Magazine

Les discussions politiques sur les bords et au milieu

Publié le 04 octobre 2011 par Amaury Watremez @AmauryWat

Sur Agoravox aussi

  image ci-dessous prise ici

Je ne me crois pas plus intelligent ni plus bête d'ailleurs que quiconque, mais j'ai toujours eu du mal à concevoir que deux personnes échangeant sur un sujet politique puissent

david_manuel.jpg

avoir, surtout quand cet échange est musclé, un point de vue véritablement pensé et construit. On distingue le plus souvent derrière la polémique des prétentions, des vexations, des aigreurs, des naïvetés, voire un désir de séduction par la domination dans le dialogue, surtout quand l'interlocuteur que l'on cherche à convaincre est une interlocutrice qui fait du 95D et, ou, porte magnifiquement des minijupes.

Si celle-ci refuse de se laisser convaincre, bien sûr, l'interlocuteur en sera quitte pour une introspection rapide, si j'ose dire (je parle de masturbation intellectuelle bien sûr).

Cela consiste généralement à se balancer des lieux communs à la figure. Quand il n'y a plus de lieux communs ou de clichés à se jeter à la face, on arrive généralement aux injures et aux attaques personnelles outrancières la plupart du temps. Attaquer sur le physique, l'apparence, permet de ne pas à avoir à trop se fatiguer pour argumenter.

Les concepts de « droite » et « gauche » sont en soi simplistes également, ils viennent de l'emplacement de la première assemblée constituante, les plus « révolutionnaires » étant à gauche, les moins « révolutionnaires » à droite, les indécis, qui se décidaient généralement pour le plus fort, au centre, dans ce que l'on appelait « le marais ».

C'est à peu près à la même époque que la bourgeoisie a pris le pouvoir en France, et l'a conservé depuis, sur une imposture flagrante, laissant croire à l'abolition des privilèges, on sait d'ailleurs qu'en 2011, il n'y a plus aucun privilège, c'est bien connu.

A gauche on pense que la gauche défend les pauvres et que la droite c'est les riches, à droite, on dira que la gauche prône un égalitarisme insupportable tandis que la droite suggère une compétition saine.

Pour la plupart, il est impossible de concevoir que l'on puisse être de droite et anti-consumériste, de gauche et libéral alors que ces deux catégories existent bel et bien.

Et je ne parle même pas de ceux qui lorsque l'on aborde certains sujets, que l'on ose en parler vous traitent de « fâââchistes », ou de « nazis », voire de « gauchiste », ça arrive quand on remet en question le libéralisme, ou de « stalinien » ou « bolcho », plus rarement cependant il faut bien le reconnaître.

Et finalement, au bout du compte, on s'aperçoit que les intervenants n'ont pas réellement d'idées en soi, qu'ils sont parfois d'accord au fond.

Parfois, il en est qui prétendent renier les idées qui leurs sont venues de par leur éducation, de leur enfance et leur adolescence. Toujours, un jour ou l'autre, celles-ci finissent par leur revenir au cœur, à les remuer, car au fond on devient l'adulte qui était déjà en germe à ce moment.

Dans la « vraie » vie vraie de vraie des « vrais » gens de la « vraie » réalité, comme sur Internet, qui aux yeux de beaucoup encore ne serait pas la « vraie » vie, au zinc du « café du commerce » ou du « rendez-vous des chasseurs », à la buvette de l'Assemblée Nationale ou celle du Sénat, c'est partout pareil, les discussions politiques ne reposent que sur un ou deux slogans faciles à retenir, faciles à ressortir, des concepts simples, simplissimes même, et qui ne nécessitent pas beaucoup de réflexion personnelle.

Cela revient à jouer à « Robin des bois » en restant d'un manichéisme au ras des pâquerettes.

En gros, cela revient à ça : « celui qui pense comme moi » est dans le camp des gentils » ou « celui qui me contredit ou ne pense pas comme moi » est dans le camp des méchants, sans rien entre les deux, alors généralement, l'analyse d'un fait peut se nuancer beaucoup plus qu'en se tenant à l'analyse binaire.


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Amaury Watremez 23220 partages Voir son profil
Voir son blog