Magazine Culture

L'ami de mon amie d'Éric Rohmer, par Francis Moury

Par Juan Asensio @JAsensio
L'ami de mon amie d'Éric Rohmer, par Francis Moury
Mise en scène
Éric Rohmer
Casting
Emmanuelle Chaulet (Blanche), Sophie Renoir (Léa), Anne-Laure Meury (Adrienne), François-Éric Gendron (Alexandre), Éric Viellard (Fabien), etc.
Résumé du scénario
Blanche vient d’emménager seule à Cergy, une ville nouvelle. Elle y travaille comme attachée culturelle. Une jeune femme brune devient son amie. Et lui présente le sien. Blanche ne tarde pas à découvrir que le couple constitué par Léa et Fabien bat de l’aile. Mais elle s’intéresse à un séducteur qui travaille à l’EDF : Alexandre – bien plus qu’à Fabien. Mais Alexandre l’ignore ou elle n’ose se déclarer. En outre, Léa lui annonce sa rupture définitive avec Fabien. Mais avec Lea, on n’est jamais certain que le définitif le soit vraiment. Blanche finit par être tendue, déchirée par ces êtres dans le cercle desquels elle est rentrée volontairement. Mais depuis deux ans Blanche vit seule : elle désire à nouveau rencontrer l’amour. Elle court le risque et enclenche un chassé-croisé…
Critique
Illustration de : «Les amis de mes amis sont mes amis». Proverbe français classique qu’il ne faut surtout pas confondre avec son équivalent logique : «Les ennemis de mes ennemis sont mes amis». Car Blanche refuse par rigueur morale de devenir l’ennemie d’une amie par amour. Elle est prête à se sacrifier et à demeurer seule pour respecter les être qui vivent autour d’elles. Et c’est tout le dilemme qui va lui être posé au-delà de ce à quoi elle s’attendait. Le film aurait pût s’intituler : L’épreuve de Blanche.
Disons-le tout de suite. L’ami de mon amie est le couronnement des Comédies et Proverbes et un authentique chef-d’œuvre. D’abord en raison de l’actrice principale stupéfiante de beauté et de talent : Emmanuelle Chaulet. Le personnage de Blanche est peut-être l’un des plus émouvants et des plus sensibles vus sur un écran depuis très longtemps. À l’autre extrémité du spectre érotique et dramatique, on pourrait évoquer la douce puissance d’une Béatrice Dalle vers la même époque. Aussi en raison de la seconde actrice principale : Sophie Renoir, puisque son personnage de Léa est l’antithèse physique et morale de Blanche en apparence. Pas en réalité mais on ne le découvrira qu’au fur et à mesure. Le choc entre ces deux actrices produit des moments constamment étonnants. Mais on aurait pu opposer Emmanuelle Chaulet à n’importe quelle autre actrice, le choc n’eût sans doute pas été moindre. Simplement ici, le génie du casting de Rohmer est bel et bien prouvé. Notons la présence d’Anne-Laure Meury, grandie depuis La femme de l’aviateur et très étonnante aussi dans un rôle difficile qui la fait passer d’un registre purement dramatique à un rôle contemplatif, puis effacé derrière son propre discours. Quant aux deux acteurs masculins, performance identique et même génie que les deux actrices principales. Tout les oppose et tous deux sont absolument époustouflants de sincérité et de naturel.
Quels sont les enjeux ? Il semble que Rohmer se soit posé le problème de la modification des rapports humains, modification engendrée par l’architecture urbaine contemporaine. Mais en profondeur, il nie cette modification. Le film aurait pût se passer au XVIIe siècle : sa rigueur psychologique était identique. Son cinéma s’est absolument épuré, dépouillé de tout souci d’historicité : il vise ici l’éternité sous le masque du modernisme. L’abondance des gros-plans de visages nus est un signe qui ne trompe pas. Un seul regard d’Emmanuelle Chaulet absorbe et néantifie le contexte matériel qui l’entoure. Même la nature y perd sa force : toute la puissance et la séduction féminine sont incarnées ici dans cette anti-femme fatale, dans cette petite poupée songeuse aux yeux noirs qui réincarne la nouvelle vague fatale des années 1985-1990 : naturelle et sophistiquée, spontanée et réflexive, douce et rebelle, timide et courageuse, discrète et agressive.
Le naturalisme de Sophie Renoir et d’Anne-Laure Meury sont l’antidote qui permet d’échapper à la tension et à l’ensorcellement quasi-magique de la divine Emmanuelle. Elles sont le principe de réalité qui s’oppose à la rêverie constante de Blanche. Blanche est amoureuse d’une idée, d’un idéal de beauté. Lorsqu’elle découvre que cet idéal ne l’aime pas en retour, elle est momentanément abattue. Puis elle admet à son tour le principe de réalité et devient plus souple. Elle mentira comme les autres mais pas de gaieté de cœur. Elle sera soulagée lorsqu’elle n’aura plus à mentir. Mais le problème de Blanche est que le monde et la société tels qu’ils sont la contraignent à ce détour mensonger pour atteindre à la réalisation de son désir. Celui d’être aimé. Elle n’a jamais vraiment aimé mais elle veut aimer, dit-elle à Léa au début. Déclaration proprement augustinienne qu’on ne s’étonne pas d’entendre proférer par la bouche la plus ravissante jamais filmée par Rohmer.
L’ami de mon amie ou poétique de la blancheur et de toutes les couleurs des vêtements portés par Blanche dans le film, peut-on immédiatement ajouter. Sous des dehors de film naturaliste exaltant le populisme démocratique à la sauce mitterrandienne de l’époque (ah ! ces plans des vacanciers du week-end autour des lacs artificiels de Cergy, quel hommage aux masses collectives !), sous des aspects de comédie dramatique calibrée pour une diffusion télé en «prime-time» après le journal télévisé de 20H00, Rohmer nous livre peut-être son film le plus pur, le plus a-social, le plus secret, le plus sincèrement sauvage et le plus absolument érotique. Histoire d’un désir du désir qui puisse être compatible avec un désir de pureté intérieure et avec le désir d’autrui – le tout incarné miraculeusement par le personnage féminin le plus sublime que Rohmer ait jamais filmé, personnage lui-même incarné par l’actrice la plus érotique de tout le cinéma de Rohmer sous réserve des films postérieurs : L’ami de mon amie est bien le couronnement des Comédies et Proverbes, couronnement qui atteint ici sans aucun effort ni la moindre esbroufe culturelle ou intellectuelle ce que Rohmer a toujours cherché : une incarnation absolument vraie de la vérité humaine. Emmanuelle Chaulet, c’est bien cet alliage explosif sous sa sagesse apparente et son désarroi réel – alliage parfait entre la chair, l’esprit et l’âme. Alliage que les réalistes et les romantiques désespéraient de trouver mais qu’un admirateur du grand rationalisme du XVIIe arrive finalement à trouver au cœur de la réalité apparente la plus désespérante et la plus vide. Car sans Emmanuelle Chaulet / Blanche – dont le prénom virginal n’est pas un hasard : Blanche n’est plus vierge mais agit comme une vierge, d’où son érotisme absolu – L’ami de mon amie ne serait qu’un marivaudage de plus : contingent, aberrant, inutile voire mensonger.
Qu’est-ce que cet univers où les héros travaillent et ne se préoccupent pas de ce qui passent autour d’eux alors qu’il y avait déjà en 1986 près de deux millions de chômeurs ? Qu’est-ce que cette vision d’une ville nouvelle propre et lumineuse, de ces petits commerces et de ses moyens de transport ? Rien d’autre qu’un cadre contingent, donné pour tel, qu’on doit accepter parce qu’il est comme ça et là, maintenant. Vision strictement phénoménologique de ce qui entoure Blanche comme elle le voit et qu’elle sélectionne perceptivement et continuellement. Le film est constamment filmé de son point de vue. Autrement dit, il est tout entier ce que voit Blanche. Les séquences où elle n’apparaît pas n’ont de sens que par rapport à l’effet qu’elles produiront – que nous savons qu’elles produiront – sur elle et ne nous intéressent qu’à ce titre. Rohmer a cru faire œuvre de sociologue autant que de psychologue : il a fait cela à sa façon – sans doute. Mais le résultat final est une œuvre qui est autre que ses prémisses : la vision de Blanche n’est pas objective – historiquement ni socialement – parce que ces points de vue ne l’intéressent pas. Elle est ailleurs. La seule chose qui compte pour elle est le désir. Au fond, Rohmer réinvente ce que tout grand cinéaste à inventé au moins une fois dans son œuvre : une vamp absolue, totale, magique, qui annule tout le reste au long du film. Et qui ne le remplace par rien d’autre que l’image fascinante que nous avons d’elle. Après un tel film, on peut devenir sculpteur ou peintre : Emmanuelle Chaulet est la limite, à jamais indépassable et adorable, du cinéma de Rohmer.

Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Juan Asensio 32777 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines