Magazine Culture

Faïza Guène, l'Agatha Christie de la cité !

Par Lise Marie Jaillant


Michel Field / Faïza Guène : Les gens du Balto
Uploaded by hachette-livre

Je suis plongée dans "Les gens du Balto" de Faïza Guène, que Michel Field qualifie d'"Agatha Christie de la cité". La comparaison est un peu too much, car "Les gens du Balto" est quand même un peu basique, comme polar. Tout commence par le meurtre de Joël Morvier, un patron de bar glauque dans une banlieue glauque. Et la grande question du roman (ô surprise!) est "qui a tué Jojo"? Il me semble qu'Agatha Christie aurait essayé de faire un peu plus subtil, non?

Cela dit, j'ai été favorablement impressionnée par l'écriture de Faïza: elle s'essaie à plusieurs voix, donc à un multitude de points de vue sur l'action. Et ça passe admirablement bien: chaque personnage a une langue autonome, des tics de langage propres, des réactions bien individualisées. Tout cela bourdonne de vie (et me donne envie de finir le roman, chose suffisamment rare pour que je le mentionne...)

Quant à la question marketing, il semble que Hachette Littératures vise maintenant un public de bobos amateurs de "littérature des banlieues". Il suffit de lire la quatrième de couverture, écrite en français très châtié: "Avec ce roman choral, Faïza Guène dévoile de nouvelles facettes de son talent, réunissant à se glisser avec autant d'aisance dans la peau de tous ses personnages. Humour, justesse du trait, Les gens du Balto confirme que cette jeune romancière n'est pas devenue une figure des lettres par hasard."

On est loin de la stratégie "Blog Skyrock" pour la promo de son précédent roman...


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Lise Marie Jaillant 301 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines