Magazine

Le pire film que j'ai jamais vu... - « Maison Hantée » de Lamberto Dawson alias Anthony Dawson alias un tâcheron

Publié le 30 septembre 2009 par Amaury Watremez @AmauryWat

macabro.jpgSur de nombreux blogs et journaux, on parle surtout des meilleurs films que l'on ait vu, on fait des inventaires en attendant l'Apocalypse, on liste les œuvres réputées indispensables et on oublie soigneusement de parler des nanars qui parsèment notre vie au cinéma. Et puis cela faisait longtemps que je n'avais pas parlé de cinéphilie honteuse. J'avais plus ou moins l'intention de traiter films de karatékas belges qui se réduisent à la seule filmographie de Jean-Claude Van Damne, qui semble avoir fait l'Actor's Studio comparé à Stiveune Cigale. Curieusement JCVD est doublé dans ses films américains par le même acteur qui double l'adjoint de Derrick : Yves-Marie Maurin, qui était le mari d'Anicée Alvina dans « les 400 coups de Virginie », feuilleton « madeleine » des années 70. On aurait pu aussi ergoter gravement sur le manque de cinéphilie absolu des critiques qui ne reconnaissent pas dans « District 9 » l'intrigue de « la marque » , une aventure du professeur Quatermass, pompé par le créatif -marketing qui a écrit le scénario. J'aurais également eu la possibilité de gloser sur l'affaire Polanski, personne ne semble comprendre que l'on peut être un génie du cinéma et un sale de con de gros porc libéral-libertaire de la Djet-set.

maisonterreur.jpg
Revenons plutôt à nos moutons (galeux). « Maison hantée » alias "la Maison de la Terreur" ou "Macabre" commence par des tinadjeures qui vont retaper une maison qui se trouve qu'elle est hantée par des esprits malins qui possèdent des marionnettes enfantines en chiffons et une gamine inquiétante avec un front un peu trop grand (quand elle apparaît, elle est habillée comme les jumelles de « Shining » de Kubrick, il y a une musique inquiétante drôlement inquiétante). Il y a aussi un jardinier handicapé moteur qui semble sorti d'un giallo. Bien entendu les tinadjeures se font flinguer un par un de manière stupide, il y en a une qui est coupée en deux par une sorte de guillotine, la bombasse de la bande ; bizarrement avant d'être séparée en deux morceaux, elle chausse du 38, après du 42 (ou plutôt la doublure jambes). Il y a le beau gosse tinadjeure qui tombe au sous-sol dans une sorte de mare de lait diabolique dont il arrive à sortir en poussant des grognements comme Émile, l'exhibitionniste officiel de Verneuil sur Avre (tous les soirs en représentation à la sortie de la maternelle, il aime beaucoup « Rosemary's Baby » de Polanski). L'inconscient remonte l'escalier mais sa copine déboule alors avec une paire de ciseaux qu'elle brandit en poussant des cris hystériques, elle finit par le tuer avec. Ensuite, elle chiale deux minutes puis tout va bien, ils rentrent à Rome. La maison hantée a brûlé et la petite fille diabolique semble être retournée aux enfers, mais, petite musique enfantine aigrelette diabolique, ô surprise, la marionnette diabolique est dans une vitrine de magasin de jouets (diabolique aussi, ils proposent un crédit à taux usuraires pour acheter les cadeaux à la mode aux petits enfants de pauvres). La copine de l'héroïne l'aperçoit et traverse sans regarder les clous, elle se fait renverser par une bagnole conduite par le jardinier débile qui ricane sombrement. Et c'est le générique. J'étais allé voir ça à la place d'un autre nanar, « le Grand bleu », vu plus tard, hélas. La morale de l'histoire est qu'il ne faut pas traverser en dehors des clous. C'est bourré de ruptures de rythme, les acteurs jouent comme des pieds ET avec leurs pieds, l'étalonnage est différent selon les scènes, les trucages étaient nuls et il n'y avait même pas un quelconque morceau de second degré là-dedans. Maintenant, on fait les mêmes films avec des millions, et les journalistes facheûne trouvent ça trop tendance et top design, plein de dérision tellement hypracoule.

Ci-dessous une excellente parodie de film d'horreur


Les Dents De La Mouche
envoyé par FlyerBird. - Regardez plus de vidéos comiques.

Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Amaury Watremez 23220 partages Voir son profil
Voir son blog

Dossiers Paperblog