Magazine

Les "post-colonies" et la "Françafrique"

Publié le 03 avril 2010 par Amaury Watremez @AmauryWat

« Voyage en postcolonie

Le nouveau monde franco-africain »

Stephen Smith – Grasset

Lien vers un blog africain décrivant la vie quotidienne au Congo sans langue de bois

Il convient d'abord de citer cette définition, comme le fait Stephen Smith, à peu près d'après Flaubert et son « Dictionnaire des idées reçues » : « Postcolonies » (nos) : s'en déprendre avant d'en parler.

Or, les français ont du mal à en parler car ils sont loins d'en être dépris. Stephen Smith est lui même fils d'une parisienne et d'un américain ce qui lui permet d'avoir un regard presque objectif sur le sujet qu'il étudie, du moins à la manière de Gulliver parcourant Lilliput ou Brobdignac, raillant les ridicules des uns et l'hypocrisie de certains hommes de pouvoir, s'étonnant de ses découvertes parfois surprenantes. Et cela donne à son livre plus ou moins des allures de « Lettres Persanes » du XXIème siècle.

Il cite à la fin du livre de riches africains qui viennent de lui offrir un repas dignes des meilleures tables pour lui en jeter plein la vue, ce genre de comportement existe également en Afrique, qui lui demandent : « Ah bon, ces gens-là ont aussi des appartements cossus et des voitures de luxe à Paris ? ». Ceci pour dire combien ce livre met de clichés à terre.

Pour eux, les miséreux, ce sont plutôt les parisiens, ces gens qui se baladent en jeans et veste « vintage », en vélos qui ne sont même pas à eux, habitent des appartements minuscules comme des paysans de brousse, et dont les enfants sont promenés sur leurs ventres par les pères qui n'ont même pas honte.

L'auteur se demande dés les premières pages, et cette question reste le fil rouge de l'ouvrage, ce qui reste de la colonisation française dans les anciennes possessions de l'AOF et de l'AEF, s'il y a une haine de l'ancien colonisateur, il semble que si il n'y a pas de rejet de la France et de sa culture, il apparaît qu'il y a effectivement une haine des français, ou plutôt du « français » d'ailleurs. Ceux-ci restent, paradoxalement, des employeurs très courtisés. Enfin, beaucoup de coopérants d'ONG ou d'états travaillant sur ce continent sont des maris potentiels convoités, y compris ceux qui ne disposent que de 200 Euros par mois soit l'indemnité standard de coopération qui équivaut quand même à 50 000 francs CFA, certains prétendant avoir « été quasiment pourchassé par plusieurs Naomi Campbell les seins nus », ce n'est pas un sort dont on les plaindra forcément. L'auteur de ce livre est lui-même sollicité de nombreuses fois, les jeunes personnes le courtisant prenant sa réserve pour de la timidité.

L'auteur du livre se pose également la question fondamentale, quant aux rapports de la France avec l'Afrique, de l'importance de la « Françafrique », un continent de magouilles encore largement inexploré, celles-ci ayant servies à financer la plupart des partis et des hommes politiques au pouvoir depuis plusieurs décennies depuis la dernière guerre mondiale, incarnée par des hommes aussi divers que Jacques Foccart, « conseiller spécial » de De Gaulle à Chirac, tombé en disgrâce depuis, et Claude Guéant, une nouvelle sorte d'éminence grise de la présidence actuelle. C'est certainement la partie la moins avouable de l'histoire de la Vème République, celle qui a permis cependant à la France de survivre plus ou moins comme puissance rayonnante et gardant de l'importance.

Le coq gaulois a encore les deux pieds dans sur le tas de fumier semble-t-il, il s'en fiche. Tant que le citoyen lambda peut encore consommer ou bailler aux corneilles dans les rayons des supermarchés géants.

Parfois l'intérêt supérieur de l'État implique beaucoup d'immoralité et la Raison d'État a ses raisons que la raison ignore.

Il y a en Afrique plus de concessions « Rolls Royce » ou « Mercédès » qu'en Europe, plus de magasins de luxe et de « Hilton ». Là-bas, les riches y sont excessivement riches et les pauvres, comme on le sait, excessivement pauvres. L'Afrique est une terre d'avenir pour l'affairisme le plus immoral, le plus libéral, le plus libertaire.

Les privilégiés sont le plus souvent les profiteurs des nouveaux régimes mis en place il y a une cinquantaine d'années, parfois ce sont les descendants des anciens roitelets au pouvoir avant la colonisation. Ils ont étudié en France, ont un mode de vie ostensiblement occidentalisé, on ne boit pas du vin de palme à table, ce que les populations leurs reprochent : « les blancs nous ont eu en nous faisant oublier nos traditions » entend souvent l'auteur du livre. Nuançons en précisant que les chanceux qui atteignent un niveau de vie leur permettant d'avoir les mêmes habitudes s'empressent de faire de même.

Mais l'exploitation du continent est de toutes façons mise en place avec leur collaboration la plus étroite, mais pas seulement car finalement c'est toute la population qui entretient cette dynamique, du plus haut niveau au plus bas, chacun à sa place essayant de tirer le meilleur parti de la situation, même les simples manœuvres, la réussite sociale passant par l'envoi d'argent à tout le réseau « familial » qui souvent s'étend beaucoup plus loin que la fratrie d'origine ou les parents. On ne peut que constater avec Stephen Smith que le darwinisme social a été parfaitement assimilé. D'Europe, ou d'Amérique, on a souvent la tentation de sombrer dans l'explication misérabiliste, la victimisation ou à l'inverse dans la criminalisation de tout le continent africain vu comme un repère de miséreux prêts à tout pour détrousser le blanc.

L'auteur cherche des réponses et il n'est pas sûr qu'il en trouve forcément, car l'Afrique est un continent complexe. Stephen Smith le traverse en taxi-brousse, en « moto-taxi » brinqueballant et hors d'âge, des vitres fumées d'une limousine de luxe traversant des jungles de buildings de métal et de verre et à pieds au milieu des cases d'un petit village dans lequel il retrouve étrangement l'ambiance des trottoirs de Montmartre au pied de la Butte. Il prend également le train qui est le lieu de l'agora « politique » africaine. Avoir un billet n'est pas très compliqué, si l'on est riche, il suffit de « graisser la patte des policiers » qui surveillent les voyageurs à l'entrée de la gare, dans les wagons et à la descente.

Ceux qui n'ont pas les moyens sont impitoyablement refoulés à coup de crosses et de fouets, comme il le constate. Ils finissent néanmoins par voyager en train en s'accrochant qui à la locomotive, qui aux wagons, voire en s'installant sur les toits des wagons, dés les premiers kilomètres du voyage.

Tout le petit monde entassé dans le train discuter avec Stephen Smith de politique, de la colonisation et des déclarations de Nicolas Sarkozy, parfois on parle « dans la langue » pour que « le blanc qui surveille les bébés », d'une grosse dame à côté de lui, ne comprenne pas. C'est un autre lieu commun qui s'effondre alors, les africains ne sont pas non plus une population misérable à qui l'on impose un tyran, ce sont eux-même qui le choisissent, chacun ayant son champion, dans une conception extrêmement différente de la nôtre du débat politique, le vainqueur devant en imposer par l'argent et des dépenses le plus « tape-à-l'oeil » possibles.

Il se hâtera de récompenser ses proches par des largesses « sardanapalesques » et ses partisans. Personne ne voit vraiment d'objections à ce qu'il prenne le pouvoir par la force brutale et la pire coercition, exerçant son emprise en déplaçant les populations, c'est souvent la cause première des famines ou en décrétant un état d'urgence permanent, ce qui est de plus en plus répandu car les « affaires » sont moins bonnes, le franc CFA ayant été dévalué de moitié depuis une dizaine d'années, la perte d'influence justement de la « Françafrique » dans les prises de décisions.

Dans l'« agora », on parle aussi de religions, le christianisme, la plupart du temps dans les pays francophones, mais les croyances qui sont le plus respectées sont celles en la sorcellerie. Et de plus en plus l'évangélisme, très spectaculaire, très affectif, a tendance à supplanter le catholicisme par l'organisation de véritables « sons et lumières » religieux.

Stephen Smith a écrit un excellent ouvrage. A mon sens, le sujet mériterait largement d'être encore développé car au bout du compte il est méconnu, on s'encombre quand on en parle de présupposés la plupart du temps angélistes ou manquant absolument de pertinence, quand on ne sombre pas dans la haine du « souchien » qui devrait se laisser à un « mea culpa » quasiment continuel, ce qui est un peu facile, alors que l'Occident, en général, et la France, en particulier, ne sont pas responsable de tout les problèmes africains. Les postcolonies anciennement française, toujours francophones, sont parfaitement capables de prendre leur destin en main, il suffirait de renoncer aux pesanteurs issues de traditions qui n'ont plus de raisons d'être, conclusion qui rejoint celle de Kofi Yamgnane constatant les retards continuels des trains dans son pays d'origine. Et le gentil garçon, ou la gentille petite, qui vient aider les chtits n'enfants africains, est aussi responsable du maintien de ces pesanteurs que le trader sans scrupules car ils ont de continent une image faussée.


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

  • L’année numérique

    L’année numérique

    Depuis 2009, voici l'exercice de recul sur l'année numérique écoulée avec projection sur l'année qui commence. Cette année 2020 a accéléré la transformation... Lire la suite

    Par  Davidfayon
    HIGH TECH, INTERNET, WEB2.0
  • Cake au café et aux dattes

    Cake café dattes

    Une recette qui réchauffe ( recette de notre amie Diane, Québécoise gourmande )ce cake vient à point nommé pour le dessert du soir, en regardant tomber la... Lire la suite

    Par  Annickb
    CUISINE, RECETTES