Magazine Cinéma

Culte du dimanche : Kill Bill

Publié le 04 avril 2010 par Fredp @FredMyscreens

Culte du dimanche : Kill Bill

Quentin Tarantino a le chic pour offrir des films instantanément cultes. Évidemment, quand il nous offre le diptyque Kill Bill avec sa muse Uma Thurman, cela n’échappe pas à la règle.

Culte du dimanche : Kill Bill
Parce que pour des raisons indépendantes de ma volonté il n’y a pas eu de culte du dimanche la semaine dernière, je vous propose aujourd’hui une double ration. Au programme, les deux volets de Kill Bill de Quentin Tarantino.

Tout commence lors du tournage de Pulp Fiction, lorsque Tarantino et Uma Thurman imaginent une histoire de vengeance avec pour héroïne, « la mariée» . Près de 10 ans plus tard, cette histoire se retrouvera enfin sur les écrans avec un film en deux parties hommages aux films de samouraï, kung-fu ou western-spaghetti chers au réalisateur.

Suite à l’ambition de Quentin Tarantino qui voyais un long film 4 heures, ces frères producteurs Weinstein ont décidé de couper le film en deux parties. Mais évidemment, connaissant Tarantino, ces deux parties, ne sont pas un film coupé en deux mais bien deux films fort différents, le second répondant aux questions du premier et chacun ayant ses propres influences. Ainsi, le premier volet sera un pur film d’action. On y découvre le réveil de la mariée dont le nom restera secret et les débuts de sa vengeance. 

Culte du dimanche : Kill Bill
Le second sera quand à lui plus lié à l’intrigue, aux sentiments et aux dialogues purement tarantinesques. Deux parties opposées mais ô combien complémentaires.

La mariée, c’est Uma Thurman, qui obtient ici son plus beau rôle. Celui d’une femme abattue froidement par des tueurs professionnels et qui se réveille 4 ans plus tard avec une furieuse envie de vengeance. Elle abattra ses adversaires un par un, du Japon à la roulotte en plein désert texan, de préférence au sabre. Et ses adversaires, ce sont l’habitué Michael Madsen, la trop rare Darryl Hannah, Lucy Liu, Viviva A. Fox et surtout le retour de David Carradine. Car Tarantino adore donner de beaux rôles (souvent leurs meilleurs ?) aux oubliés du grand écran ou figures historiques de son cinéma bis comme Carradine ou Michael Parks, Sonny Chiba, Gordon Liu.

Culte du dimanche : Kill Bill
L’autre marque de fabrique de Tarantino est sa réalisation. Et si dans la première partie, il s’éclate et nous prouve qu’il peut aisément filmer d’incroyables scènes d’actions parfaitement chorégraphiées et manipuler la caméra pour nous offrir un plan séquence inédit pour visiter les lieux du futur massacre, dans la seconde, il sera plus sobre mais fidèle à lui même tout en nous faisant souffrir le martyre de l’enterrement de la mariée vivante. En effet, dans Kill Bill, on retrouve tout ce qui fait Tarantino et son cinéma bis adoré. Ces personnages décalés, losers à la gâchette facile, ces plans typiques sur les pieds et dans les coffres de voiture, ces dialogues à rallonge mais avec du sens, ses références toutes personnelles, une bande originale rétro d’enfer et le chapitrage du film.

Culte du dimanche : Kill Bill
Ces personnages, ce sont donc la Mariée, femme et mère indomptable et charismatique, Bill, tueur en chef, papa poule et au final grand romantique. Et il y a Budd, le frère loser qui n’a rien trouvé de mieux que d’être videur dans un bouiboui ou O-ren I Shii, devenue reine du crime au Japon. Ces dialogues, sont sont ces tirades sur l’identité secrète de Superman ou la description de la Black Mamba. Ces références, ce sont cette combinaison jaune digne de Bruce Lee, ces masques du Frelon Vert, ce passage racontant l’enfance d’O-ren en anime japonais, cet apprentissage du kung-fu avec un maître millénaire. Cette musique d’enfer, c’est ce mélange entre Ennio Morricone, Shivaree et les compos de RZA . Ce chapitrage, c’est commencer le film par le second meurtre, commencer le second film par le début de l’histoire et montrer au court d’un long flash-back comment la mariée va s’en sortir. Bref, c’est tout simplement l’hommage de Tarantino à tous ces films violents et profondément passionnés qui ont bercé son adolescence et fondé son cinéma.

Culte du dimanche : Kill Bill
En deux film, Quentin Tarantino aura donc imposé l’une des héroïnes les plus charismatiques au cinéma des années 2000 et offert un concentré de cinéma bis de haut-niveau, lui redonnant ses lettres de noblesse à travers une histoire racontée de manière unique, violente mais pleine de sentiments forts. Évidemment, Tarantino oblige, Kill Bill a été présenté à Cannes (hors compétition) et a rencontré un grand succès public. Tous ces éléments ont rendu le film directement culte. Reste à voir ce que deviendra le fameux montage en un seul film que nous promet Tarantino depuis un moment et ce prochain Kill Bill 3 qui verra la vengeance de la fille de Vernita Green.

D’autres films cultes ? par ici

D’autres films de Tarantino sur MyScreens : Pulp Fiction, Inglourious Basterds


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

  • Culte du Dimanche : L’Exorciste

    Culte Dimanche L’Exorciste

    Nous sommes au week-end d’Halloween, quoi de mieux donc de parler d’un film d’horreur culte. Et de l’un des plus effrayants tant qu’à faire : l’Exorciste. En... Lire la suite

    Par  Fredp
    CINÉMA, CULTURE
  • Culte du dimanche : Toy Story

    Culte dimanche Story

    Après l’Exorciste la semaine dernière, on change complètement de registre pour parler d’une révolution dans les films d’animation : Toy Story. Lire la suite

    Par  Fredp
    CINÉMA, CULTURE
  • Kill Bill 3 – Aura nom différent ?

    Kill Bill Aura différent

    Il ya quelques mois, Quentin Tarantino a partagé son plan pour faire « Kill Bill 3″. Comme le scélérat, le projet de loi, était mort à la fin du tome 2, le... Lire la suite

    Par  Paps01
    AVENTURE/ACTION, CINÉMA, CULTURE
  • Culte du dimanche : Forrest Gump

    Culte dimanche Forrest Gump

    Pour le premier culte du dimanche de l’année, on fait un petit bilan de 40 ans d’histoire des Etats-Unis au travers des yeux d’un certain Forrest Gump. Lire la suite

    Par  Fredp
    CINÉMA, CULTURE
  • Culte du dimanche : Dune

    Culte dimanche Dune

    Aujourd’hui, un film assez controversé puisque quand David Lynch s’attaque à la SF, c’est Dune. Un film assez maudit mais culte tout de même. Lire la suite

    Par  Fredp
    CINÉMA, CULTURE
  • Culte du dimanche : E.T. l’Extraterrestre

    Culte dimanche E.T. l’Extraterrestre

    C’est l’extraterrestre le plus célèbre du cinéma dans une fable racontée par l’un des plus grands réalisateurs contemporains. Avec E.T. l’extraterrestre,... Lire la suite

    Par  Fredp
    CINÉMA, CULTURE
  • Culte du dimanche : The Mask

    Culte dimanche Mask

    Le nouveau Jim Carrey sort cette semaine, en même temps qu’une rétrospective dédiée à la cinémathèque. L’occasion de revenir sur le film qui a révélé l’acteur l... Lire la suite

    Par  Fredp
    CINÉMA, CULTURE

A propos de l’auteur


Fredp 8635 partages Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines