Magazine

Un communiqué pour les chrétiens d'Orient, est-ce suffisant ?

Publié le 16 novembre 2010 par Amaury Watremez @AmauryWat

Un communiqué des évêques de France c'est déjà beaucoup pour ceux qui souffrent ?

Dans certains diocèses c'est ce que l'on semble croire.

Voir la discussion dont il est question ci-dessous à ce lien sur facebook

Une intervention étonnante en faveur des chrétiens d'Orient de BHL (je ne suis pas un fanatique du philosophe discount mais je salue son initiative).

Un article concis et synthétique dans « Marianne »

Dans un diocèse déjà sinistré, un évêque médiatique y a fait parler de lui (on l'a entendu encore chez Ruquier il y a quelques semaines), on ne parle pas beaucoup des chrétiens d'Irak, et encore moins souvent des chrétiens d'Orient en général. Pourquoi ? Par manque de charité ? Par indifférence ? Je ne puis le croire.

image_65684895.jpg
Je pense en fait qu'il s'agit de la peur de passer pour islamophobe car parlant d'atrocités commises par des musulmans extrémistes, qui donc ne sont pas représentatifs de tous les musulmans (ce qui signifie en passant que ce diocèse de progrès et d'ouverture perçoit les musulmans comme forcément fanatiques et incapables de mesure si l'on comprend bien leur point de vue entre les lignes.

Pourtant, les chrétiens d'Irak eux-mêmes à travers une lettre des petites sœurs de Bagdad redisent toute leur fraternité avec leurs compatriotes musulmans et ne manifestent aucune haine, ni désir de vengeance envers les terroristes. Sous le joug de la haine, ils continuent à choisir d'aimer Dieu et leurs prochains. On peut comprendre cependant ceux qui partent car ils risquent leur vie et celles de leurs proches, et tout le monde n'est pas fait pour le martyre. Bientôt, c'est Jean-Paul II qui nous en avertissait en 2000, il n'y aura peut-être plus de chrétiens en Terre Sainte qui ne sera plus qu'un champ de ruines spirituel, et rien d'autres qu'un Disneyland pour des pélerins/touristes ignorants de leurs origines, ignorants de l'existence de ces chrétiens orientaux qui célèbrent selon le même rite mais des traditions différentes, ce qui loin de séparer les chrétiens, les enrichit.

Quand un chrétien dans son enthousiasme un peu naïf a demandé d'organiser une veillée de prière pour les chrétiens d'Irak et d'Orient en général, on lui a répondu, le service communication de son diocèse, qu'un communiqué avait été lu, normalement, (la personne n'en était pas sûre ?) le dimanche 6 Novembre à toutes les messes, ce qui fut loin d'être le cas. Si on était mauvais esprit, on pourrait croire que dans l'esprit de la personne répondant à ce chrétien un communiqué suffisait. Et qu'une veillée de prières ensuite était en l'occurrence de trop.

A ce chrétien s'étonnant de la réponse, et rappelant qu'un croyant en plus d'entendre un communiqué peut aussi prier, et agir, la personne chargée de la communication répondit avec agacement, du moins, c'est ce qu'un mauvais esprit en aurait pensé.

Cela non plus, je ne puis le croire bien sûr. Ce n'est pas possible dans mon diocèse qui est un diocèse d'ouverture et d'écoute.

Il ne s'agit pas non plus pourtant de faire de l'ethnocentrisme et de laisser de côté les souffrances des autres peuples et des croyants d'autres religions, quelles qu'elles soient, mais de parler AUSSI de ces chrétiens qui souffrent et dont on parle trop peu dans nos diocèses et paroisses.

C'est aussi un peu comme dans une famille, si un chrétien ne s'occupe pas du sort de ses frères et sœurs dans la foi, il sera moins crédible quand il prétendra aider ceux qui n'ont pas la même foi ou pas de foi du tout d'ailleurs. Cette cause nous touche, car ce se passe en Irak a des répercussions en France, quant au dialogue avec l'Islam, quant à la foi des chrétiens, c'est un défi qui nous est lancé quant à nos choix en tant que croyants, mais aussi en tant qu'incroyants : que fait-on pour soulager les souffrances des chrétiens d'Irak ? Et des chrétiens du Proche Orient ? Que fait-on pour les aider à rester chez eux ? C'est aussi une question posé aux musulmans, vont-ils réagir en se félicitant de ce qui arrive ? Du choc des civilisations que beaucoup d'inconscients, également en Occident, appellent de leurs vœux ?

A la fin de la discussion sur facebook la personne chargée de la com du diocèse de progrès auquel appartient ce chrétien finit par lui envoyer un message lui conseillant de joindre son curé de paroisse pour organiser quoi que ce soit le tout sur un ton très informel, une manière comme une autre d'envoyer une fin de non-recevoir poliment mais clairement, en laissant un lien comme un os que l'on jette à ronger.

C'est dommage...

Mais de quoi ces chrétiens ont-ils peur ?

De s'affirmer ? D'être eux-mêmes ?


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Amaury Watremez 23220 partages Voir son profil
Voir son blog