Magazine Animation

Hamburgers et dragibus tombent du ciel

Par Audenectar

Hamburgers et dragibus tombent du cielDélirant.
Un peu par hasard, j'ai été voir avec ma fille de 6 ans ce film au titre déjà spécial : Pluie de boulettes géantes.
Moi qui aime les imaginations tordues et débridées, je n'ai pas été déçue, un vrai truc de tarés.
Flint, inventeur solitaire depuis sa plus tendre enfance crée des objets foireux plus ou moins utiles.
Seule sa mère croit en lui.
Malheureusement elle meurt, on ne sait pas comment et c'est une autre histoire.
Devenu adulte, il crée une machine qui transforme les molécules d'eau en nourriture.
Il utilise celles des nuages pour faire pleuvoir ce que désirent les villageois, sur commande.
Je vous raconte pas tout ce qu'ils se prennent sur la face, et le gâchis que cela engendre, puisqu'une grosse partie tombe sur les toits, dans la mer, sur les trottoirs.
Heureusement, Flint invente une autre machine qui envoie ces restes par un système de catapulte aux frontières de la ville. Une grosse montagne de bouffe qui augmente de jour en jour sans gêner personne.
Fous de bonheur, les habitants de ce petit port peuvent enfin manger autre chose que des sardines, leur spécialité.
Flint est enfin reconnu, le Maire essaie de tirer profit de la situation, les gens font pleuvoir tout et n'importe quoi et se régalent.
J'avoue avoir été sensible à la pluie de dragibus, un de mes rêves d'enfant (une piscine plus exactement, j'imaginais que je me vautrais dedans).
Ma fille a adoré voir les maisons et rues recouvertes de boules de glaces, de toutes les couleurs, tous les parfums, le paradis pour les enfants.
Je n'ai pu m'empêcher d'y voir une métaphore. Le symbole du gâchis de bouffe dans les pays riches, le trop plein de nourriture d'un côté, alors qu'ailleurs les gens crèvent de faim.
C'est marrant mais assez indécent.
Cette pluie de hamburgers dans certaines parties du monde serait salvatrice, ou au moins leur transmettre l'excédent les sauverait. C'est dommage qu'on ne la voie tomber que dans ce village qui n'est pas à plaindre, mis à part l'overdose de sardine. Enfin c'est qu'un dessin animé hein !
Pour terminer, évidemment la machine se déglingue, et on frôle la catastrophe mondiale voire la fin du monde avec ces conneries de vouloir toujours plus, toujours mieux.
Et ne pas savoir s'arrêter au bon moment.
C'est drôle, inventif, un peu fou, une bonne surprise. Parfois je me disais : "non mais où ils ont été chercher tout ça, c'est dingue", et justement, c'est ce qu'on aime, non ?
Au fait, vous penserez à moi si vous le voyez, la blague préférée de Nectarine a été le gars qui se prend et garde un macaroni sur la tête...vers la fin. Tordant.
Et le plus intriguant, demandé plusieurs fois dans la salle par les enfants : "pourquoi il a pas d'yeux le papa ?". Bah oui, avec ses gros sourcils, on les voyait qu'à de rares occasions.
Bref, au milieu de cette avalanche de folies qui tombent du ciel et d'inventions burlesques, les enfants retiennent finalement des détails insignifiants à nos yeux !
C'est tiré d'un livre pour enfants datant de 1978, Il pleut des Hamburgers, de Ron et Judi Barrett.
Hamburgers et dragibus tombent du ciel
Hamburgers et dragibus tombent du ciel


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

Par Nena Eduardo Bonbardier
posté le 01 mars à 02:50

jai aimé la video presque toute ma famille a rire de cette video trot cool .merci

A propos de l’auteur


Audenectar 140 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte