Magazine Culture

Acre / Filter Dread – Interference

Publié le 29 septembre 2015 par Hartzine

On avait oublié de vous parler d'une des dernières sorties de Pan, le label de Bill Kouligas. Elle réunit Acre et Filter Dread, pour encore une fois une sortie qui maltraite les genres, et qui redonne toute ses lettres de noblesse à l'idée d'une musique " électronique ". Électronique car ça n'est ni un album techno, ni un album dubstep, ni un album de bass music, mais un peu un mélange de tout ça. L'hybridation est une des caractéristiques de cette jeune scène qui tente de faire bouger les limites entre l'expérimentation, une certaine queerness de la musique, et la techno des origines. Acre est une des figures, déjà presque un peu marginale de cette scène là. On peut aussi penser aux sorties de Logos et Mumdance, qui de manière différente tente de déplier les possibilités de l'électronique à l'heure d'un cloisonnement de plus en plus présent. En France on a du mal avec cette idée de l'électronique. Quand tu veux programmer une soirée électronique, souvent on te répond, ok mais quel genre. Justement, ce qui est hyper intéressant, c'est qu'ici il n'y a pas de genre défini, ni d'identité particulière de cette " électronique ", juste un album assez cool de six pistes qui ne se posent pas de questions d'étiquette.

Interference est la première sortie d'un sub-label Codes, une division a priori dubstep du label. On peut sans doute le voir aussi comme une réactivation de Lost Codes, le label grime expérimental de Visionist, qui avait signé une très belle sortie de Sd Laika, avant que celui-ci ne se retrouve sur TriAngle. Bref, on est un peu perdu au milieu de toute cette avalanche de porosité entre des genres a priori aussi différent que le dubstep, la techno, le grime ou bien même la vogue house. Pourtant on est exactement dans ce mouvement là avec Interference. C'est ce qui rend clairement intéressante cette sortie.

Acre nous avait quand même déjà habitué à sortir des titres d'inspiration dubstep hyper sombre, genre Burning Memories qui avait eu son petit succès en son temps. Dans Interference c'est un peu la même chose. Une ambiance plutôt sombre, des sonorités clairement dubstep, tout en même temps en proposant une sorte de techno glacée qui se danse à contre-pied. Sur certains morceaux on retrouve un truc très expé avec glitch et bruits de machine vraiment bizarre, sur d'autres ces rythmiques si symptomatiques de la bass music ou de la drum'n'bass.

Ça à l'air d'un beau foutoir décrit comme ça, mais en fait c'est plutôt cohérent, et encore une fois assez brillant. Je vous assure que c'est pas trop le genre de dubstep qu'on retrouve dans une soirée au milieu d'un champ en pleine campagne. C'est plutôt des trucs qu'on pourrait voir dans un auditorium. Quoi qu'il en soit, ce qui parait vraiment intéressant à remarquer c'est que ce mélange des genres, tend enfin à nous ouvrir l'esprit et à redonner une consistance tangible à cette idée de " musique électronique " au sens large du terme. C'est à dire à affirmer une musique qui ne se pose ni la question de ses origines, ni de sa réception. Oui on est bien au milieu d'un mélange entre grime expé, dub step, bass music, uk, musique synthétique, éventuellement footwork ralenti et techno. Bref, on écoute un album " électronique " et un très bon. Peut-être qu'il faut d'ailleurs voir ce titre Interference comme une sorte de programme de ce que l'on va écouter. En tout cas, si on peut continuer à dé-genrer la musique de cette manière là, personne ne s'en plaindra !

Audio

Tracklisting

Acre / Filter Dread - Interference (Pan X Codes, 17 juillet 2015)

01. Drumz 34
02. Flash Speed
03. Trashed
04. Life
05. Unknown
06. Blood Artist


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Hartzine 81233 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines