Magazine Humeur

Wrath, corrompue ?

Par Manus

Tant que ce n'est qu'une balle ...

Aujourd'hui, je me marre, à un point que vous ne pouvez pas imaginer : non, non, je ne ris pas jaune, je ris d'un rire franc, sincère, et empreint de bonne humeur :) Cette hilarité, car comme tous les matins, j'ouvre mon ordi histoire de relever mes mails, lire les derniers commentaires ou billets des différents blogs sur lesquels je surfe, et me tenir au courant de l'actualité au travers de la presse on-line,  avant de vaquer à mes occupations.  Quelle ne fut pas ma surprise lorsque, distraitement, en lisant les derniers commentaires sur le blog de Wrath, je découvre son article d'aujourd'hui, qui ma fait pleurer de rire.  J'apprécie le blog de Wrath pour son coté frondeur, ses billets excessifs qui ouvrent le débat, ainsi que pour la réflexion, la remise en question que les clivages forcent, pour autant que la venue sur ce blog soit entourée de cet état d'esprit là.  Sur son billet , "Lisez l'avant-propos de mon nouveau livre !" ,  Lise-Marie Jaillant, alias Wrath, annonce à ses lecteurs qu'elle planche sur un nouveau livre, qui,  vous l'aurez deviné, dénoncera les travers du monde de l'édition.   Ainsi elle dit : "Aucun milieu ne suinte l'hypocrisie et le mépris des débutants comme celui de l'édition. Aucun milieu n'entretient autant le désir et l'espoir, pour ensuite sélectionner les plus médiocres." En soi, la démarche
d'aborder un tel sujet est honorable, courageuse, et l'on 
pourrait presque
parler
de magnanimité vu
que les dénonciations, les calomnies et 
autres billets de ce
genre, lui ont attiré pas mal d'ennuis, et certainement des nuits
écourtées par le
stress.
C'est sans compter
que si cet élan chevaleresque pourfendant les pourris est
vaillant, il n'en
n'est pas moins dénué d'avantages.
En effet, Wrath, par
le fait de râler et de sans cesse jeter sa raquette de tennis 
sur le court, aura
fini par attirer l'attention du milieu littéraire parisien, en jouant de
ces 
effets boulets de canon et coupés à l'arrache
que sont ces billets.
Elle bénéficie donc
d'un nombre respectable de lecteurs, d'une notoriété certaine
mais probablement
microscopique - ce qui n'est pas négligeable - au sein du monde
littéraire. Forte de ces appuis,
elle peut donc à juste titre songer à publier, car, oui, il y a
de grandes chances
qu'elle vendra, et qu'elle trouve preneur chez un éditeur.  
D'ailleurs,
c'est ce qu'elle espère, puisqu'elle dit ceci en occurrence : "
Si je ne trouve pas d'éditeur (c'est plus que probable, vu la teneur du projet), je créerai un nouveau site avec des épisodes hebdomadaires mis en ligne. Bref, Saint-Germain n'a pas fini d'entendre parler de moi..."
Ne ressentez-vous pas un certain malaise en lisant tout ceci ? Ne vous demandez-vous pas ce qui cloche dans cette saga ? De fait, oui, il y a un malaise. Pourquoi une internaute, enragée vis-à-vis du monde de l'édition, à tel point qu'elle  ouvre un blog pour s'y déverser, va-t-elle, à l'heure où elle est crédible dans sa démarche, se tirer une balle dans le pied en cherchant à se faire publier ? A quoi joue-t-elle ? Si le monde de l'édition est si pourri qu'elle le dénonce, pourquoi vouloir le pénétrer soi-disant pour le dénoncer de l'intérieur ? Lise-Marie Jaillant donne l'impression d'avoir monté son blog et rassemblé un fan club, uniquement pour s'asseoir sur leur existence en vue de se créer son personnage, ce Wrath - un peu hideux, qui dit tout haut ce que tout le monde pense tout bas - ce qui d'emblée lui permet d'acquérir, vu les circonstances actuelles, une notoriété sur leur dos. Wrath dénonce la corruption des éditeurs. Aujourd'hui, je pose la question : Lise-Marie Jaillant, alias Wrath, est-elle tout aussi corrompue ? Dans mon billet précédent, j'explique les choix cornéliens auxquels un éditeur est confronté (L'éditeur face à ses choix) Ici, la vapeur s'inverse, et c'est chez l'auteur que la confrontation a lieu d'être, lui donnant l'occasion de poser un choix : soit jouer le win-win avec l'éditeur (notoriété contre publication) et renoncer à ses convictions; soit, continuer son blog, dans ce même esprit qui l'a porté depuis quelques années. Que feriez-vous si vous étiez Wraht, et qu'un éditeur réponde à votre appel du pied ? Un éditeur, s'il est intelligent, et toutes proportions gardées, aurait intérêt à l'éditer (pas si sûr qu'elle fasse un tabac, mais il y a aura de la vente, c'est certain) Et Wrath ? Oui, Wrath, et vous.  Comment allez-vous expliquer cela à vos lecteurs qui ont trouvé en vous un porte-parole, un étendard, et qui croient en vous ?

Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Manus 379 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines