouiller dans le coin, tout est protégé, sauf devant l'hôtel où je suis obligé de m'amarrer à une bouée. J'ai un peu insisté sur le fait que je suis à sec et ils ont fini par me proposer de me remorquer gratuitement jusqu'à une bouée où je pourrai m'amarrer "for free" pour la nuit. Si je reste un jour de +, je devrai payer les deux nuits. Même en service, les Marines Rangers m'ont eux aussi demandé un verre de rhum en guise de remerciement ! Magique !

A la tombée de la nuit, un orage pointe le bout de son nez et illumine par intermittence les deux pitons. A ce moment, je suis assez heureux d'être sur un vrai corp-mort avec un point d'ancrage solide. Mais finalement l'orage n'est que lumineux, pas de vent, pas de pluie.

Le trop peu de vent à l'Ouest des îles me fait dire que je n'aurais pas le temps de visiter les Grenadines. Je dois être à Saint-Martin à la mi-octobre pour retrouver Ben et sa femme, et si je ne commence pas à remonter dès maintenant, je n'aurai même pas le temps de visiter la Dominique. Donc je me décide à regagner Rodney Bay afin d'expérimenter une Friday Night pour ensuite remonter vers le Nord.

Pas de regret. Il parait que c'est très beau les Grenadines, mais ça va encore coûter un bras à chaque escale. Je préfère remonter et visiter des îles où je rencontrerai de "vrais" gens ;)


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Humanimer 657 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines