Magazine Moyen Orient

Nucléaire iranien : « pas de réponse claire à Genève ».

Publié le 23 juillet 2008 par Delphineminoui1974

Un « tabou » a été brisé, hier, à Genève, selon l’expression du quotidien réformateur iranien Etemad, avec la présence d’un représentant américain, William Burns, aux négociations sur le dossier nucléaire iranien. Les Américains, qui ont rompu leurs relations diplomatiques avec Téhéran en 1980, avaient toujours exigé la suspension de ses activités d’enrichissement d’uranium – soupçonnées d’alimenter un programme nucléaire militaire – avant d’accepter de participer à des discussions multilatérales avec l’Iran.


Une rencontre inédite, donc, mais sans véritable percée immédiate. A l'issue de près de six heures de discussions avec Saïd Jalili, le négociateur iranien en charge du dossier nucléaire, Javier Solana a reconnu ne pas avoir « obtenu de réponse claire » à l’offre faite, il y a cinq semaines, par les 6 puissances mondiales (Etats-Unis, Russie, Chine, France, Grande-Bretagne, Allemagne), afin de mettre un terme à la crise liée au dossier nucléaire iranien. Cette offre propose une série de mesures incitatives de coopération dans différents domaines en échange d’une suspension du programme iranien.


« Nous n’avons reçu ni un « oui » ni un « non » », précise le diplomate en chef de l’Union européenne, dans un communiqué envoyé à la presse, en ajoutant qu’il espérait recevoir une réponse dans les deux semaines qui viennent.

A Téhéran, les observateurs avisés regrettent que l’Amérique n’ait pas fait ce geste plus tôt. « A l’époque de Khatami, il aurait été plus facile de développer un dialogue constructif », souligne l’un d’entre eux. Saïd Jalili, réputé proche du Président Ahmadinejad, élu en 2005, est souvent décrit comme un spécialiste de monologues idéologiques, dont William Burns n’a pas été épargné.

« Williams Burns était clair, précis, constructif. Il a évoqué l’engagement américain à un accord négocié. Mais Jalili n’a pas répondu spécifiquement à ses déclarations. Il n’a fait que répéter les commentaires génériques auxquels nous sommes habitués », confie un proche de Solana. Mais, c’est bien connu, la décision finale ne se trouve pas entre les mains de Jalili. Elle est prise à un niveau supérieur, dans les cercles qui gravitent autour du guide suprême.

En fait, d’après l’analyste iranien, Saeed Leylaz, le fond du problème se trouve ailleurs. Selon lui, il sera difficile de trouver une issue à la crise sans certaines garanties attendues de la part des Américains. « Pour Téhéran, le problème principal, ce sont les garanties sécuritaires, permettant de balayer le risque d’une attaque américaine. Et puis, il y a d’autres sujets qui sont importants pour les Iraniens : la levée des sanctions américaines, et le déblocage des avoirs iraniens gelés par les Américains après la révolution de 1979 ».

La rencontre d’hier reste néanmoins symboliquement importante, aux yeux de certains diplomates occidentaux en poste à Téhéran, qui y voient le maintien d’une fenêtre de dialogue, indispensable pour éviter le pire, c’est-à-dire une attaque américaine… ou israélienne. « Aujourd’hui, ce qu’on peut espérer de mieux, c’est d’éviter que la situation ne se détériore », confie l’un d’entre eux sous couvert de l’anonymat. « Traiter avec l’Iran, dit-il, c’est comme traiter avec un homme qui rôde autour d’une école de filles pour les embêter. Soit vous le castrez, soit vous vous assurez de le garder sous observation rapprochée. C’est la deuxième option qui reste aujourd’hui la plus raisonnable ».


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

  • Nucléaire : l’AEIA en route pour la Syrie

    La Syrie se serait résignée à accepter la visite d’inspecteurs de l’AIEA. C’est ce que vient d’annoncer Mohamed ElBaradeï, le directeur de l’Agence... Lire la suite

    Par  Delphineminoui1974
    MOYEN ORIENT, RÉGIONS DU MONDE, SOCIÉTÉ, VOYAGES
  • En Slovénie, le nucléaire fait pschittt

    Après l'incident survenu la veille sur sa centrale nucléaire de Krsko , le ministre slovène de l'Intérieur Dragutin Matea a reconnu jeudi que l'agence de... Lire la suite

    Par  Snut
    BD & DESSINS, CARICATURES, FRANCE, POLITIQUE, SOCIÉTÉ, TALENTS
  • Genève, des dinosaures, certes …

    Un scientifique genevois dont le nom de famille respire bon le filet de boeuf n’en revient pas et piaffe de joie : il affirme avoir découvert des traces de... Lire la suite

    Par  Kalvin Whiteoak
    POLITIQUE, SOCIÉTÉ
  • La pieuvre nucléaire

    Mardi, 08 Juillet 2008 22:10 Par Corinne Lepage La décision annoncée par le Président de la république de construire un deuxième EPR révèle s'il en était besoin... Lire la suite

    Par  Danielriot - Www.relatio-Europe.com
    EUROPE , POLITIQUE, SOCIÉTÉ
  • Nucléaire, no pasaran!

    Angela Merkel a annoncé voilà quelques jours que l'Allemagne ne pourrait se passer totalement de l'énergie nucléaire. Si, à court terme, il est clair qu'elle a... Lire la suite

    Par  Chacalito
    FRANCE, POLITIQUE, SOCIÉTÉ
  • Hannibal, ramadan et Fêtes de Genève

    Les pontes des offices touristiques sont déjà tout retournés : le ramadan va mal tomber dès 2009 et les caisses de ces pauvres hôteliers et autres vendeurs de... Lire la suite

    Par  Kalvin Whiteoak
    POLITIQUE, SOCIÉTÉ
  • Genève: curieuses coïncidences

    La Fondation du Stade de Genève à Carouge et ses aimables gestionnaires semblent tout à coup découvrir que leur joujou ne tourne pas financièrement. Lire la suite

    Par  Kalvin Whiteoak
    POLITIQUE, SOCIÉTÉ

A propos de l’auteur


Delphineminoui1974 564 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte