Magazine

Le problème ce n'est pas Sarkozy...

Publié le 25 novembre 2008 par Amaury Watremez @AmauryWat

sarkozy_2.jpgEncore une fois, un grand magazine d'opposition nous fait une couverture contre Sarkozy, ce qui permet de vendre du papier. Ce ne sont pas les seuls, chacun y va de son bouquin, toujours pour le bien de la communauté, jamais pour celui du porte-monnaie de l'auteur, contre l'affreux et utile Sarko qui n'est qu'un symptôme, une marionnette, un opportuniste avisé, le pantin d'intérêts plus larges dont il n'est que rarement question : à ce propos quelle torpeur de la part des opposants face au plan de sauvetage des banques qui continueront de se conduire exactement comme la même manière ! On note la quasi-absence de réactions après, comme chaque année depuis quelques temps, de deux sans-abris dans la rue ou ailleurs. La météo actuelle serait-elle hypnotique ? On note la coupure profonde entre les élites auto-proclamées, très hierarchisées, que l'on soit un parfait con n'y est pas grave si l'on détient un diplôme adéquat, en particulier avoir préparé "Normale sup", même si l'on fait mine de ne pas s'en soucier, c'est cela qui permet de distinguer le bon grain de l'ivraie, à défaut avoir au moins "fait" une "bonne" prépa où l'on retrouve le même milieu bourgeois depuis longtemps, les élèves issus de milieux simples y sont de plus en plus rares, cela s'accélère depuis vingt-cinq ans. Loin de moi l'idée de critiquer le travail gigantesque qu'abatte les hypôkhagneux ou les khâgneux, ou les élèves de Sciences po ou d'ailleurs, mais ce que l'on mesure en premier lieu chez eux, c'est leur docilité et leur capacité à obéir. Cela n'empêche pas de se lancer poitrail au vent ensuite contre la mitraille virtuelle d'ennemis que l'on va jusqu'à imaginer (on adore voir la patrie, les droits de l'homme, tout ça, en danger et se poser en sauveur romantique), de balancer deux ou trois idées fracassantes voire des provocations ineptes (comme Richard Millet pour qui le pauvre pue la sueur le soir après une journée de travail comme il le raconte dans son journal).

A l'extrème-gauche intellectuelle et qui réfléchit elle messieurs-dames, on se passionne pour des fils à Papa révolutionnaires ce qui permet de ne pas se poser les vraies questions, parce que la société de consommation, quand on a du pognon, que la planque est confortable ce n'est pas si désagréable après tout ; pendant qu'au PS on se déchire principalement sur des questions d'intérêt personnel et rien d'autres. De plus,  42 voix de plus pour une majorité, c'est ingouvernable, ce n'est pas possible. Et en plus ça fait le jeu du pouvoir qui n'en demande pas tant, et Sarkozy reste très populaire, se construisant une posture de père comme en rêve les français depuis qu'ils ont coupé la tête de Louis XVI, traumatisme oedipien collectif dont ils ne sont toujours pas remis, tout comme Rachida Dati qui reste encore une sorte d'héroïne du petit peuple laborieux. Elle peut faire toutes les conneries qu'elle veut en plus, car elle ne sera jamais virée, elle peut user douze chefs de cabinet, c'est très sensibles ces bêtes là, elle peut mettre en colère les magistrats et leur syndicat, qui pourtant est plutôt du genre accomodant habituellement. Encore une fois, à propos, qui a réellement et vraiment protesté contre les lois qu'elle vient de faire voter ? Personne ou presque du personnel politique.


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Amaury Watremez 23220 partages Voir son profil
Voir son blog