Magazine Marketing & Publicité

Daniel Bô : « tout le monde fait du contenu, mais pas forcément du brand content » (1/3)

Publié le 23 août 2011 par Yann Gourvennec @ygourven

Daniel Bô : « tout le monde fait du contenu, mais pas forcément du brand content » (1/3)

Daniel Bô, directeur et fondateur de l’institut Quali-Quanti (institut d’études généraliste-spécialisé dans les médias) et coauteur de l’ouvrage Brand Content (2009, Dunod), nous parle de contenu de marque dans la première de ces 3 interviews à Visionarymarketing. Présentation du Brand Content dans cette première partie, dont voici une transcription synthétique de la vidéo : Pourquoi « Brand Content » ? Il existe une tendance lourde des marques qui se lancent dans le Brand Content et qui cherchent à s’approprier une catégorie Est-ce un phénomène nouveau ? Les marques développent du contenu depuis 1 siècle (Michelin, L’Oréal, SEB …). Ce qui est nouveau, c’est que ce mode de communication est devenu un pivot. Il ne s’agit pas que d’un phénomène Internet Le magasin doit aussi véhiculer du contenu. On ne peut plus se contenter de présenter des produits dans un magasin, vous racontez aussi une histoire. Y a-t-il saturation de contenu ? Tout le monde fait du contenu, mais pas forcément du contenu de marque, c’est le meilleur contenu qui gagne Comment créer un contenu gagnant ? Il faut générer de l’enthousiasme. Pour cela il y a 3 qualités indispensables :
  • premièrement, la qualité éditoriale (celle-ci peut répondre à divers critères) ;
  • deuxièmement, la visibilité du contenu ;
  • troisièmement, il faut que ce contenu soit associé à la marque.
L’UGC fait parti du Brand Content et il permet l’abondance de contenu, mais… Ces contenus ne sont souvent pas d’un niveau de qualité suffisante. la marque doit faire le filtre ou retravailler le contenu (peut être du témoignage, mais pouvant aller jusqu’au Crowdsourcing) exemple : Castorama qui crée une plate-forme de conseil lié au bricolage ou les clients peuvent échanger des conseils contenu « pro-am » (pro-amateur) S’agit-il d’un nouveau métier ? C’est l’évolution de plusieurs métiers en fait. Quelques exemples de divers acteurs de ces nouveaux contenus :
  1. La Redoute créant son propre contenu ;
  2. Des agences qui deviennent de plus en plus des agences de contenu (issu du numérique ou de la promo des contenus eux-mêmes) ;
  3. Services complets de diffusion de contenu (comme Dailymotion par exemple-transparence : je travaille pour Orange qui a une participation dans cette entreprise) ;
  4. Producteur de contenu proprement dit
Le publi-reportage n’est pas du Brand content. Il y a trois défauts :
  1. Il est un peu bas de gamme
  2. Le publie promotion et parfois fallacieuse
  3. Les sujets ne sont pas toujours très intéressant
En conclusion, le publi-reportage a énormément de potentiel, mais il ne s’agit pas de grandes compagnies proprement dit. Contre exemple : Pampers qui fait un DVD pour expliquer comment le bébé perçoit le monde depuis le ventre de sa mère, ça c’est du Brand Content pas de la publi-promotion. Daniel Bô : « tout le monde fait du contenu, mais pas forcément du brand content » (1/3)

Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Yann Gourvennec 5728 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte