Magazine Conso

Test photo • Sigma DP2 Quattro - DP3 Merrill

Par Meld


IMGP3482

IMGP3483

DP2_amandes

DP3_amandes

Comme vous le savez, la photographie culinaire a une part importante dans ma vie, et j'essaie chaque jour que celle-ci grandisse. 
Toujours à la recherche de belles images, de matériel que j'aimerai acquérir etc.. Je me (sur)prends à rêver. 

J'ai découvert cette série DP de chez Sigma l'année dernière au Salon de la photo à Paris, attirée par leur design qui ne passe pas inaperçu ! Et comme j'aime ne pas faire comme tout le monde (souvenez-vous mon dilemme Pentax Kx, blanc ou bleu marine :p ) j'ai gardé cette idée en tête. Après recherches, j'ai découvert que ces boîtiers compact expert n'étaient, vraiment pas, comme les autres. Ce sont des compacts à visser sur trépied pour obtenir toute la qualité qu'ils possèdent. Autant dire, pourquoi investir dans un compact qui perd son principal atout de mobilité et praticité ?! Parce que les clichés seront irréprochables.. Une technologie FOVEON qui multiplie par 3 le traitement des pixels. Un peu barbare ces termes, mais pour un résultat bluffant de piqué et de qualité qu'il en dépasse les modestes objectifs que je possède (dont le 17-70mm de chez Sigma, qui m'a poussé à découvrir leurs gammes) 
Les DP ont cette particularité d'être avec une focale fixe, proposés avec différentes longueurs. A chacun de trouver sa préférée. Le mien fut le DP3, 50mm équivalent 75mm. Parfait pour la photographie culinaire.  
Après ce test, j'ai donc décidé d'acquérir un DP3 Merrill, l'ancienne génération du Quattro mais qui tient encore ses promesses. Difficile à trouver car plus distribué, heureusement j'ai trouvé le dernier exemplaire pour quelques centaines d'euros sur RDCommerce. Ouf ! 
C'est un boîtier, pas des plus ergonomique qui soit, mais avec qui on prend son temps (très lent) dont on savoure le résultat devant son écran. 
Pour les 2 clichés comparatifs, le premier est pris avec le DP2 Quattro et le second avec le DP3 Merrill légèrement retouché. Le Quattro se distingue vraiment par sa prise en main atypique, étonnant et déroutant. Le Merrill est plus classique et sobre mais lui tient encore tête. 
Voilà pour cet aparté un peu plus technique, n'hésitez pas si vous avez besoin de conseils, guide etc, je serai ravie de vous aiguiller et j'espère que cette découverte vous a plu !


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Meld 8564 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte