Magazine

Georges Tron ne veut pas être déraciné

Publié le 24 mars 2010 par Amaury Watremez @AmauryWat

Elle est bonne, non ? Rassurez-vous, je vais essayer de toutes les faire...

georges-tron.jpg
La jeune pousse du gouvernement, enfin je veux dire la souche, Georges Tron, ne veut pas subir de déracinement. Les roseaux pensants du président, qui paraît-il est en froid avec sa plante en pot, n'ont pas perçu le scandale avant de lui conseiller cette bouture sur les ministres de François Fillon qui contrairement à Jean-Louis Borloo s'arrose très peu. A la décharge du président, si j'ose dire, il faut dire qu'en déplacement, on désherbe autour de lui, on y va à la hache, et qu'il se retrouve souvent le seul bouleau du jardin, ce qui lui donne l'impression trompeuse qu'il est un chêne.

Tron ne voit pas le problème à habiter une serre de près de 120 mètres carrés en plein milieu du jardin extraordinaire de la capitale, pas une serre en contreplaqué, c'est plutôt du bois précieux. Je suis certain que ses patrons à l'Élysée comme à Matignon se seraient bien passé de cette ortie surtout après la tempête (dans un verre d'eau) de dimanche. Alors que la déforestation continue, on nous promet de replanter à tout va, et que, même, le replantage a déjà commencé, d'aucuns se croyant à l'abri ont sorti leur rameau d'olivier. Il faut dire qu'arracher une vieille souche, ça coûte du temps, de l'argent et de l'huile de coude, surtout si les racines sont profondes et descendent jusqu'à celle du vieux Baobab Chirac, certains ont tenté de s'y attaquer mais ils y allaient à la machette et n'avaient même pas de tronçonneuses. Les bûcherons, ou prétendus journalistes, s'époumonnent mais ils ne sont pas très nombreux à vouloir en faire du bois de chauffage, du Tron. C'est un peu la même chose quand ils parlent de la jolie plante d'intérieur (quand elle est apprêtée et correctement arrosée, sinon on voit un peu trop les ravages des herbicides et des plantes botuliques qu'elle reçoit en injections) qu'il a épousé, ils n'osent rien dire, ils restent non pas de marbre, mais de contreplaqué (le marbre serait encore une matière trop noble pour leurs pensées de carpettes).

Nota Bene : J'en ai un peu marre de tous ces planqués, copains et coquins, qui se réclament tous de la République, donc du Bien Comun, alors qu'ils n'en ont rien à foutre, et qui oseront répéter que les privilèges ont été abolis la fameuse nuit du 4 août 1789. Il n'y a pas que Georges Tron puisque des personnalités de gôche profitent tout autant des HLM et ILM de la ville de Paris.


Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Amaury Watremez 23220 partages Voir son profil
Voir son blog