Magazine Culture

Samedi 12 Juillet_ Festival Jazz à Montauban.

Publié le 24 juillet 2008 par Zguignou


Transfert à Toulouse très sport. Départ de l’aéroport de Strasbourg à 8h50. 45 min de route pour aller à Strasbourg. Lever à 6h. 3 heures de sommeil au mieux pour nous. Autant vous dire que le réveil est dur. C’est ce genre de lever abrupt, avec tout le sommeil de retard qui pèse sur le front. Tête lourde, jambes pesantes, il faut lutter contre la tentation des couettes. Je ne déroge pas à mon principe de petit dej’ : On attaque une bonne journée que le ventre plein. Je suis tout seul. On dirait que tout le monde se la joue réveil 5 minutes avant le départ. On grimpe dans le Blue Bus de Patrick, qui commence à piaffer d’impatience, lui non plus n’a pas beaucoup dormi, et il s’inquiète de rater l’avion si on traîne trop. Rien de grave au final, le petit quart d’heure syndical de retard. Je m’endors illico. Arrivés a l’aéroport de Strasbourg, Nico nous quitte pour aller à Paris. Ce mec peut passer plusieurs mois sans jamais rentrer chez lui. On peut pas dire qu’il manque de taf.

Enregistrement des bagages tendu : Notre avion est petit et complet. Les hôtesses craignent que les instruments ne rentrent pas en cabine. On insiste. On argumente. Finalement, à force de persuasion et de mauvaise volonté ( « non, madame,hors de question de mettre nos instruments en soute »), on nous permet de les emmener en cabine. Pour ma part tout va bien, les claviers rentrent pile dans les coffres.En revanche voyage plus compliqué pour Gaye ou Bertrand qui sont obligés de prendre leur instrument entre les genoux. Je m’endors dans la minute qui suit le décollage. Je me fait réveiller brutalement par un gros choc. Nous sommes arrivés à Toulouse.

Visiblement, quelqu’un a embarqué le temps de merde avec lui. Il fait à peine plus chaud. Un runner nous attend pour nous emmener à Montauban, 1h de route. 1 h de sommeil cahoteux. Petit bilan : 45 min de bus, 1 h d’avion, 1 h de Bagnole = 2h45 de sommeil. Je commence à être pas mal , là. On nous dépose directement à l’hôtel. Malheureusement, toutes les chambres ne sont pas prêtes, faut dire qu’on débarque avant midi. On se retrouve à trois avec Max P et Gaye en attendant. La sieste est compromise, Max est une vraie pipelette ☺. J’ai même le droit à un magnifique duo de basse Max/Gaye, un grand moment de slap, je le jure.

Samedi 12 Juillet_ Festival Jazz à Montauban.

Il est beau le plateau, il est beau !



Décollage pour le jardin des plantes vers 13H. Montauban est vraiment magnifique. Nous avalons un bon repas mi froid ( charcuteries,crudités,salade) mi chaud ( des frites !) avant de monter sur scène faire les balances. L’equipe plateau est très sympa, on en avait rencontré certains à Garorock. J’ai le même rhodes d’ailleurs. Et il sonne incroyablement bien. Dimitri remplace haut la main Nico, les retours sont excellents et tout se passe facilement si n’est que c’est long, c’est long mais alors c’est long ! Ce soir nous partageons l’affiche avec le New York Ska Jazz Ensemble ( des copains de Croot apparemment) et Tumi & The Volumes dont on nous a dit le plus grand bien. On retourne encore une fois a l’hôtel ( que de transferts aujourd’hui) pour une dernière sieste, qui se transformera pour ma part en une bonne fessée au backgammon infligée par Patou. Décidément, je suis peut être mauvais à ce jeu.

Samedi 12 Juillet_ Festival Jazz à Montauban.
Vis ma vie de drummer

 Quand nous revenons manger au jardin des plantes, C’est Tumi qui a le micro. C’est assez plaisant : Batterie ,basse, guitare, chant, formule épurée pour du Hip Hop acoustique de classe. Ces messieurs viennent d’Afrique du Sud. Repas de kermesse amelioré, pendant que les NY ska Jazz ensemble prennent le relais. Bon, alors, là, je me retrouve face à un dilemme. On m’a demandé de ne pas tailler dans le blog, que c’était pas fair play, pas cool et que, par dessus le reste, ca allait nous retomber sur la gueule. Dont acte. Mais, quand même, là c’est des ricains, y vont jamais me lire. Y z’y comprennent rien au français. Peut être même qu’ils vont croire que je leur fait des compliments ! Donc je peux y aller, non ? Allez, juste un petit peu. Une petite pincée de méchancetés. Un zeste de saloperies. Ce groupe casse le mythe des américains qui déchirent. Et c’est pas des petits américains du Michigan, ni des country cowboys du texas, non, non. C’est carrément des newyorkais ! Et ben, je peux vous dire que les newyorkais, là, ils sonnaient pas une cacahuète. Ca faisait un peu groupe de baluche pour mémé. Genre on fait des standards des années 40 en ska, mais mal. Y avait juste le batteur pour rattraper le reste. Bon, bon j’arrête, je vais encore me faire tirer les oreilles, de toute façon ca n’engage que moi et moi même, tout commentaire haineux et réprobateur est le bienvenu ; mais c’est énervant de voir un mauvais groupe faire une tournée européenne rien que parcequ’ils sont new yorkais.

En ce qui concerne la pluie, elle ne s’est pas arrêtée depuis que nous sommes arrivés… Elle va même décider de tomber un peu plus fort tout au long  du concert. Tellement fort qu’à plusieurs reprises je me retourne  pour vérifier que ce déluge n’est pas à 20 cm de moi, comme le bruit voudrait me le faire croire. Avouez que pour un concert en plein air, c’est pas sympa. Il y a quand même des acharnés pour rester sous la pluie et nous écouter. Ils sont même nombreux. Une petite cinquantaine je dirais. Plus les refugiés sous les tentes, on cumule la 100aine de personnes ce soir. A la louche. A leur place, je serais rentré depuis longtemps mater un bon DVD sous les couettes, mais eux sont là. Certains sont très chauds. Ca sent le haut degré d’alcolémie, mais ça fait toujours plaisir. Une fuite d’eau se déclare vers la fin du concert au dessus de mon Nord Lead ( le synthé rouge à ma droite). Petit redéploiement vers l’arrière. Recouvrement partiel de l’appareil. Ca à l’air d’aller. Bon concert au final ( j’ai l’impression de dire ça à chaque fois) Les gens font même un scandale pour un rappel, mais malheureusement, le timing doit être réspecté, et les techniciens ont vraiment envie de plier le scène et de rentrer avant 5h du matin chez eux. Nous rentrons peu après, notre train est à 8h le lendemain, il faut se lever à 6h encore une fois…. Qui a dit que la tournée c’était cool ?


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

  • Paris Jazz Club & Paris Jazz Festival

    Paris Jazz Club vous rembourse votre billet du Paris Jazz Festival ! Après votre sortie du Parc Floral, continuez la fête dans la Rue du Jazz ... Lire la suite

    Par  Dolphy00
    CULTURE, JAZZ, MUSIQUE
  • Enghien Jazz Festival - 2 au 6 juillet 08

    Enghien Jazz Festival juillet

    Créé en 2000 par le Groupe Lucien Barrière, Enghien Jazz Festival, c'est un jazz festif à la croisée du funk de la soul et du rythm'n blues, et pour tous les... Lire la suite

    Par  Dolphy00
    CONCERTS & FESTIVALS, CULTURE, JAZZ, MUSIQUE, SORTIR
  • Vitrines en jazz

    Dès à présent les vitrines des magasins, les salles des restaurants, les halls des hôtels de Souillac se mettent à l'heure du festival. Lire la suite

    Par  Souillacenjazz
    CULTURE, JAZZ, MUSIQUE
  • Festival "Les Arènes du Jazz" du 20 au 25 juillet 08

    Festival "Les Arènes du Jazz" (20 € par concert; tarif réduit : 15 €) dimanche 20 : Joachim Kühn - Majid Bekkas - Ramon Lopez lundi 21 : Eri... Lire la suite

    Par  Dolphy00
    CULTURE, JAZZ, MUSIQUE
  • 42nd Montreux Jazz Festival

    Dimanche 13 Juillet: Pour l' événement du 42nd Montreux Jazz Festival, le 14 Juillet, est la soirée du 75ê anniversaire de Quincy Jones, une conférence de press... Lire la suite

    Par  Emeute Visuelle
    CULTURE, MUSIQUE
  • Vendredi 11 Juillet_ Festival Décibulles_Neuve Eglise

    Pour la première fois, rendez vous de départ Gare de l’Est. Neuve Eglise est proche de Strasbourg, à nous le TGV Est flambant neuf ! Première encore, je viens e... Lire la suite

    Par  Zguignou
    CULTURE, MUSIQUE
  • Autour du Montreux Jazz Festival.

    Pour parler du Montreux Jazz Festival il faut d' abord présenter Claude Nobs, le fondateur et directeur du festival. Passionné de jazz et grand rêveur devant... Lire la suite

    Par  Emeute Visuelle
    CULTURE, MUSIQUE

Dossiers Paperblog

Magazines