Magazine Culture

Les Tartines au kétcheupe ~ Marie-Sabine Roger

Publié le 19 janvier 2010 par Clarabel

Ce matin, je suis drôlement pas content. J'ai raté mon dessin animé, et maman m'a pas fait mes tartines.

tartines_au_ketcheupe
Ouhlala, comment vous parler de ce petit roman ? Petit par la taille, petit en pages, seulement 95, mais costaud en émotion, en message caché, en tout ce qu'il représente sans jamais nommer. Mes aïeux, c'est terrible ! Cela commence presque innocemment, c'est l'histoire d'un petit bonhomme, Nicolas, qui est en maternelle. C'est une petite terreur, il tient tête à la maîtresse, il fait peur à ses camarades pendant la récré, il ne travaille pas, il ne fait que ce qu'il veut, il gribouille au lieu de dessiner, il est le champion toutes catégories en indiscipline, et pourtant la maîtresse avec ses grosses lunettes soupire, sourit et lui ébouriffe les cheveux (et ça aussi, ça l'agace !). Nicolas est un enfant qui déborde d'énergie, c'est aussi un rêveur, il aime se perdre dans sa tête et se raconte des histoires avec Petit Toiseau et Fourmisseau, d'ailleurs ce sont ces dialogues qui commencent à mettre la puce à l'oreille, parce que la véritable histoire de Nicolas n'est vraiment pas rose. Chez lui, ça crie, ça hurle, ça tape, ça vole, il le dit franchement : c'est lui le champion du monde de vol sur baffe. (Sic) Les adultes ont l'estomac retourné, on le sent bien, mais notre petit champion ne s'en mord pas les doigts pour autant, il est d'une insouciance salvatrice et c'est tant mieux, son frère d'ailleurs lui dit : T'as drôlement de la chance, d'être petit. Tu fais rien qu'à t'amuser. Comment vous dire, donc ? Ce roman a tout pour être insurmontable, difficile, terrible et injuste, frustrant aussi parce que c'est une montagne d'impuissance qu'on nous envoie en pleine figure, mais malgré tout c'est un roman qui reste drôle, détaché, léger, attachant parce que ce petit narrateur haut comme trois pommes nous donne une leçon de vie qui nous désarme en même temps qu'elle nous charme.
Ce livre a été édité pour la première fois par Nathan en 2000.

-> on se retrouve,  Mel (complètement bidonnée) +  Gaelle  (qui le juge indispensable)

DACODAC AU ROUERGUE, 2010 -  95 pages - 6,50

J'aime beaucoup la couverture !


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Clarabel 3993 partages Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines