Magazine

Plus belle la vie - feuilleton pour l'éducation des masses

Publié le 24 novembre 2008 par Amaury Watremez @AmauryWat

J'ai toujours beaucoup aimé les feuilletons à suivre, quand j'étais petit : "Vidocq", mais aussi "Chéri Bibi" ou encore un truc interminable que les moins de quarante ans ne peuvent pas connaître, "Anne jour après jour" avec Sophie Barjac, il lui arrivait plein de choses, elle était orpheline, son frère se droguait, son fiancé se tuait en mer, mais c'était plutôt pour les filles. Depuis quelques temps, c'est "plus belle la vie". Je comprend que l'on puisse être addictif à un feuilleton mais là je ne pige pas. C'est censé se passer à Marseille, mais tout le monde, excepté un ou deux personnages, parle "pointu". En plus, il y a l'horrible manie des feuilletons français dans le genre qui est de faire dans le didactique : les homosexuels sont sympas (à quand un homosexuel con ? ce qui sera plus subtil car là les choses auront vraiment évoluées, on me dira, il y a Steevie mais lui ce n'est pas la moitié d'un con), les couples gays ou lesbiens sont toujours super bien intégrés à la société alors que bon, pareil pour les couples mixtes, les familles recomposées c'est cool, elles mangent toujours autour d'un barbecue comme dans les pubs pour chicorée, les familles nucléaires traditionnelles sont toujours bourgeoises avec de lourds secrets, d'ailleurs ceux qui ont des soux c'est rien que des méchants, il n'y a que quand elles sont prolos qu'elles sont sympas, la drogue c'est pas bien, le viol, le meurtre c'est pas beau. La vieillesse ça peut être quelque chose de très actif.

Si vous avez manqué le début :

Aurélien il n'est pas très content que Florence recherche encore son amoureux dont personne ne sait si il est en vie, Quentin. Comme elle est maline, elle colle plein d'affiches partout avec sa photo comme quand on a perdu son petit chat pour le retrouver. Aurélien n'étant pas un gars très fin, il raconte son histoire d'amour déchirante à la fille qui est peut-être amoureuse de lui, et ensuite elle est triste mais elle ne noie pas son chagrin dans l'alcool car on est sur le service public, merde. Et le vin c'est pas bien de trop en boire. Ensuite, Benoît veut aider une de ses copines qui s'appelle Sybille, comme celle de Cumes (référence éducative pour les masses laborieuses), à ne plus avoir de visions : à mon avis, elle devrait arrêter de sniffer de la colle ou lui devrait s'en servir pour gagner au loto. Ensuite, à la police, la fliquette qui est une beurette officier, on voie ça souvent dans la police c'est connu, est soupçonnée de ne pas faire ce qu'il faut pour coincer un truand qui est quand même un peu gentil parce que les truands peuvent se réinsèrer (séquence éducation civique). A la fin, Johanne se gratte partout, non qu'elle ait des mycoses mais la gale, ce qui permet d'alerter le spectateur sur les dangers d'un mauvais choix de lessive...

à suivre si ça vous chante sur France 3 parce que moi...

ci-dessous petite parodie


Plus belle la vie parodie
envoyé par metallah

Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Amaury Watremez 23220 partages Voir son profil
Voir son blog