Magazine Bd & dessins

Peut-on se passer de mère ?

Par Aloysius Chabossot

Pour prouver que ce blog ne vous aidera définitivement pas à devenir le nouveau Marc Lévy (il faudra déjà attendre que l'autre soit mort), mais qu'il est bel et bien devenu  le repère du grand n'importe quoi.
 

Peut-on se passer de mère ? D’un point de vue pratique, cela paraît peu probable. Ainsi, l’œuf a forcément besoin d’une poule pour voir le jour. Un œuf tombé du ciel n’est pas concevable, ne serait-ce que parce qu’il se casserait immanquablement sur le sol à son atterrissage. Ce qui est incompatible avec son objectif premier qui est de rester intact le plus longtemps possible. Donc l’œuf a besoin de la poule, et pourtant, une fois répandu au fond d’une poêle, côtoyant champignons ou fromage, selon les goûts, il n’a que peu de pensée pour sa génitrice. Cela peut s’explique par le fait qu’il l’a finalement assez peu connue.

Concernant l’homme, c’est tout à fait différent. L’homme a besoin d’une mère, ne serait-ce que pour nettoyer à l’aide d’un mouchoir humecté de salive le chocolat qu’il a autour de la bouche.

Par ailleurs, une étude américaine a récemment démontré que, dépourvu de mère, l’homme se met très vite à faire n’importe quoi : il se nourrit exclusivement de bonbons, porte son slip plusieurs jours d’affilée et s’abîme les yeux à regarder des films cochons sur Internet au lieu de travailler dur.

Plus contrariant encore : sans mère, l’homme n’aurait plus d’idéal féminin. Ainsi dépossédéde ses repères esthétiques, il ne pourrait plus passer son temps à arpenter les boîtes de nuit à la recherche d’un spécimen présentant peu ou prou les mêmes attributs que sa génitrice. (Ce qui peut parfois s’avérer un véritable casse-tête, si l’on connaît la mère de Michel Sardou).

Et puis, on ne saurait pas à qui offrir nos cadeaux le jour de la fête des mères. Les rues seraient alors pleines de gens errants avec les bras chargés de machines à pain Seb, de pierrades Tefal, de fours à micro ondes Goldstar, enveloppés dans de jolis papiers aux reflets chatoyants. Tout à leur chagrin, ils oublieraient d’aller travailler, et à courte échéance, ça serait la fin du monde.

Oeuf-au-plat-chocolat.jpg

Kévin..? C'est toi Kévin ? OH MON DIEU !

 


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Aloysius Chabossot 1227 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte