Magazine Finances

SALT prépare le prêt sur crypto-gages

Publié le 19 août 2017 par Patriceb @cestpasmonidee
SALT Vous avez besoin de liquidités mais vous ne souhaitez pas vider votre portefeuille de bitcoins ou d'ethers, surtout pendant la période de hausse des cours actuelle ? La plate-forme de SALT est faite pour vous : en quelques clics, vous pourrez y obtenir un prêt en euros, dollars, livres sterling, yens…, garanti par un dépôt en crypto-devises.
Le principe de cette nouvelle solution de crédit – utilisable pour tout type de besoin et sur des durées d'1 heure à plusieurs années – est très simple. Après inscription, l'utilisateur est invité à placer en séquestre un montant donné dans l'une des monnaies virtuelles supportées, en contrepartie duquel une somme proportionnelle est transférée sur son compte bancaire, dans la devise de son choix. Grâce à l'automatisation et à la réduction des risques de défaut, les taux proposés sont extrêmement compétitifs.
Son mécanisme de prise de gage permet à SALT de s'affranchir d'une analyse du score de crédit de ses clients tout en éliminant presque entièrement l'impact des défaillances. En effet, en cas de non remboursement, il lui suffit de vendre les actifs conservés en garantie pour combler ses pertes. Afin de compenser d'éventuelles baisses de cours des crypto-devises menaçant cette couverture, elle peut en outre émettre des appels de marge, sous forme de dépôt complémentaire ou de remboursement anticipé.
Tous les événements survenant dans la vie des prêts consentis (souscription et mise en gage, remboursement, paiement des intérêts, appels de marge, gestion des défauts…) sont gérés automatiquement grâce à des « smart contracts » déployés sur la blockchain Ethereum, ce qui procure une efficacité incomparable au système et permet d'offrir aux emprunteurs des conditions financières particulièrement avantageuses.
Accueil SALT
En dépit des apparences, SALT n'est pas un établissement de crédit puisqu'elle se contente de jouer le rôle d'intermédiaire pour des partenaires, qui pourront être des institutions traditionnelles ou des acteurs disruptifs. Si elle peut ainsi contourner les exigences réglementaires les plus lourdes, la startup n'en est pas moins consciente de ses obligations résiduelles, notamment en termes de connaissance du client et de lutte contre le blanchiment, pour lesquelles elle met en place les processus ad hoc.
L'offre s'adresse principalement aux inconditionnels de Bitcoin, d'Ethereum, voire de Ripple (dont le token – XRP – est aussi accepté), et avant tout à ceux qui utilisent ces supports à des fins d'investissement (et non pour des échanges commerciaux). Ils pourront de la sorte faire face à des besoins momentanés de trésorerie sans affecter leur portefeuille et, comme le souligne avec insistance la communication officielle, en évitant les taxes et impôts normalement dus sur les ventes de crypto-devises.
Il y a 2 ans, SALT aurait vu le jour comme un projet entrepreneurial classique, soutenu par un financement d'amorçage de quelques dizaines ou centaines de milliers de dollars. En 2017, c'est inévitablement une ICO (« initial coin offering ») qui préside au lancement, les pièces (« coins ») émises étant destinées à payer l'abonnement annuel à la plate-forme. J'avoue ne pas comprendre comment les fondateurs justifient qu'ils aient besoin de lever 35 millions de dollars pour démarrer, alors que leur défi majeur (et non financier) sera de convaincre des établissements de crédit de rejoindre la plate-forme.
Hormis cette réserve (face à ce qui, je le maintiens, a toutes les caractéristiques d'une bulle), la solution de SALT représente une excellente démonstration des immenses opportunités que procurent les crypto-devises (et pas uniquement la technologie de blockchain) dans une approche de rationalisation des instruments financiers. La leçon serait cependant plus complète si elle allait jusqu'à intégrer la production de crédits (ce qui, pour le coup, pourrait motiver la constitution d'un capital élevé).

Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Patriceb 6272 partages Voir son profil
Voir son blog

Magazine