Magazine

Les victimes dont les chrétiens d'Occident se fichent

Publié le 08 juin 2010 par Amaury Watremez @AmauryWat

Monseigneur Luigi Padovese a été assassiné en Turquie.

Le Pape a précisé que c'était pour des raisons qui n'étaient ni religieuses, ni politiques. Et pourtant, tout le monde s'en fout comme de la première guitare de Carla Bruni, excepté le rédacteur de cet article sur Causeur.

A commencer par les chrétiens d'Occident eux-mêmes.

20090511_Conseil_des_Archanges.jpg
Dans les paroisses, on peut parler de beaucoup de belles et grandes causes, toutes clinquantes, mais de ces assassinats tout comme de la situation des chrétiens au Proche Orient, non. C'est tabou. On se gargarise de grandes causes, de beaux discours, d'intentions bien plates. Ne parlons pas de la quasi-absence de solidarité concrète. A titre de comparaison, comparaison n'est pas raison mais c'est quand même très significatif, l'Oeuvre d'Orient a financé des projets à hauteur de 280 000 euros en 2008 dans tous les pays des Proche et Moyen Orient pendant que les saoudiens versaient 4 milliards de dollars aux pays « frères ».

Dire « je prie pour toi » c'est très bien, mais ensuite que fait-on vraiment ? Il y a aussi les bons esprits hypocrites qui diront « je prie pour tout le monde quelle que soit l'origine et la religion », et ne feront pas grand-chose de plus.

J'ai eu un jour cette réponse d'un bon apôtre que ma question gênait visiblement beaucoup.

Excepté le Pape lui-même, qui en parle régulièrement, et l'Oeuvre d'Orient, qui fait de son mieux, c'est surtout une grande indifférence qui domine quand ce n'est pas pire. Alors que je participais aux forums d'été d'une communauté « nouvelle », avec un stand de l'Oeuvre d'Orient, un brave monsieur était venu me dire que « de tout'façons, c'est pas possible que ce soye de vrais chrétiens, c'est que des bougnoules comme les autres », sans parler de djeuns à la mise semblant pourtant de prime abord correcte venus ensuite cracher sur le tapis que nous avions disposé à l'entrée. Même sur place, en Terre dite Sainte, la plupart des pélerins ne voulaient pas assister aux messes des catholiques locaux, originels pourtant, tout comme beaucoup de croyants vivant sur place qui préféraient rester « entre soi ». Je n'y ai pas compté tous ceux qui ne faisaient pas l'effort d'apprendre la langue, ou d'assister au moins une fois à la messe grecque catholique, copte, syriaque, melchite ou arménienne, y compris pendant la semaine de l'Unité.

Les chrétiens de Terre Sainte s'en vont, bientôt il n'y en aura plus, pourtant ils auraient été les médiateurs les mieux placés entre l'Islam et les occidentaux, et ils sont la mémoire vivante et incarnée de la foi chrétienne, celle-ci ne l'étant plus tellement, incarnée, sous nos cieux.


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Amaury Watremez 23220 partages Voir son profil
Voir son blog

Dossier Paperblog