Magazine Environnement

Les conditions d'affichage de l'impact environnemental des produits sont définies

Publié le 25 juillet 2008 par Sequovia

Pour clarifier l’information du grand public et développer l’éco consommation, le Grenelle de l’environnement a conclu que l’affichage de l’impact environnemental des produits devrait être progressivement développé d’ici fin 2010. Afin que le consommateur puisse s’y retrouver, il fallait définir des règles pour que tous les opérateurs utilisent les mêmes méthodes. L’ADEME, en charge de cette mission, annonce, en collaboration avec AFNOR, un guide de bonnes pratiques harmonisant les méthodes d’élaboration de cet affichage.

Tout produit a un impact sur l'environnement. L’éco-consommation favorise le choix de produits qui, du fait de leur conception, génèrent moins d’impacts, tout en conservant leurs performances. L’affichage environnemental s’inscrit dans cette dynamique et donne accès à une information claire sur les impacts environnementaux des produits achetés.

Depuis de nombreuses années, l'ADEME accompagne le développement d'étiquetages environnementaux. Forte de son expertise en ce domaine et après avoir accompagné des entreprises pilotes comme Casino et Leclerc, l’ADEME a élaboré avec AFNOR un guide de bonnes pratiques pour éviter de voir se multiplier des initiatives différentes qui auraient créé une certaine cacophonie en affichant des informations non comparables.

L’objectif est qu’un consommateur puisse à terme trouver le même format d’affichage, quel que soit son lieu d’achat, et pouvoir distinguer deux produits similaires en fonction de leurs plus importants impacts sur l’environnement. Cette information pourra ainsi devenir un élément supplémentaire de choix.

Ce référentiel de bonnes pratiques garantit que les informations qui seront transmises au consommateur via l’affichage sur le lieu de vente seront comparables d’un magasin à l’autre, même si le format définitif de l’affichage reste encore à définir.

3 principes phares pour une méthode unique :

  • L’affichage doit porter sur le couple produit /emballage. Il comptabilise les différents impacts significatifs d’un produit tout au long de son cycle de vie (extraction des matières premières, transformation, distribution, utilisation, fin de vie) sans cibler une étape en particulier, et en tenant compte de son mode de conditionnement.
  • Un même format d’affichage pour tous les produits, multicritères mais simple : le consommateur doit pouvoir repérer visuellement et lire rapidement les informations quel que soit le magasin dans lequel il achète et quel que soit le produit acheté. Un même visuel devra rendre compte de plusieurs indicateurs d’impact environnemental (effet de serre, consommation d’eau, toxicité, atteinte à la biodiversité….). Ce visuel sera élaboré de manière collective.
  • Des méthodes de calcul identiques : des produits se différenciant par leurs qualités propres. Les indicateurs qui vont être retenus pour chacune des catégories de produits devront être définis à partir de la rentrée sur la base d’informations scientifiques. Les méthodes de calcul et de vérification seront communes à tous pour permettre la comparaison des informations.

Les principes généraux de ce guide seront complétés à partir de l’automne par des règles de calcul précises par catégories de produits.

Pour informer le grand public comme les professionnels des travaux en cours sur le sujet de l’affichage environnemental des produits, un site Internet sera mis en ligne dès septembre prochain.


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Sequovia 1882 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte