Magazine Sport

Bilan du Tour 4 : les Espagnols

Publié le 29 juillet 2008 par Marbor

Les Espagnols maintiennent leur suprematie: apres Oscar Pereiro et Contador, qui avaient beneficie des exclusions de Landis et Rasmussen, Sastre remporte le maillot jaune. Oscar Freire finit maillot vert. Curieusement, c'est au classement du mailleur grimpeur que les Espagnols sont les moins presents.

Dans la loterie du maillot jaune, Sastre a beneficie d'un double concours de circonstances: il disposait de la plus forte equipe du peloton, capable de dicter sa loi en montagne et d'anihiler les attaques adverses. Il etait superieur en contre-la-montre a ses deux co-leaders, les freres Schleck. Celui qui a ete un vaillant lieutenant chez Once, puis chez SCS, qui n'a jamais fait mieux que 4eme dans un grand tour, a su profiter du marquage Evans-Menschov-Kohl-Schleck pour s'en aller cueillir le maillot jaune. Encore fallait-il le garder. Il le fit, transcende peut-etre, mais surtout confronte a des adversaires uses. Un autre Espagnol s'annonait comme un pretendant plus que serieux: Valverde, souvent malheureux par le passe sur le Tour. Il montre d'emblee ses intentions en prenant le maillot des la premiere etape. Il pouvait compter sur une equipe solide. Il essuya une premiere defaillance, puis ne fut plus en mesure d'attaquer de maniere decisive, se contentant de suivre la fine equipe des leaders. Nouvelle deception donc pour un coureur doue, qui devrait compter plus de victoires que ses quelques classiques de printemps.

Dans la course au maillot vert, le meilleur sprinter n'est pas forcement le laureat final: il faut passer la montagne et arriver sur les Champs Elysees. On en eut une nouvelle fois la demet puis il a abandonne. Freire n'a gagne qu'une seule etape, mais il a souvent ete place. C'est suffisant, face a un Mc Ewen completement absent et un Hushovd rapidement eteint apres sa victoire initiale. Freire continue ainsi sa moisson de lauriers, lui qui a deja trois titres mondiaux a son actif.

Dans la montagne, les Espagnols ne sont plus ce qu'ils etaient. On les trouvait par grappes dans les echappees des que les pentes s'elevaient. Les Basques bondissants d'Euskatel se trainent, a l'image de Zubeldia. Le reste du temps rares sont ceux qui comme Samuel Sanchez ont reussi a accrocher le wagon des leaders. Il faut dire que les CSC faisaient le menage en deux kilometres et dans la petite dizaine de survivants, il ne restait plus guere que Valverde. Quand un Espagnol parvint a se projeter a l'avant, il subit la loi de ses compagnons, comme Arieta impuissant face a Dessel. Pereiro n'a pas trouve de remplaant pour mener des attaques quotidiennes.

Malgre tout, les Espagnols ont remporte pas mal d'etapes: 2 pour Valverde, en comptant le declassement a venir de Ricco a Super-Besse, 1 pour Freire et 1 pour LL Sanchez.

Ce bilan largement positif est un peu en trompe l'oeil: il repose sur trois individualites de premier plan, tandis que le reste de la troupe n'a fait que de la figuration. Les Franais s'en contenteraient...


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Marbor 4 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazine