Magazine

Autopublier son roman: une success story

Publié le 08 octobre 2007 par Lise Marie Jaillant

Passer par l'autopublication n'est pas forcément une mauvaise idée (si vous avez le carnet d'adresses pour promouvoir le bouquin...)

Le cas d' Arthur Nersesian est assez intéressant. Ce New Yorkais de naissance s'occupait d'un journal trendy avant d'autopublier son roman:

"J'ai initialement écrit ["The Fuck up"] en 1987, et j'ai essayé de le publier l'année suivante. A l'époque, le titre était plus calme: "The New York City Subway System". Et pourtant, aucun éditeur n'en a voulu. En 1991, après que mon agent me l'ai rendu en disant qu'il n'arrivait pas à trouver preneur, j'ai décidé de le publier moi-même. J'ai quand même demandé l'avis de plusieurs libraires que je connaissais à Greenwich Village. [...] Un des libraires m'a dit de mettre une fille nue sur la couverture ou le mot "fuck" dans le titre. [...] J'ai épuisé le premier tirage de "The Fuck up", et je l'ai réimprimé trois fois avant que Akashic Books le reprenne.

Après ça, MTV Books m'a proposé de racheter les droits pour une somme minuscule, mais j'ai accepté" (Source: 3: AM Magazine)

Eh voilà comment faire d'un bouquin dont personne n'a voulu une success story. Arthur Nersesian a bien utilisé son réseau et il n'a pas hésité à faire un peu de provoc' (mettre "fuck" en titre est impensable aux Etats-Unis, d'où la couverture tronquée...)

Tout cela me donnerait presque envie de retenter ma chance avec mon premier roman. Je pourrais toujours le publier sur Lulu, mais ça m'étonnerait que ça intéresse MTV Books :)


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Lise Marie Jaillant 301 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Dossier Paperblog