Magazine Culture

Pop-philosophie autour du "Docteur House"

Par Amaury Watremez @AmauryWat

hugh-laurie-dr-house.jpg

J’ai une tendance très nette à la compulsion, quand j’aime bien quelque chose, il me faut tout consommer autour de ce « quelque chose » : Erik Satie, Thelonious Monk, Philip K. Dick et le docteur House qui est sûrement une compulsion égocentrée puisqu’il paraît, qu’excepté la canne, je suis l’incarnation parfaite, dans un autre genre, du bon docteur.

Je me suis donc laissé avoir par le marketing autour du personnage et ai acheté un livre de « pop philosophie » prenant la série comme base, « Dr House, les secrets d'un antihéros », d’Henry Jacoby. Contre toute attente, l’ouvrage est très intéressant, décrivant des situations types glanées dans chaque épisode et conduisant à évoquer Socrate, Nietzsche voire des auteurs orientaux, là j’aurais tendance à être plus sceptique et moins enclin à suivre. 

Au fond le docteur House est réputé cynique (il l’est au sens philosophique), associal, arrogant, mais il ne l’est pas tant que ça, il est surtout préoccupé par la recherche de la vérité, comme Socrate, et celle d’un être humain authentique, comme Diogène, avec lequel il partage quelques attitudes communes à la différence que House n’ira pas jusqu’à déféquer en public, et son but ultime est le bien de ses malades et de son entourage. Et quand il ment c’est souvent pour protéger les autres : une mère et son fils, des parents éplorés, une jeune fille en détresse, Wilson, son docteur Watson.

Je trouve personnellement que ce qui est le plus passionnant dans la série est justement l’insistance des auteurs quant à la recherche de la vérité, par House et son équipe, qui prime sur tout le reste. A notre époque d’apparences, de statuts frelatés, de faux-semblants, d’actualités qui fonctionnent uniquement sur le spectaculaire, de mensonges de toutes sortes que tout le monde entretient, c’est assez original et extrêmement sympathique à mes yeux. La vérité, et la Vérité, ne sont pas aux yeux de nos contemporains des questions intéressantes, ils sont souvent contradictoires sur le sujet affirmant que la Vérité n’existe pas, ce qui fait que le Bien et le Mal non plus par conséquent, et se laissant aller de temps à autres à l’humanitarisme vague qui a remplacé sous nos cieux et à notre époque toute autre réflexion un tant soit peu pertinente.

De plus il est doté de cette qualité très anglaise que j’aime beaucoup qui est l’« understatement », la faculté de ne surtout pas se prendre au sérieux, de sombrer dans une gravité de pacotille qui est, rappelons le, « le bonheur des imbéciles » selon Nitche à moins que ce ne soit Stivi Boulay.


Retour à La Une de Logo Paperblog

LES COMMENTAIRES (1)

Par caca
posté le 28 janvier à 19:38
Signaler un abus

Putain, écrire Nietzsche comme toi ("Nitch"), c'est vraiment trop la honte !!!

A propos de l’auteur


Amaury Watremez 23220 partages Voir son profil
Voir son blog