Magazine

Rat

Publié le 27 juillet 2008 par Dunia

La pododermatite du Magnifique

Nouvelle opération programmée

Depuis octobre dernier Le Magnifique et moi vivons l’enfer de la pododermatite. J’en suis extrêmement chagrinée car Le Magnifique est l’un de mes rats préférés. Ce mâle ultra doux avec les humains, qui se couche contre moi en réclamant des câlins, ressemble davantage à un gros chat affectueux qu’à un rat gentil certes, mais vif et curieux. En effet, les rats, avec leurs 270 à 350 battements de cœur à la minute, ne vivent pas le temps comme nous, qui n’avons qu’entre 55 et 80 pulsations par 60 secondes. Leur temps, par rapport au nôtre, est accéléré. Pour eux, nous sommes de grosses bêbêtes un peu gauche et ralenties, d’où leur difficulté à rester calmement étendus sur nos genoux. Enfin, généralement. Les passionnés de rats, vous réciteront des listes longues comme le bras de rats domestiques exceptionnellement calmes et câlins, adaptés à notre temps de paresseux, mais je vous déconseille d’adopter un rat, si vous souhaitez posséder un animal de petite taille qui s’allonge près de son maître sans bouger, or Le Magnifique fait partie de ces rats paisibles et pot-de-colle. Malheureusement, depuis octobre dernier, cette horrible podo m’a obligé à le torturer quotidiennement, parfois plusieurs fois par jour, lors des soins. J’espérais résoudre le problème avec une opération. Il est réapparu, nettement plus violent. Lasse de jouer la tortionnaire avec ce pauvre animal qui souffrait de diarrhées à cause des antibiotiques à répétition, et qui commençait à me craindre dès que j’approchais de sa cage, j’ai cessé les soins locaux et oraux en espérant qu’après l’opération, la maladie cesserait d’évoluer de manière disproportionnée. Grave erreur. Dès l’arrêt des soins locaux et de l’administration d’antibiotiques, sa patte à commencé à former une boule. En peu de temps, elle est devenue grosse comme un poids chiche avec une allure de raisin sec ayant trempé dans l’eau. Je précise qu’afin d’avoir un meilleur contrôle de l’hygiène, ce pauvre rat vit seul depuis des mois, dans une cage lavée quotidiennement, ce qui est contraire à mon éthique car les rats sont des animaux sociaux ayant besoin de leurs semblables. En guise de litière, je couvre le fond avec du sopalin que je change tous les jours. De plus, dès que je vois des crottes, je les enlève. Il ne s’agit donc pas d’un manque de propreté. Mon rat a probablement des prédispositions génétiques qui le rendent sensible à cette maladie comme l’expliquent certains sites spécialisés. D’après ceux-ci, le réopérer ne résoudra pas le problème s’il provient d’une lignée présentant des carences immunitaires. Toutefois, en souhaitant lui éviter l’angoisse quotidienne des soins, je nous suis mis au pied du mur, et à moins de l’euthanasier, ce à quoi je n’arrive pas à me résoudre car il ne semble pas souffrir outre mesure, je suis obligée de le renvoyer sur la table d’opération. Jeudi matin, j’ai remarqué que la boule sous sa patte avait très mauvaise allure. J’ai téléphoné chez mon véto de famille pour demander un rendez-vous. Bien m’en a pris car à midi j’ai découvert mon rat dans une marre de sang. La tumeur avait éclaté. Depuis elle saigne abondamment, régulièrement. Selon mon vétérinaire, il s’agit d’une tumeur bénigne. Je lui ai suggéré de carrément couper la patte, mais il semble que les rats ont tendance à se ronger le moignon ce qui n’est évidement pas le but. Demain j’amène Le Magnifique chez le vétérinaire pour une nouvelle opération et cautérisation. Si dans les semaines à venir la pododermatite reflambe dans les même proportions, je me verrai obligée de l’euthanasier. Rien que d’y penser j’en ai le coeur brisé.

Par ailleurs, je crains qu’il laisse sa vie sur la table d’opération. Le Magnifique subira une anésthésie pour la trosième fois, or il avait déjà peiné à se remettre de la seconde. Sa première narcose eut lieu lors de sa castration. Très attaché à moi, Le Magnifique ne supportait pas que d’autres mâles m’approchent. Fou de jalousie, il leur cassait la gueule, se rendant responsable de pas mal d’abcès chez mes mâles, ainsi que de l’éborgnement de Maître Yoda. Afin de pacifier les relations entre mâles, Vicky, qui me l’a offert il y a deux ans, l’avait fait castrer chez sa vétérinaire, et le problème disparut.

Cliquez sur les dates pour suivre l’évolution de l’opération effectuée ce printemps : 14 février 2008 , 18 mars 2008 , 19 mars 2008 , 20 mars 2008 , 21 mars 2008 , 22 mars 2008.

Rat pododermatite

La masse de cellules granulomateuses est devenue grosse comme un poid chiche et molle comme un raisin sec trempé dans l’eau.

Rat pododermatite

Sous la boule, que Le Magnifique a peut-être accroché quelque part, une petite plaie saigne abondamment.


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Dunia 33 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Dossier Paperblog