Magazine Cinéma

Le Massacre du Printemps

Publié le 04 janvier 2010 par Boustoune

Décidemment, l’année cinématographique 2009 aura été celle de Gabrielle Chanel.
Après le film d’Anne Fontaine, Coco avant Chanel, qui s’intéressait à la jeunesse de la célèbre couturière, jusqu’à la création de ses premières boutiques et la mort de son amant Boy Capel, voici Coco Chanel & Igor Stravinsky, un film qui la montre au sommet de sa gloire, au cœur des années folles.

Tout commence en fait en 1913. Coco Chanel vient d’ouvrir sa seconde boutique. Elle assiste, au Théâtre des Champs Elysées, à la représentation du « Sacre de Printemps » du compositeur russe Igor Stravinsky (1). L’œuvre fait scandale. Trop audacieuse, trop moderne pour un public parisien guindé. Sauf pour Mademoiselle Chanel qui, elle, adore…
Quelques années plus tard, Coco est devenue une redoutable femme d’affaires, à la tête d’un petit empire de la mode. Elle rencontre Stravinsky, qui a dû fuir la Russie en pleine révolution, et l’invite à séjourner dans sa maison de Garches avec sa famille, pour qu’il puisse travailler tranquillement et prendre le temps de trouver un nouveau point de chute.
Dès cette rencontre, les deux créateurs sont irrésistiblement attirés l’un par l’autre… C’est le début d’une liaison passionnelle qui durera deux ans…

Sur le fond, c’est assez intéressant. Le film étudie les points communs entre le musicien et la styliste, deux artistes, chacun à leur manière, deux génies créatifs. Tous deux ont été des avant-gardistes, des précurseurs raillés, bafoués, avant de connaître le succès et la reconnaissance publique. Tous deux ont dû batailler ferme contre les conventions pour imposer leurs points de vue. Et tous deux ont eu en commun la passion – amoureuse et artistique – comme principal moteur. Cette brève idylle correspond, pour Chanel et Stravinsky, a une période de création et d’audace intensive. Elle s’associe avec les frères Bourgeois pour étendre son empire aux parfums et cosmétiques et invente le parfum N°5.
Il ouvre un cycle musical néoclassique qui lui inspirera quelques belles partitions et durera jusqu’à la fin des années 1940…

Sur la forme, le film est en revanche peu convaincant. Trop lent, trop académique et, il faut bien l’admettre, assez soporifique. On a du mal à croire que c’est Jan Kounen, habitué au cinéma de genre, à l’action et à l’outrance provocatrice, qui a signé un film d’époque aussi plan-plan. (Cela dit, Blueberry était aussi passablement ennuyeux…)
Paradoxe : alors que Coco Chanel a libéré les femmes de leurs encombrants corsets, le cinéaste, lui, engonce son film dans des conventions cinématographiques d’un autre âge. Tout semble figé, plat, édulcoré. Même les scènes érotiques entre Chanel et Stravinsky, filmées avec une multitude d’effets esthétisants, peinent à émoustiller le spectateur.

Heureusement, Anna Mouglalis, une des égéries de la marque Chanel, campe une Coco convaincante, toute en élégance, en caractère et en charme(s). Sa présence irradiante illumine un film bien trop terne. (On a le droit, cependant, de préférer la performance d’Audrey Tautou dans le film d’Anne Fontaine…).
Mais son partenaire Mads Mikkelsen, lui, n’est pas à son avantage. Trop coincé, mal à l’aise dans un rôle visiblement pas fait pour lui. A sa décharge, il a dû jouer en français et en russe dans le texte, deux langues qu’il ne maîtrise pas, puisqu’il est… danois ! Drôle d’idée de lui confier ce rôle, mais il se murmure que Jan Kounen n’aurait jamais accepté de diriger le film sans Mikkelsen dans le rôle de Stravinsky…

Au final, cette adaptation du roman de Chris Greenhalgh (2) laisse le spectateur sur sa faim. Trop sage, trop lisse, trop académique pour communiquer la passion des personnages, malgré les efforts des comédiens. Dommage, car aussi bien Coco Chanel qu’Igor Stravinsky méritaient cet hommage à leur talent visionnaire et leur envie de faire bouger les choses…


(1) : « Le Sacre du Printemps » d’Igor Stravinsky – Esa-Pekka Salonen & l’Orchestre Philarmonique de Los Angeles – éd. Deutsche Grammophon
(2) : « Coco & Igor » de Chris Greenhalgh – éd. Calmann-Lévy

_______________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________

Coco Chanel & Igor Stravinsky
Coco Chanel & Igor Stravinsky
Coco Chanel & Igor Stravinsky

Réalisateur : Jan Kounen
Avec : Anna Mouglalis, Mads Mikkelsen, Elena Morozova, Natacha Lidinger, Rasha Bukvic
Origine : France
Genre : biopic académique
Durée : 1h58
Date de sortie France : 30/12/2009

Note pour ce film : ˜˜˜

contrepoint critique chez : Rob Gordon
_________________________________________________________________________________________________________________________________________


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

  • Zombie Island Massacre

    Zombie Island Massacre

    23 janvier 2010 Zombie Island Massacre genre: horreur (interdit aux - 16 ans)année: 1984durée: 1h30 l'histoire: Plusieurs couples décident de contacter un... Lire la suite

    Par  Olivier Walmacq
    CINÉMA, CULTURE
  • Professionnels pour un massacre

    Professionnels pour massacre

    Professionisti per un massacroFernando Cicero1967Avec: George Hilton, Edd Byrnes, George Martin, José BodaloCastellarien. Ce mot de l’amigo Sartana sur Western... Lire la suite

    Par  Tepepa
    CINÉMA, CULTURE
  • Printemps

    Printemps

    AUTEUR : Sigrid Undset TITRE : Printemps RÉSUMÉ : Rose Wegner, l’héroïne de Printemps, a épousé Torkild sans l’aimer véritablement. Elle prendra la première... Lire la suite

    Par  Madame Charlotte
    CULTURE, LIVRES
  • Printemps pourri

    Printemps pourri

    de Robert B. ParkerUn môme de quinze ans, un gringalet abruti par la télévision, un laissé pour compte de la bénédiction matrimoniale: Papa parano et Maman... Lire la suite

    Par  Krri
    CULTURE, LIVRES
  • Sombre printemps

    Sombre printemps

    Unica Zürn était la compagne d’Hans Bellmer, et c’est une poupée désarticulée inspirée de celles qui ont rendu l’artiste célèbre qui fait la couverture de Sombr... Lire la suite

    Par  Rose
    CULTURE, LIVRES
  • Quand Skyrock massacre Empire State of Mind

    Grosse ambiance hier soir sur Skyrock alors que Difool recevait Jay-Z !Le rappeur s’est vu imposer une toute nouvelle version du refrain d’“Empire State of... Lire la suite

    Par  Aliciakeysfrance
    CULTURE, MUSIQUE
  • Massacre des innocents (version meuleuse)

    Massacre innocents (version meuleuse)

    Un état intermédiaire de filiation, au début du massacre..! j'ai réalisé une vidéo que vous verrez, entendrez..plus tard. Mon travail sera visible à la... Lire la suite

    Par  Agegout
    BEAUX ARTS, CULTURE, EXPOS & MUSÉES, PEINTURE, TALENTS

A propos de l’auteur


Boustoune 2983 partages Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines