Magazine Culture

La fin de la littérature sur l’Holocauste?

Par Lise Marie Jaillant

L’Holocauste ne fait plus recette, annonce Tony Lichtig sur son blog du Guardian. Soixante-six ans après la libération d’Auschwitz, le flux de témoignages de survivants et de leurs enfants se tarit. A la Jewish Book Week de Londres, il y avait cette année peu de livres sur la persécution des Juifs.

Est-ce pour autant que les lecteurs se sont lassés de l’Holocauste? Personnellement, je n’y crois pas une seconde. Prenons l’exemple des manuscrits, témoignages et écrits laissés par des femmes juives persécutées pendant l’Occupation. Depuis 2004 et la publication de “Suite française” d’Irène Némirovsky, il ne se passe pas une année sans qu’un manuscrit ou un témoignage oublié ne revienne à la surface. On l’a vu en 2008 avec le journal d’Hélène Berr (Taillandier) et l’année dernière avec le “Journal d’Angoisse” de Jacqueline Mesnil-Amar (Stock).

La persécution des Juifs en France reste un thème “vendeur” pour les éditeurs. Reste à savoir si cette tendance va durer longtemps. Il y a quelques années, Tim Cole annonçait déjà la fin de l’Holocauste, sur le mode “tout évènement historique finit par être oublié ou dilué dans les mémoires” (Selling the Holocaust, Routledge). Cole et Lichtig ont probablement raison à très long terme – d’ici 30 ans, peut-être pourra-t-on parler de la fin de la littérature sur l’Holocauste…


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Lise Marie Jaillant 301 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Dossier Paperblog

Magazines