Magazine

L'irrévérence est-elle une valeur de droite ou de gauche ?

Publié le 01 octobre 2008 par Amaury Watremez @AmauryWat

guignolpolice.jpgSi l'irrévérence était d'un côté ou de l'autre, ce ne serait plus de l'irrévérence, on devient alors un bouffon officiel que ce soit Bedos sous Mitterrand ou Le Luron sous Giscard. Or, qu'est-ce que je trouve dans un article des "Inrocks" cité déjà la note en-dessous, et décidément très inspirants cette semaine, à propos de Jon Stewart, présentateur du Daily Show sur "Comedy Central" ? Qu'il est irrévérent donc de gauche. C'est un peu comme ces journaux et blogs de droite où dés que l'on fait une blague sur les "pédés", les "bougnoules" et autres, on est politiquement incorrects donc irrévérents envers ces saletés de bien-pensants qui gênent tant pour dire toutes les conneries que l'on voudrait. Cela revient au même d'un côté ou de l'autre.

Il s'agit de faire la leçon à l'ignorant béotien qui n'accepte pas d'adhérer inconditionnellement à une vulgate idéologique qu'on lui impose, que celle-ci soit ultra-libérale ou marxisante. Moi qui ne suis qu'un "peignecul" (insulte bourgeois envers une personne ne fréquentant pas les mêmes milieux choisis que l'élite de la société auto-proclamée) ignare ou "onaniste de sacristie" sans vergogne, je pense que les bourgeois ont pris le pouvoir il y a deux siècles, que leurs valeurs irriguent toute la société maintenant à commencer par leur valeur la plus importante qui est l'argent et ses implications : en jouir sans scrupules ni culpabilité, affirmer des idées progressistes et généreuses afin de masquer son égoïsme profond et surtout ne rien faire (il en est qui vont jusqu'à s'augmenter sans rien demander à personne et affirmer ensuite aux nécessiteux les yeux dans les yeux et sans vergogne qu'il n'y a pas assez d'argent dans les caisses pour aider les pauvres). Après on se demande pourquoi j'ai parfois du mal à retenir mon esprit caustique ou mon mépris envers pareille hypocrisie.

Et bien sûr on la paie l'irrévérence, très chèrement. Car c'est la courbure de l'échine la position préférée de l'homme moderne.

Post scriptum : Comme on le voit, on me conseille de lire Marx afin de comprendre les raisons de la crise économique majeure que nous subissons. Je n'ai attendu personne, je l'ai étudié en première année de fac par le menu, ainsi qu'en licence en histoire économique. Marx a parfaitement raison sur le plan des mécanismes du capitalisme et de sa course droit dans le mur. C'est d'ailleurs pour cette raison que les pays industrialisés ont mis en place rapidement des système de protection sociale ou de retraites afin de désamorcer les révoltes. Leur stratagème a parfaitement réussi puisque toutes les couches de la société sont maintenant irriguées par les valeurs de la bourgeoisie. Cependant, comme tous les idéologues de cette période, Marx s'est cru obligé d'étendre son analyse à la religion ainsi qu'à la philosophie, or son matérialisme est totalement antinomique de la foi chrétienne qui n'est pas une idéologie quant à elle. La "cité de Dieu" de Saint Augustin n'est pas une utopie idéologique c'est le reflet de ce qui se passerait si les êtres humains se laissaient aller juste un peu plus à se conduire réellement humainement.

Pour les anglophones ci-dessous Jon Stewart parle de la crise financière (et d'autres choses dans les vidéos relatives, de manière toute aussi incisive)


Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Amaury Watremez 23220 partages Voir son profil
Voir son blog