Magazine

Rions avec le Téléthon

Publié le 05 décembre 2008 par Amaury Watremez @AmauryWat

pate-lorrain-geant-telethon-haute-marne.jpgJe me rappelle une blague certes cruelle de Desproges mais qui me fait rire, je l'avoue non sans honte : "Pour des heures de franche rigolade, accrochez un poisson d'avril dans le dos d'un petit myopathe" (dans "l'Almanach"). C'est encore le Téléthon, des heures et des heures de programme positif et sensible où tout le monde est bon, gentil et généreux, des heures et des heures de programmes divers et variés de la plus grosse quiche lorraine à la course en sac contre les maladies génétiques en passant par le concours du plus gros boudin blanc contre les maladies orphelines. Après tout tant mieux, pendant trois jours des enfants et des adolescents se dépassent et se dépensent par générosité. Et puis lundi, les mêmes braves gens gentils, généreux et sympâs recommenceront à se garer sur les places handicapées, à regarder les handicapés (Non c'est vrai il faut dire non-valides maintenant) comme des bêtes curieuses dans le bus ou le métro. De plus, si le Téléthon contribue effectivement à soigner les malades, il contribue aussi à des dérives. On a réussi à dresser la "carte" du génome humain, ce qui permet de mieux comprendre les maladies et peut-être à long terme de les éviter définitivement. Mais cela permet aussi de se laisser aller à la tentation de l'eugénisme. Et cela se fait déjà. De ces parents qui voulaient absolument que leur progéniture grandisse "passque les grands ça réussit mieux", à ces parents qui voudraient choisir la couleur des cheveux, des yeux, la corpulence et le sexe de bébé sur catalogue, elle est déjà fortement implantée. Et je passe sur cette "responsable" éducative qui me confia un jour sans rire, se croyant encouragée à le faire en ma présence, qu'il faudrait "stériliser les pauvres" pour les empêcher des faire des gosses (Pauvre conne). La bonne dame (pauvre conne) n'était ni nazie, ni même d'extrème-droite, elle se disait "progressiste de gôche". Le gène de la connerie, notons, reste donc encore à découvrir. Si le handicap d'un enfant est toujours une souffrance pour les parents, et ils ne bénéficient d'aucune aide réellement probante en France, un enfant handicapé a quelque chose à apporter au monde. Je me souviens aussi de ce chercheur en génétique parlant les yeux brillants de la possibilité de faire pousser des ailes ou des branchies à un être humain, comme ça pour voir, en effet, ce serait chouette ! Non ? Non.

Sur la photo, le plus grand pâté en croûte du monde pour le Téléthon


Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Amaury Watremez 23220 partages Voir son profil
Voir son blog

Dossier Paperblog