Magazine Culture

Ces Chansons Qui Nous Trompent

Publié le 04 août 2016 par Hunterjones
Ces Chansons Qui Nous Trompent En cette ère de l'image, nous sommes de plus en plus prompt à retenir la forme en dépit du contenu.
Les chansons que nous entendons tous les jours cachent parfois certaines choses. Penchons sur quelques unes du passé, et quelques unes plus actuelles, dont nous aurions peut-être manqué le contenu, tout en ne retenant que la forme.


Ces Chansons Qui Nous Trompent Hallelujah du Messie D'Handel (1741)
Morceau hyper connu et surutilisé dans les publicités ou ailleurs presque TOUJOURS pour annoncer un moment heureux, une révélation heureuse. Mais dans l'opéra de Georg Friedrich Handel, sur le (vague) second passage de Jésus sur terre, ce morceau est chanté quand Jésus découvre que la fin du monde est en cours et que les prophéties de l'apocalypse se produisent. On dit qu'Handel aurait pleuré en écrivant ce morceau, convaincu d'y avoir vu le visage de Dieu en créant. Ça fait peur. Mais on utilise ce morceau exclusivement dans le bonheur.
Ces Chansons Qui Nous Trompent
Here Comes The Bride de Wagner (1850)
De son vrai nom "Bridal Chorus" on la reconnaît comme la marche nuptiale à de nombreux mariages. La reine Victoria serait la première à l'avoir utilisée pour son mariage. Toutefois, dans l'opéra Lohengrin de Richard Wagner, ce morceau est joué APRÈS le mariage d'Elsa, et l'affreux Lohengrin assassine 5 invités au mariage avant de se débarrasser de la mariée. Et on se demande pourquoi les mariages ne durent pas...
Ces Chansons Qui Nous Trompent O Fortuna de Carl Orff (1935)
Ce fameux morceau aussi surutilisé, dans des scènes souhaitées dramatiques ou encore dans des scènes d'horreur, lorsque traduit des poèmes latins duquel il s'inspire parle en fait de 4 choses 1-d'amour non partagé 2- de l'idiote église 3-du gouvernement de marde et 4-de prendre une brosse. Si ça sonne comme un poème d'ado emo, c'est parce que ce l'est! Oui c'est épeurant, mais pas tant que ça non plus.
Baby It's Cold Outside de Dean Martin & Doris Day (1944)
Cool crooning en hiver non? Un peu de saveur malsaine aussi. Lui lui offre des drinks, elle refuse, il insiste, il lui fait peur en disant que dehors il fait trop froid, il veut la garder pour lui. Elle: Say What's in this drink? Lui: No cabs to be had out there. Bill Cosby a beaucoup aimé cette chanson...
Ces Chansons Qui Nous Trompent This Land is Your Land de Woodie Guthrie (1944)
La mélodie est simple, les paroles semblent tout ce qu'il y a de plus inoffensif, un bon vieux morceau de folk américain qui parle de partage entre camarades. Mais les "camarades" en question étaient plutôt communistes. Guthrie était tout à fait sympathisant des communistes et il l'a écrite en parfaite contrepartie au God Bless America qu'il considérait trop patriote et tout simplement mauvais. Des paroles, laissées sur la plancher en studio par un producteur ne voulant pas créer de scandale disaient:
"One bright shiny morning, in the shadow of the steeple, by the relief office I saw my people, as they stood hungry, I stood there wondering if God Blessed America for me." Ironiquement, cette chanson est toujours comprise et jouée comme une chanson patriotique aux États-Unis, mais est davantage un signe de rébellion de son système gouvernemental.
Ces Chansons Qui Nous Trompent
Do You Hear What I Hear? de bien des gens dont Bing Crosby (1962)
Cette chanson se noie dans la quelques vingtaine de morceaux entendus dans le temps des fêtes. On entend le père Noël arriver. On le croit du moins. Mais cette chanson a été écrite en pleine paranoïa lors de la crise des missiles entre les États-Unis et Cuba. Les sons que l'auteur Noël Regney croyaient entendre étaient ceux d'une guerre nucléaire. Comme la chorale qui a d'abord popularisé le morceau était la même chorale qui avait popularisé L'enfant au Tambour, un chant de Noël, et que la crise avait eu une conclusion heureuse. la chanson a été naturellement déviée du côté des carillons.
Ces Chansons Qui Nous Trompent
Marcia Baila des Rita Mitsouko (1984)
On a retenu le rythme enjoué et dansable. La livraison passionnée de Catherine Ringer. Le vidéo coloré de Jean-Paul Gaultier et Thiery Mugler qui versait aussi dans l'humour. Mais la chanson est d'abord et avant tout un hommage à une disparue très jeune. Marcia Moretto était la soeur du trompettiste argentin Gustavo Moretto. Elle était enseignante de danse et avait comme élèves Catherine Ringer et Fred Chichin quand ceux-ci ont choisi de se lancer en musique. On a alors intégré Marcia, devenue leur amie, dans les spectacles des Rita Mitsouko dans le rôle de sa spécialité: la danse. Le cancer a emporté Marcia Moretto à l'âge de 32 ans en 1981. Catherine le chante complètement mais elle prend le lourd accent espagnol qu'avait Marcia et on n'a peut-être pas compris tout de suite en 1984 (1985 au Québec), "c'est le cancer que tu as pris sous ton bras, c'est la mort qui t'a emportée". Dans le clip, je suis toujours ému lors du passage entre 2:53 et 3:20, surtout vers 3:13 quand on zoome sur Catherine, qui n'a jamais été aussi belle, et qui est entièrement en train de penser à celle pour qui elle chante. (contrebalancé par l'humour tout de suite après)
Ces Chansons Qui Nous Trompent
She Bop de Cindy Lauper (1984)
Tout était pourtant très clair. Mais nous n'avions que 11-12 ans. "In the pages of a blue boy magazine" avec cette fumée fumante qui sortait de la revue (blueboy était une revue porno gay), "I've been thinking off a new sensation, I'm picking up good vibrations" au travers d'une horde de jeunes automates marchant/pensant en unisson. "...I want to go south and get some more", "I can't stop messin' with the danger zone", "I hope he will understand" chanté par plusieurs voix qui sonnent comme "I will keep it undertairs". Un "self service" dans le vidéo avec des pompes suggérant : Good, better and nirvana. La moto qui vibre, le "masterbingo" animé par Uncle Siggy (Sigmund Freud)...quand Cindy "Bop" c'est qu'elle se masturbe. Elle libère des jeunes pognés sexuellement dans les États-Unis austères de Nancy Reagan. Lauper aurait enregistré la chanson en studio, nue, se chatouillant sous les bras afin de créer le rire que l'on entend dans la chanson.
Ces Chansons Qui Nous Trompent
Born In The USA de Bruce Springsteen. (1982-1984)
La chanson, écrite d'abord pour l'album Nebraska, plus près de la ballade. avait été écartée parce qu'on avait jugé qu'elle ne collait pas à l'esprit de Nebraska, album assez patriotique. Deux ans plus trad, la chanson est largement modifiée et la batterie, entre autre devient un son de guerre. Bruce a écrit une chanson amères sur ses amis partis pour la guerre du Vietnam, dont certains ne sont jamais revenus. Il critique aussi la réception des vétérans du Vietnam qui a été très hostile aux États-Unis lors de parades voulant les honorer. Ironiquement, la chanson est comprise comme un hommage aux États-Unis et utilisée dans plusieurs rassemblements politiques (dont quelques uns de Ronald Reagan) sans l'accord de Bruce Springsteen, qui trouve le malentendu inconfortable...
Ces Chansons Qui Nous Trompent
Sledgehammer de Peter Gabriel (1986)
On a retenu les harmonies très soul des années 60, mais surtout le clip qui révolutionnait le genre à l'époque (avec un jeune Nick Park à l'animation). Mais ce clip, justement commence par quelques mouvements spermatozoïdales, "open up your fruitcake", le marton-pilon évoqué est d'une sexualité bestiale qui a été étouffée par l'attention accordée au vidéo dans les années 80.
Ces Chansons Qui Nous Trompent
Father Figure de George Micheal (1988)
Toute chanson qui suggérerait de placer "sa toute petite main dans la sienne afin de le laisser devenir ton père" devrait laisser un frisson inconfortable à quiconque. Si en plus on suggère "to do anything you have in mind" à cette (jeune?) personne, et qu'on lui propose "meet me with the eyes of a child", on entre dans la maison Guy Cloutier du mauvais goût. Mais le clip nous amenait ailleurs, heureusement.
Ces Chansons Qui Nous Trompent There She Goes de The La's (1988)
"There she blows, There she blows again, pulsing through my veins" . Lee Mavers parle de l'héroïne dont il se gave.
Smells Like Teen Spirit de Nirvana (1991)
Belle image subtilisée à un antisudorifique par Kurt Cobain et à une phrase lancée par sa copine après une nuit passée sous un pont. Il avait trouvé le titre à la musique qu'il avait composée.Un titre qu'il ne dira jamais dans la chanson.
Ces Chansons Qui Nous Trompent
Can't Feel My Face de The Weekend (2015)
Cet hommage à peine voilé à Micheal Jackson est aussi un hommage direct à la drogue. "You" et "She" dans la chanson, c'est la drogue. Tesfaye aime la drogue. Les jeunes ont voté cette chanson meilleure de l'année sans tous comprendre de quoi il cause vraiment.
Ces Chansons Qui Nous Trompent Cake By The Ocean de DNCE (2015)
Cette chanson composée par Joe Jonas, Justin Tranter et le duo suédois Mattman & Robin a trouvé son titre quand le producteur suédois a voulu commander un sex on the beach mais a plutôt demandé un Cake by the Ocean. Mais la double allusion était si simple que quand "you should be rollin' with me" on parle de le faire dans le sable ensemble, chérie, et change-moi le "a" pour le "o" dans le premier mot et l'affaire est bingo! Très populaire morceau chez les jeunes.

Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Hunterjones 420 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines