Magazine Culture

Outre-Mère

Publié le 01 avril 2017 par Adtraviata

Outre-Mère

Présentation de l’éditeur :

Outre-Mère est moins le récit de la véritable histoire de Charles Morgenstern, juif, bruxellois, enrôlé dans l’armée allemande puis indicateur au service de la Gestapo, que celui de son dévoilement, malgré le silence imposé qui règne encore dans sa famille deux générations plus tard. Que faire des secrets ? De la famille, de la guerre et de ses monstres ? Du silence de la mère ?
Ces questions provoquent tout autant l’enquête de Lucie que l’écriture envoûtante de ce texte. (…)

Dominique Costermans signe ici son premier roman, après avoir publié plusieurs recueils de nouvelles chez Luce Wilquin et chez Quadrature. Je découvre sa plume avec ce texte et il me faut avouer que je suis sous le charme…

J’adore le thème des secrets de famille : celui dont il est question ici, c’est l’engagement pro-nazi d’un Juif bruxellois dont la femme et les deux jeunes enfants ont lourdement payé le prix de son arrogance, c’est la « collection » de demi-soeurs et de cousins dont Charles Morgenstern a parsemé son chemin après la guerre, comme autant de souffrances et de mystères infligés à ses « proches ». Celle qui dévoile petit à petit ces secrets, c’est Lucie la bien nommée, la fille d’Hélène (fille aînée de Charles).C’est le décès de la mère biologique d’Hélène qui entrouvre la porte du secret à Lucie, cela commence à mettre des mots, des formes sur un ressenti confus et oppressant depuis son enfance. A force de recherches, de patience, de questions, de rencontres avec les différents protagonistes, Lucie reconstitue les pièces du puzzle et réussit à faire parler sa mère, levant un tant soit peu le lourd fardeau que « l’auteur de ses jours » lui fait porter depuis si longtemps.

L’auteure donne la parole tantôt à Lucie, tantôt à un narrateur externe qui s’attache principalement à la jeune femme. Le récit est aussi émaillé de passages en « vous », dans un registre judiciaire, directement adressés à Charles Morgenstern. Si l’on est un peu perdu dans sa lecture, un tableau généalogique (signalé dès le début du livre) permet de se repérer entre les personnages. Ainsi ce n’est pas tant l’histoire complète de ce collabo qui importe mais la manière dont le secret se révèle progressivement, les implications qu’il porte sur plusieurs générations (principalement féminines), le questionnement de Lucie face à la « nécessité » de coucher son histoire familiale par écrit. J’ai trouvé le ton de Dominique Costermans particulièrement juste, à la fois lucide et sensible. L’écriture fluide accompagne bien cette forme de résilience vécue par ses personnages.

Ce premier roman est particulièrement réussi.

« C’est un rapport de forces chaque fois renégocié. D’un côté, Hélène et sa souffrance initiale, indicible, incommensurable. Hélène qui attire toute la lumière à elle. De l’autre, moi, et le refus systématique d’entrer dans l’orbite d’Hélène. Mais aussi mon obsessionnelle volonté de savoir.

Plus que mes lectures et mes recherches, c’est parfois une phrase sibylline, au détour d’une rencontre, qui débloque quelque chose. Cette semaine, quelqu’un m’a dit : « Le titre de père, ça se mérite. » La petite phrase a fait son chemin en moi comme la goutte d’eau dans le calcaire. En début de soirée, j’ouvre mon ordinateur et je décide d’écrire à Hélène. Dans cette faille e ma propre conscience de sa souffrance, parce que ses larmes de ce matin m’ont touchée ; dans cette faille de l’histoire de cette Cléo de Mérode, qu’elle a bien voulu me livrer et qui, je le sais, a ouvert une porte et engage Hélène. Se glisser là-dedans avant que les portes se referment et que les ponts se relèvent. » (p. 109)

Dominique COSTERMANS, Outre-Mère, Editions Luce Wilquin, 2017

Merci à Babelio (c’était l’opération Masse critique de janvier et mon avis est depuis le 10 février sur le site) et à l’éditeur pour l’envoi de ce livre.

Belgique : entre collabos et résistants, lecture 1

Les éditions Luce Wilquin ont trente ans cette année, je suis ravie de commencer ce mois belge avec un de leurs romans !

Outre-Mère


Classé dans:De la Belgitude, Des Mots au féminin Tagged: Dominique Costermans, Editions Luce Wilquin, Outre-Mère, secret de famille

Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Adtraviata 4222 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazine