Magazine Culture

Jodi Picoult descend les chouchous du New York Times

Par Lise Marie Jaillant

Jodi-Picoult-006 Jodi Picoult (une de mes auteures préférées) se fait descendre en permanence par le New York Times, qui juge ses intrigues médiocres et prévisibles. Au lieu d’ignorer ces attaques, Picoult a décidé de riposter. Elle a affirmé sur Twitter que pour avoir des critiques positives dans les journaux littéraires prestigieux, mieux vaut être un homme blanc et habiter à Brooklyn. Sa cible? Jonathan Franzen, qui vient de sortir un nouveau roman porté aux nues par la critique.
Je n’ai qu’une chose à rajouter à ce qu’a dit Picoult: pour avoir des critiques positives, mieux vaut être un homme blanc, habiter à Brooklyn ...et connaître le journaliste!


Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Lise Marie Jaillant 301 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines