Magazine Sport

25 ans de carte de presse - Ironman Nouvelle-Zélande J-31 - Rodgeur, Rafa et les autres

Publié le 31 janvier 2017 par Pascal Boutreau

Allez pour une fois, les derniers échos de la préparation Ironman n'ouvriront pas la new news mais viendront après un premier paragraphe qui rappelle que le temps passe... vite. 

IMG_1646
Ce mercredi 25 janvier, j'ai en effet "fêté" mes 25 ans de carte de presse. Eh oui, déjà un quart de siècle depuis mes débuts à Mondial Basket. A l'origine, un simple stage transformé au bout de deux mois en une proposition d'embauche. C'était la grande époque de la Dream Team, la vraie, celle de Michael Jordan, Magic Johnson, Larry Bird, Karl Malone etc. Chaque mois, un poster grandeur nature en cadeau. La belle époque de la presse basket aussi avec des ventes parfois supérieures aux 100 000 exemplaires. Petit débutant, j'écrivais les échos, je triais des centaines de photos chaque semaine, et surtout j'apprenais mon métier.

Capture d’écran 2017-01-26 à 23.42.41
Après une année de service militaire sur la base 721 de Rochefort, retour dans ce groupe de presse à Jogging International cette fois. Le début des grands voyages pour aller couvrir des courses un peu partout dans le monde. Les Foulées de la Soie en Chine, la Route 66 aux Etats-Unis etc. Deux semaines, parfois trois, parfois plus, à bourlinguer, à prendre les photos, à découvrir le monde. Et puis surtout, à apprendre mon métier. 

Nous voilà en 96. J'ai la chance de débuter à L'Equipe. Comme pigiste d'abord au Vivier, la structure des pigistes du quotidien. En 1998, le lancement de l'édition du dimanche et la création de quelques postes m'ont ouvert les grandes portes du journal. Trois ans d'abord à la rubrique foot, le coeur du quotidien, puis le groupe olympique avant quelques mois dans un éphémère groupe "Outdoor", avant de terminer dans un service embryon de synergie (le mot à la mode à l'époque) entre le quotidien et le site internet.

Et puis un jour de février 2011, à ma grande surprise, un appel pour me proposer le poste de rédacteur en chef adjoint à Equidia avec en charge les sports équestres. Aucune expérience de télé, des connaissances limitées des sports équestres, même si je les suivais depuis 2007 à L'Equipe. Quinze ans après mon arrivée à L'Equipe, la sensation de tourner en rond, et surtout le besoin permanent de nouveaux défis m'ont convaincu de tenter ce pari. J'y ai appris une autre facette de ce métier. J'y ai appris à prendre des décisions, à gérer des budgets, et, le plus difficile de tout, à gérer des personnes. Le 18 avril, nous en serons à 6 ans de cette aventure équestre. 

Durant ces 25 ans, j'ai eu la chance de croiser des personnes formidables. Par un petit mot, une phrase, un encouragement, ils ont contribué à ce que je sois toujours là aujourd'hui avec ma carte de presse n°72157. Dans mes premières années, Jean-Jacques Voisin, patron du groupe DVD, et André Ciccodicola, rédacteur en chef de Mondial Basket et Jogging m'ont offert mes premières opportunités. Richard Montaignac à L'Equipe a tenu une place essentielle en m'accueillant dans le très convoité Vivier et en étant toujours présent par la suite. Et plus récemment, je tiens aussi à évoquer Eric Brion, directeur d'Equidia jusque l'été dernier et Jérôme Lenfant, mon actuel directeur de la rédaction, qui ont pris le pari, un peu fou, de me faire venir dans cette aventure Equidia. 

Ce métier a évolué. Dans un sens qui aujourd'hui m'attriste. Le développement des réseaux sociaux a tiré le journalisme vers le bas. A vouloir "faire le match" avec ces "crimes contre l'Humanité" que sont les Facebook ou autres Twitter, les médias ont perdu une grande partie de leur valeur en perdant leurs valeurs.

Quand j'entends certaines réflexions dans certaines réunions, je suis atterré. On ne nous demande plus de faire notre travail de journaliste, il faut suivre des études et des chiffres qui mettent en exergue le nouveau règne de l'abrutissement, du buzz, du clic, du like. Le nivellement par le bas est devenue une stratégie. Reste à espérer qu'une fois le fond touché, on ne pourra plus que remonter. 

J'espère ne pas être passé dans la catégorie des "vieux cons", de ne pas avoir sombré dans le "c'était mieux avant". Mais ce que je vois et entends chaque jour me désole. Peut-être est-il temps de changer d'ère, ou alors de changer d'air. Pour continuer à apprendre mon métier. ce métier de journaliste que j'essaierai encore de défendre coûte que coûte. 

................................

Capture d’écran 2016-04-06 à 13.21.01
Ironman Nouvelle-Zélande - J-31 (1er février)

Le mois de janvier se termine avec 33 heures d'entraînement à ajouter au compteur. C'est un peu moins que les mois précédents mais le froid et surtout quelques tracas du côté des adducteurs ont réduit les séances, notamment en course à pied. Et comme je l'avais écrit dans la dernière news, la première quinzaine de janvier fut difficile. Marre de m'entraîner, marre de ne plus penser qu'à ça. L'avantage d'avoir un peu d'expérience dans ce genre de préparation, c'est que je sais maintenant comment traverser ces périodes qui arrivent toujours à un moment ou un autre... le plus souvent sans prévenir. Un passage au McDo, une cure de barres chocolatées et autres saloperies bien sucrées et grasses pendant quelques jours, et hop, c'est reparti. La balance n'aime pas mais le cerveau adore... Et comme c'est quand même lui qui décide, ça marche à tous les coups. Bon, faut pas non plus que ça dure trop longtemps... La deuxième quinzaine de janvier a donc été bien meilleure et a permis d'assurer des séances correctes. 

Capture d’écran 2017-01-31 à 20.54.23
Il me reste un peu plus de 20 jours (départ le 24 février) pour ajouter quelques séances et finir ces dix longs mois de préparation. L'objectif des 4000 kilomètres de vélo devrait être atteint (3772 km fin janvier). Je suis loin de l'idéal à pied (635 km fin janvier) mais les coupures dues aux blessures (mollets d'abord puis adducteurs) ont compliqué les choses. On fera donc avec... La natation (138 km fin janvier) reste anecdotique car sans grande influence sur le temps total le jour de la course.  

..................

Quelques idées en vrac sur l'actualité sportive du moment

Capture d’écran 2017-01-31 à 21.57.14
. Je commence forcément par Roger Federer et Rafa Nadal. Quel match, quels champions ! A l'époque où j'alimentais ce blog de façon bien plus régulière, j'ai souvent évoqué toute ma fascination pour le champion suisse. Souvent je l'ai inscrit dans mon "hall of fame" des champions d'exception, à l'instar d'un Michael Jordan ou d'un Diego Maradona (tout ça est évidemment très personnel).  Capables d'inventer un instant de génie à chaque seconde, ces champions vous obligent à rester en permanence en alerte quand vous les regardez.

Mardi, dans L'Equipe, Romain Lefèvre écrit dans un formidable portrait de Federer : "on « vénère » Federer et on « respecte » Nadal." Car oui, à cette dévotion pour le Suisse, il est essentiel d'associer l'Espagnol. Leurs luttes, leurs duels les ont fait se transcender. Pour notre plus grand plaisir. 

Capture d’écran 2017-01-31 à 22.32.00
. Direction Bordeaux ce week-end pour le Jumping international. Les déplacements pour le travail risquant de devenir de plus en plus rares dans les mois à venir, on va le savourer. Car ce concours de Bordeaux, où l'on fait de très belles rencontres, dégage une saveur bien particulière. Celle de l'histoire du sport. Créé en 1973, le concours a intégré le circuit Coupe du monde dès 1978 (année de la création du circuit).

Contrairement à de nombreux concours souvent articulés autour de valeurs où le VIP et le clinquant dictent les priorités, le Jumping International de Bordeaux semble avoir gardé, ou plutôt préservé son authenticité. Les plus grands y ont un jour inscrit leur nom au palmarès. Pierre Durand et Jappeloup bien sûr mais aussi le Britannique  John Whitaker avec Milton, Roger-Yves Bost, le Brésilien Rodrigo Pessoa etc. Ces dernières années, Kevin Staut, Pénélope Leprévost mais aussi les meilleurs Allemands ou Britanniques s'y sont illustrés. Et toujours dans une ferveur populaire descendue de tribunes remplies par des passionnés. Des vrais, ceux qui  Equidia proposera plus de 15 heures de direct. Avec toute mon équipe, nous allons essayer d'être à la hauteur de ces valeurs. Comme une évidence.

.....................

Les jambes... et la tête 

Les-Bunkers-a-Saint-Germain-en-Laye--78100--0263z
22 vl'a les bunkers de St-Ger

Mardi soir, sur RMC Découvertes, l'émission "la France des Mystères" consacrée aux traces de la Seconde Guerre mondiale, a évoqué les bunkers de Saint-Germain-en-Laye. Oui oui des bunkers ! Le plus visible se situe juste au pied du château, mais il en existe au total 22 nous explique François Boulet, professeur d'histoire au Lycée international de Saint-Germain. Pendant le Seconde Guerre Mondiale, le Maréchal von Rundstet, le grand stratège d'Hitler, s'était installé à St-Ger, A l'époque la moitié de la population de la ville était allemande avec près de 15 000 soldats installés dans un quart des logements de la ville, réquisitionnés. L'armée d'occupation avait bien compris que l'endroit était sympathique... Sous l'ordre d'Hitler désireux de protéger son stratège, le premier bunker fut construit sous la villa David, rue Alexandre Dumas, où logeait le Maréchal. Le plus grand fut construit plus tard rue Félicien-David. Il mesure 60 m de long et compte 3 étages pour abriter tout l'état major allemand. C'est là que les généraux allemands  étaient regroupés le 6 juin 1944 pour tenter de repousser le débarquement allié sur les plages de Normandie. Pour info, Saint-Germain-en-Laye a été libéré le 25 août 1944. 

Si vous voulez en savoir davantage c'est ICI et surtout ICI

Dans la même série "Les jambes... et la tête" (généralement en bas des news)

  • Le camp des Loges et le stade Georges-Lefèvre
  • La montée entre le Pont Georges-Pompidou et la Place Royale
  • Le coup de Jarnac, une origine saint-germanoise
  • Première voiture à plus de 100km/h dans La ligne droite d'Achères
  • Footing en terrasse à Saint-Germain, un voyage dans l'histoire de France
  • De la Seine-et-Oise aux Yvelines
  • La piscine de Saint-Germain
  • Le chemin des oratoires dans la forêt de Saint-Germain

Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Pascal Boutreau 1581 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazine