Magazine Cinéma

Contre-Espionnage - They Met in the Dark, Karel Lamac (1943)

Par Just1 @JustinKwedi
Contre-Espionnage - They Met in the Dark, Karel Lamac (1943)
Dégradé après avoir perdu son navire sur de faux ordres ennemis, Le commandant Heritage se lance a la recherche des espions responsables de sa destitution.
Brillant, alerte et inventif, They met in the dark est un des thrillers d'espionnage les plus réussis du cinéma anglais de l'époque. Comme souvent dans ce type de production, le mètre étalon qualitatif est Hitchcock et si ce n'est la mise en scène moins inspirée de Karel Lamac on est tout proche des sommets du Maître du Suspense. L'aspect qui frappe en premier sur ce terrain là est le rythme trépidant du film. Le récit s'ouvre sur le procès de l'officier britannique Heritage (James Mason) qui dupés par des ordres erronés est responsable de la perte de son navire et se trouve alors d'entrée radié de l'armée. Pas de scène introductive du drame ni même une séquence en flashback pour montrer le déroulement des évènements dramatiques qui lancent l'histoire, on est directement lancé sur l'enquête que va mener Heritage revenu à la vie civile pour prouver son innocence.
Contre-Espionnage - They Met in the Dark, Karel Lamac (1943)Tout le film se poursuit sur ses bases de pure efficacité elliptique porté par un scénario particulièrement astucieux et riches en coup de théâtre surprenant. Heritage croise sur sa route Laura Verity (Joyce Howard) jeune femme fraîchement débarquée de son Canada natal dans une demeure qu'il inspecte et où va se trouver un cadavre dont elle va le soupçonner d'être le meurtrier. Cadavre qui va se volatiliser lorsqu'elle amènera la police sur les lieu et il va ainsi s'ensuivre un piquant chassé croisé amoureux entre les deux personnages, Mason devant parallèlement à ses investigations protéger la jeune femme bien décidée à prouver la vérité de ses dires.
Contre-Espionnage - They Met in the Dark, Karel Lamac (1943)James Mason est absolument parfait de prestance, d'esprit et d'humour en espion séducteur et forme un duo étincelant avec l'oubliée Joyce Howard qui transcende par sa vivacité et son charme ce qui s'annonçait comme un rôle de faire valoir féminin écervelé et il n'en est rien. Les scènes de séduction ou d'altercation entre eux évoque le meilleur de la screwball comedy et amènent constamment une touche de décontraction bienvenue dans cette intrigue tortueuse.
Contre-Espionnage - They Met in the Dark, Karel Lamac (1943)Le script nous amène ainsi sur la piste d'une compagnie de spectacle aux agissements douteux et dont les membres dissimulent des agents nazis. Cet univers du spectacle amènent son lot des situations inattendues quant à l'usage des talents des artistes espion avec une révélation franchement épatante dans la dernière parti quant au plan ennemi et qui explique l'escamotage narratif si étonnant en ouverture. Le film croise la touche typiquement british (l'humour constant, les personnages secondaires loufoque comme le bras droit de Mason joué par Edward Rigby) avec une esthétique plus influencée par les origines disparates de ses instigateurs. Karel Lamac d'origine tchèque retrouve ainsi son compatriote Otto Heller à la photo, le tout produit par l'émigrant roumain (et producteur très interventionniste) Marcel Hellman.
Contre-Espionnage - They Met in the Dark, Karel Lamac (1943)Certaines séquences surprennent ainsi par leur expressionnisme très prononcé comme la poursuite dans la nuit noire campagnarde en début de film, tout en ombres inquiétantes. Le montage percutant d'un certain Terence Fisher est au diapason du côté mystérieux et déroutant du film et on ne s'ennuie pas une seconde. Excellent casting pour compléter avec notamment David Farrar et surtout une mémorable galerie de méchant avec un Karel Stepanek adepte de l'étranglement au foulard ou encore Tom Walls qui se joue de son image d'amuseur pour révéler un manipulateur machiavélique. Très bonne surprise donc !
Sorti en dvd zone 2 anglais dépourvu de sous-titres.
Petite curiosité une scène coupée du film mais qui donne une bonne idée du ton

Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Just1 4635 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Dossiers Paperblog

Magazines