Magazine

Tirer sur les ambulances à l'arrêt

Publié le 03 septembre 2008 par Amaury Watremez @AmauryWat

dead_details_06.jpgIl y a quelques années, sur zazieweb, les e-lecteurs dont moi avaient défendu un petit livre pamphlet d'Eric Naulleau et Pierre Jourde, "la littérature sans estomac", qui nous semblait plus intéressant que les autres, plus libre, en dehors des réseaux habituels de copains et coquins. Et puis depuis, Pierre Jourde a écrit des romans où il garde son intégrité tandis que Naulleau passe chez Ruquier le samedi soir où il descend en flèche les mêmes ambulances que d'habitude dans une belle mascarade pseudo-politiquement incorrecte. C'est un peu pareil sur tous les blogs se prétendant également politiquement incorrects dont l'audace consiste à dire des gros mots (ohlala) à insulter deux, trois personnes, souvent là encore on tire sur les ambulances à l'arrêt ; ce qu'ils recherchent c'est la reconnaissance de la crémière et celle de la critique potiche de la télévision qui aime tant Anna Gavalda parce que "c'est tellement vrai" et Fred Vargas parce que "ses romans sont tellement mystérieux" ou ceux de Catherine Millet qui est "tellement audacieuse" car elle parle de ses partouzes et gang-bangs sans pudeur ni dignité (ohlala !), ce qu'ils recherchent c'est la célébrité pour pas grand-chose, comme Naulleau ; c'est tellement facile de dire que le livre de Boccolini est nul par exemple, c'est même pas un secret. Ce serait mieux de s'attaquer aux vraies icônes mais celles-ci restent en place quoi qu'il arrive. Les blogs dits politiquement incorrects rêvent finalement d'être les premiers de la classe et parlent de politique en consommateur : "je veux choisir ce que je pense et j'ai le droit de choisir ce que je veux même si les autres y disent que c'est des conneries et même si c'est vraiment des conneries". Et surtout, il ne faut pas faire suer avec le passé ou une vision des faits. C'est normal, parce que finalement ils s'en foutent de la politique, du cinoche ou de la littérature tout ces petites gens politiquement incorrects.

Post-scriptum : Je me souviens de Naulleau au salon du Livre qui ne voulait pas nous parler (pensez, des petits cons et des petites connes d'un petit site communautaire qui avait fait passer ses ventes de 2 à 2000 exemplaires) parce qu'il attendait la journaliste de "Marie-Claire"


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Amaury Watremez 23220 partages Voir son profil
Voir son blog