Magazine Culture

Pennyroyal Green, Tome 5 : La rose sauvage de Julie Anne Long

Par Artemissia Gold @SongeD1NuitDete

Pennyroyal Green, Tome 5 : La rose sauvage de Julie Anne Long

Pennyroyal Green, Tome 5 : La rose sauvage de Julie Anne LongNombre de pages :  380 pages
Editeur :  J’ai lu
Date de sortie :  1 février 2017
Collection :
  J’ai lu pour Elle Aventures & Passions
Langue :  Français
ISBN-10:  2290135232
ISBN-13:  978-2290135235
Prix Editeur :  7,40€
Disponible sur Liseuse : Oui

Son résumé :

Moncrieffe, duc de Falconbridge, est un personnage craint et peu apprécié de ses pairs, ce dont il se moque éperdument. Pourtant, lorsque sa fiancée le trahit avec Ian Eversea, il est, mortifié. Ce camouflet mérite vengeance ! Il décide donc de séduire la soeur de celui qui l’a cocufié : Geneviève, jeune fille insipide à qui une récente déconvenue sentimentale a brisé le coeur. Autrement dit, une proie facile. C’est en tout cas ce qu’il croyait car Geneviève, fine mouche, déjoue sa belle stratégie.

⭐ Mon avis :

Je n’ai encore jamais lu de romans de cette auteure et pour la première fois un des livres sa série Pennyroyal Green me tentait pas mal ! Ici, nous avons droit avec la plume de Julie Anne Long à une histoire de vengeance. Moncrieffe, un duc, décide se venger de Ian Eversea, l’homme qui lui a pris sa fiancé dans son propre lit, et pour accomplir sa vengeance il décide de séduire la soeur de celui-ci, Geneviève Eversea.

Les personnages sont vraiment très intéressants dans cette histoire, tout d’abord Genevieve semble complètement naïve et vulnérable au début, surtout vu qu’elle vient de subir un terrible chagrin d’amour. Au final, elle est forte et voit clair dans le jeu du duc et ne se laisse surtout pas faire. Quand au duc, ce n’est pas vraiment un homme aimé et apprécié, c’est même plutôt le contraire. J’ai trouvé ça intéressant d’avoir un personnage noble qui n’est pas forcément conforme à ce qu’on imagine de lui et ça le rend finalement très agréable, par sa différence. Les personnages ont 20 ans d’écart et pourtant, ils semblent être parfaitement complémentaires.

Au niveau de l’intrigue, l’histoire se lit plutôt facilement et j’ai apprécié que, au début de l’intrigue, la trahison soit vraiment narré et qu’on soit même du point de vue de Ian Eversea. Je regrette cependant les quelques longueurs au milieu du roman, où l’intrigue retombe et où il se passe moins de choses. Bien qu’on se doute de la fin de l’histoire, vu que c’est une romance, cela ne m’a pas empêché de vibrer au rythme des émotions des personnages, qui se cherchent, se tournent autour au fil du livre.

L’écriture de l’auteur est assez simple, mais très jolie et bien construite. Après cette bonne expérience en somme, je pense que je me laisserais à nouveau tenter par un roman de cette auteure, à voir si les prochains résumés me tenteront autant que celui-ci.

Pennyroyal Green, Tome 5 : La rose sauvage de Julie Anne Long

C’était très bien

" data-orig-size="546,68" sizes="(max-width: 546px) 100vw, 546px" data-image-title="C’était très bien" data-orig-file="https://artemissia.files.wordpress.com/2016/12/cc3a9taient-trc3a8s-bien.png?w=980" data-image-meta="{"aperture":"0","credit":"","camera":"","caption":"","created_timestamp":"0","copyright":"","focal_length":"0","iso":"0","shutter_speed":"0","title":"","orientation":"0"}" data-medium-file="https://artemissia.files.wordpress.com/2016/12/cc3a9taient-trc3a8s-bien.png?w=980?w=250" data-permalink="https://songedunenuitdete.com/les-notations-des-songeuses/cetaient-tres-bien/" alt="" srcset="https://artemissia.files.wordpress.com/2016/12/cc3a9taient-trc3a8s-bien.png 546w, https://artemissia.files.wordpress.com/2016/12/cc3a9taient-trc3a8s-bien.png?w=100 100w, https://artemissia.files.wordpress.com/2016/12/cc3a9taient-trc3a8s-bien.png?w=250 250w" class="alignnone wp-image-131826 size-full" data-large-file="https://artemissia.files.wordpress.com/2016/12/cc3a9taient-trc3a8s-bien.png?w=980?w=546" />

Acheter ce livre sur Amazon


Les autres chroniques de la série Pennyroyal Green


Au risque du plaisir Pennyroyal Green – Tome 2 Pour un simple baiser de Julie Anne Long Pennyroyal Green, tome 3 Rosalind , femme de passion de Julie Anne Long

Pennyroyal Green, Tome 5 : La rose sauvage de Julie Anne Long

Pennyroyal Green, Tome 5 : La rose sauvage de Julie Anne LongNombre de pages :  380 pages
Editeur :  J’ai lu
Date de sortie :  1 février 2017
Collection :
  J’ai lu pour Elle Aventures & Passions
Langue :  Français
ISBN-10:  2290135232
ISBN-13:  978-2290135235
Prix Editeur :  7,40€
Disponible sur Liseuse : Oui

Son résumé :

Moncrieffe, duc de Falconbridge, est un personnage craint et peu apprécié de ses pairs, ce dont il se moque éperdument. Pourtant, lorsque sa fiancée le trahit avec Ian Eversea, il est, mortifié. Ce camouflet mérite vengeance ! Il décide donc de séduire la soeur de celui qui l’a cocufié : Geneviève, jeune fille insipide à qui une récente déconvenue sentimentale a brisé le coeur. Autrement dit, une proie facile. C’est en tout cas ce qu’il croyait car Geneviève, fine mouche, déjoue sa belle stratégie.

⭐ Mon avis :

Je n’ai encore jamais lu de romans de cette auteure et pour la première fois un des livres sa série Pennyroyal Green me tentait pas mal ! Ici, nous avons droit avec la plume de Julie Anne Long à une histoire de vengeance. Moncrieffe, un duc, décide se venger de Ian Eversea, l’homme qui lui a pris sa fiancé dans son propre lit, et pour accomplir sa vengeance il décide de séduire la soeur de celui-ci, Geneviève Eversea.

Les personnages sont vraiment très intéressants dans cette histoire, tout d’abord Genevieve semble complètement naïve et vulnérable au début, surtout vu qu’elle vient de subir un terrible chagrin d’amour. Au final, elle est forte et voit clair dans le jeu du duc et ne se laisse surtout pas faire. Quand au duc, ce n’est pas vraiment un homme aimé et apprécié, c’est même plutôt le contraire. J’ai trouvé ça intéressant d’avoir un personnage noble qui n’est pas forcément conforme à ce qu’on imagine de lui et ça le rend finalement très agréable, par sa différence. Les personnages ont 20 ans d’écart et pourtant, ils semblent être parfaitement complémentaires.

Au niveau de l’intrigue, l’histoire se lit plutôt facilement et j’ai apprécié que, au début de l’intrigue, la trahison soit vraiment narré et qu’on soit même du point de vue de Ian Eversea. Je regrette cependant les quelques longueurs au milieu du roman, où l’intrigue retombe et où il se passe moins de choses. Bien qu’on se doute de la fin de l’histoire, vu que c’est une romance, cela ne m’a pas empêché de vibrer au rythme des émotions des personnages, qui se cherchent, se tournent autour au fil du livre.

L’écriture de l’auteur est assez simple, mais très jolie et bien construite. Après cette bonne expérience en somme, je pense que je me laisserais à nouveau tenter par un roman de cette auteure, à voir si les prochains résumés me tenteront autant que celui-ci.

Pennyroyal Green, Tome 5 : La rose sauvage de Julie Anne Long

C’était très bien

" data-orig-size="546,68" sizes="(max-width: 546px) 100vw, 546px" data-image-title="C’était très bien" data-orig-file="https://artemissia.files.wordpress.com/2016/12/cc3a9taient-trc3a8s-bien.png?w=980" data-image-meta="{"aperture":"0","credit":"","camera":"","caption":"","created_timestamp":"0","copyright":"","focal_length":"0","iso":"0","shutter_speed":"0","title":"","orientation":"0"}" data-medium-file="https://artemissia.files.wordpress.com/2016/12/cc3a9taient-trc3a8s-bien.png?w=980?w=250" data-permalink="https://songedunenuitdete.com/les-notations-des-songeuses/cetaient-tres-bien/" alt="" srcset="https://artemissia.files.wordpress.com/2016/12/cc3a9taient-trc3a8s-bien.png 546w, https://artemissia.files.wordpress.com/2016/12/cc3a9taient-trc3a8s-bien.png?w=100 100w, https://artemissia.files.wordpress.com/2016/12/cc3a9taient-trc3a8s-bien.png?w=250 250w" class="alignnone wp-image-131826 size-full" data-large-file="https://artemissia.files.wordpress.com/2016/12/cc3a9taient-trc3a8s-bien.png?w=980?w=546" />

Acheter ce livre sur Amazon


Les autres chroniques de la série Pennyroyal Green


  • La chronique de Audrey sur le T1 : Au risque du plaisir
  • La chronique de Pimprenelle sur le T2 : Pour un simple baiser
  • La chronique de Pimprenelle sur le T3 : Rosalind, femme de passion

Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Artemissia Gold 49062 partages Voir son profil
Voir son blog

Magazines