Magazine

Lettres types de refus: mode d'emploi

Publié le 01 décembre 2007 par Lise Marie Jaillant

"Pour être traité avec gentillesse, mieux vaut être client que fournisseur", affirme Galadrielle, qui a envoyé son roman à Robert Laffont.

Le résultat était prévisible: une lettre de refus, impersonnelle et hypocrite.

"Les éditions Robert Laffont, Seghers, Julliard et Nil sont partenaires et le comité de lecture leur est commun. A ce titre, le refus de votre manuscrit vaut pour tous ces éditeurs".

Remettons les pendules à l'heure: un manuscrit non recommandé ne passe JAMAIS en comité de lecture d'une grande maison d'édition.

Au mieux, le manuscrit peut être parcouru par un stagiaire. Autant dire, par personne, puisque la voix d'un stagiaire compte autant que celle de la femme de ménage.

Donc si vous recevez une lettre d'une maison d'édition, c'est mauvais signe. La plupart du temps, il s'agira d'une lettre-type de refus.

Si vous avez un piston quelconque, vous aurez peut-être droit à une lettre personnalisée, voire à un appel téléphonique.

Quant au rendez-vous avec l'éditeur, c'est réservé aux insiders. Donc autant dire que si vous êtes un wannabe de base, faites une croix dessus.

Bon, je ne veux pas vous gâcher votre journée. Donc si vous voulez vous marrer, lisez ce post, où Galadrielle décrit son atelier d'écriture...


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

LES COMMENTAIRES (1)

Par Estogyl
posté le 09 juillet à 21:59
Signaler un abus

http://refusdediteurs.webs.com/

A propos de l’auteur


Lise Marie Jaillant 301 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Dossiers Paperblog