Magazine Asie

A l’indienne !

Par Antoinehl

Ca y est, le bureau a déménagé, 10 minutes de scooter pour venir le matin, et plus de route infernale à traverser le soir… Nous nous trouvons maintenant dans un autre pôle d’activités, un autre La Defense, de grands buildings futuristes entourés d’un grand lac.
Bien sur, le déplacement s’est effectué “à l’indienne”, les bureaux ne sont pas prêts et nous sommes dans un open space provisoire, ça sent encore le plâtre et la peinture.
Niveau connectivité, ce n’est pas encore ça, je n’ai pas de téléphone et Internet ne marche que depuis une heure (il est 13h30)… et l’ascenseur qui ne marque que les étages pairs s’arrête bien entendu uniquement… aux étages impairs.

Ce matin, grande réunion de trois heures (!) pour revenir sur les fondamentaux, en clair “qu’est ce qu’un ordinateur”.
Ca peut paraître un peu fou à certains qu’il y ai besoin d’expliquer l’informatique à des gens qui ne travaillent que sur ce domaine, mais la réunion a été d’une richesse incroyable.
Beaucoup plus qu’en France, les gens posent des questions, s’interrogent sur que qu’ils ont vu, et des questions très techniques ont fusé en permanence. C’est réellement un des aspects que je préfère ici, cette soif inextinguible de savoir, de questions de remises en cause.

L’Inde avance, quelque fois trop vite, s’installant et commençant à travailler rapidement, sans se soucier des infrastructures inexistantes ou non finies. Peu importe, le business doit avancer, peu importe les conditions.
Je suis vraiment heureux (merci encore à Marie et Serge et plus globalement à Ogilvy & Lenovo) d’être ici pour observer et participer à cet éveil et à cette incroyable vitalité économique.
J’ai souvent raillé le manque de créativité des indiens face aux problèmes qui se posent. Mais il me semble de plus en plus qu’ils font le choix d’avancer un pas après l’autre, privilégiant la connaissance comme un préalable nécessaire à la créativité.
Une certaine forme de sagesse, même si la vitesse à laquelle ils apprennent génère souvent beaucoup de suffisance… Une erreur de jeunesse?.
Et si je peux très, très modestement, montrer ne serait-ce que quelques bribes de la voie à prendre et des erreurs à éviter… alors, c’est le bonheur !!


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

  • Ca ne s'invente pas...

    s'invente pas...

    Jeudi 20 décembre 2007 Ca ne s'invente pas... Mon cher Victor, Ce matin, confection des crackers de Noël, que nous enverrons à une autre classe (d'une de mes... Lire la suite

    Par  Mirabelle
    JOURNAL INTIME, TALENTS
  • Ca danse

    danse

    Alors, il paraît que chez sa nounou, le Haricot avance d'un bon mètre, assis sur son derrière. Mais comme pour l'histoire du retourné dos-ventre-dos, il se... Lire la suite

    Par  Syven
    BÉBÉ, CÔTÉ FEMMES, ENFANTS, JOURNAL INTIME, TALENTS
  • Ca pèle au soleil.

    Drôle de temps entre doudoune et casquette, le costume bibendum gène la mouflette qui n'a de cesse que de faire de nouvelles prouesses. Lire la suite

    Par  Malicelasouris
    JOURNAL INTIME, TALENTS
  • Ca va être suppositoire*

    Evidemment, mes lecteurs qui n'ont pas la télé ne comprendront pas. Et moi, j'ai juste honte. Oh ça va, on peut se délasser devant des débilités des fois non ?... Lire la suite

    Par  Spicynico
    JOURNAL INTIME, TALENTS
  • Un volcan, ca brûle.

    Juste une précision sur les visuels du post précédent. Cette précision est importante pour les internautes qui lisent ce blog depuis l'Europe. Lire la suite

    Par  Jonathan Gravier
    À LA MER, HUMEUR, MARKETING & PUBLICITÉ, RÉGIONS DU MONDE, VOYAGES
  • Ca m'aurait plu - Tétard

    Pause musicale, parce que je me le repasse en boucleen boucleen boucleen boucle...C'est ici que ça se passe, la chanson commence dès que la page est ouverte. Lire la suite

    Par  Déclik
    HUMOUR, PHOTOS, TALENTS

A propos de l’auteur


Antoinehl 24 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte