Magazine

George Orwell, galère pré-publication

Publié le 06 novembre 2007 par Lise Marie Jaillant

Je suis en train de lire une biographie de George Orwell et certains passages sont vraiment instructifs.

Car Orwell (Eric Blair de son vrai nom) ne fait pas partie de ces enfants gâtés qui claquent des doigts et se font publier.

Ses deux premiers manuscrits écrits à Paris n'ayant pas trouvé d'éditeur, il retourne à Londres en 1929. Il retente alors sa chance auprès de deux éditeurs (Jonathan Cape et Faber and Faber). Tous deux se montrent intéressés par "A Scullion's Diary"...mais pas suffisamment pour le publier. Orwell décide alors d'abandonner son manuscrit:

"Le fait d'avoir approché de si près une publication, non pas une fois mais deux, semble expliquer son découragement. Car autrement, cela peut sembler arrogant ou même dépressif d'abandonner un manuscrit après qu'il ait été refusé par deux des éditeurs les plus éminents de son temps", écrit le biographe Bernard Crick.

L'histoire se finit bien: le manuscrit est récupéré par son amie Mabel Fierz, qui le montre à un agent littéraire et obtient ainsi une publication.

Comme quoi, les éditeurs n'ont pas toujours le jugement très sûr (ce que je savais déjà!)


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Lise Marie Jaillant 301 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Dossiers Paperblog