Magazine Cinéma

Frozen, critique

Publié le 22 février 2011 par Fredp @FredMyscreens

frozen thumb

C’est parti pour les vacances aux sports d’hiver. Mais pour en profiter, espérons que vous ne restiez pas bloqués sur un télésiège comme les héros de Frozen.

frozen affiche
Les huis-clos sont un peu à la mode en ce moment. Dans la lignée de Buried ou autres 127 Heures, ce Frozen est sorti aux Etats-Unis depuis un petit moment déjà mais devrait arriver directement en dvd chez nous (enfin si il y arrive). Et si le pitch de départ (3 ados coincés sur un télésiège) fait forcément penser à la mésaventure de jean-Claude Duss dans les Bronzés font du ski, on déchante très vite quand on voit la situation des 3 héros empirer.

Oui on se dit au départ que l’histoire ne va pas aller bien loin et que c’est tout de même ballot d’être coincé à 100 mètre du sol, d’autant que les trois protagonistes sentent le cliché à 3 kilomètres. Mais voilà, à mesure que le récit avance, on se prend plutôt bien au jeu. Le froid et la neige fond des ravages sur ces individus bloqués pendant un très long week-end. Une fois la situation en place, on commence à gratter le vernis qui se cachait sous les personnages très lisse pour découvrir des personnes humaines, aux réactions naturelles face à ce qui leur arrive.

frozen
En cela les comédiens échappés de séries TV sont donc plutôt convaincants et arrivent à nous faire croire qu’il n’ont pas d’autre solution que d’attendre dans le froid.

Mais il faut compter aussi sur la réalisation d’Adam Bell qui, pour un premier film, se débrouille plutôt bien et va même éviter le film trop larmoyant ou le gore à effet choc. Lorsqu’il arrive quelque chose, on a mal très  mal et il y va parfois sans concession.

Frozen, critique
Le réalisateur arrive à faire monter la pression et, si elle se relâche dans la dernière partie pour vite terminer le film, l’ambiance est bien là et on ne pense jamais au manque de moyens.

Si l’on aurait pu croire à une série Z ultra-cliché avec uns scénario abracadabrant en voyant le pitch, Frozen est donc en fait une plutôt bonne surprise dans le registre du thriller de série B hivernal. En contournant plutôt habilement les clichés propres au film ados, le réalisateur Adam Bell démontre qu’il sait entretenir une ambiance et révèle un petit potentiel à suivre dans le genre.


Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Fredp 9140 partages Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Dossiers Paperblog

Magazines