Magazine Culture

Je renaîtrai de vos cendres - Elisabeth Brami

Par Bookenfolie @bookenfolie
Je renaîtrai de vos cendres - Elisabeth Brami
Je renaîtrai de vos cendresElisabeth Brami
Flammarion JeunesseCollection Emotions240 pages13€
Sosha est en terminale. Voici son journal et plus encore. Sosha se sent comme un volcan prêt à cracher à tout moment ses laves brûlantes. Depuis qu'elle est née, c'est plus fort qu'elle, tout l’écœure et l'enrage. Que comprendre de ce feu intérieur qui l'embrase et l'épuise ? Comment faire le choix de la vie, et surtout en cette année où l'Histoire la rattrape ?
______________
Ma Chronique :
En découvrant ce titre dans lanouvelle collection de Flammarion, j’avais été très intriguée. Le titre étaitfort et prenant. La couverture simple mais attirante. Mon avis sur ce roman estambiguë. A la fois j’ai beaucoup aimé, mais en même temps, certaines chosesm’ont rebuté. Je vais vous laisser analyser…
« Je renaîtrai de voscendres » est écrit sous forme de journal intime. Il raconte une partie del’adolescence de Shosha. Pour elle, écrire est une façon d’exposer tous sessentiments refoulés, ceux qu’elle ne dit pas à ses parents. On la découvre abattue,presque suicidaire. Elle a l’impression de ne pas avoir sa place dans le mondequi l’entoure. A travers des poèmes modernes et des citations qui nous ouvrentl’esprit, nous découvrons Shosha et tous ses états d’âme, sa sensibilité cachéeet son humour caustique. L’auteur lie la deuxième guerre mondiale et la vie deShosha à son récit afin de nous faire comprendre que le présent et le passé nepourront jamais être effacé… Un roman très expressif, où de bellesilluminations nous apparaissent comme par magie !
Je vais commencer par le pointqu’y m’a le plus gêné, celui m’a beaucoup fait réfléchir. Il s’agit del’écriture, du style. Il est incontestablement fort, mais parfois je l’aitrouvé tellement dur et brutal qu’il m’a rendu triste, jusqu’au point de merévolter. Shosha est tellement triste qu’elle ne veut plus de sa vie. Elleparle de la naissance, de l’enfance et de la vie comme étant une chose repoussante etécœurante. Moi qui a vécu une enfance et une adolescente plutôt simple etagréable, j’ai du mal à m’imaginer toute la souffrance qu’elle a pu endurer. Jene trouve absolument pas que ce qu’écrit l’auteur est irréel, mais ses proposm’ont trop touché, pour presque rejeter le livre par peur de toute cettecruauté. Je pense tout simplement que ce livre ne m’était pas destiné. Il conviendraitbeaucoup plus à une adolescente qui souffre énormément, ou à un public plusmature.
Voici un extrait qui m’aparticulièrement marqué :
« Je me demande pourquoi j’ai tant insisté pour exister. Pourquoij’ai tenu à accompagner ma mère au bout de sa grossesse sans la planter dansune mare de sang. Pourquoi j’ai tellement voulu naître, moi, le corps étranger,le haricot rouge gluant qu’on n’attendait pas, qu’on ne voulait pas connaître !Moi, le secret de Polichinelle dans le tiroir de ma mère. Le cadeau bonus de sapochette-surprise. »
Le texte est d’une force incontestable,mais c’était trop pour moi.
La structure du roman est trèsintéressante et très recherchée. Tout d’abord, il s’agit d’un journal intime,la structure est donc déjà particulière. A part le récit principal, nouspouvons découvrir des citations d’auteurs qui m’ont beaucoup plu par leursincérité, mais aussi des poèmes écrits par Shosha qui sont modernes et quiretransmettent très bien ses pensées. Cela donne un côté actif au récit !
Elisabeth Brami, l’auteur, asouhaité introduire un sujet très connu qu’est la Deuxième Guerre Mondiale. Cethème devenait de plus en plus courant au fil de la lecture, et au début, je n’encomprenais pas l’intérêt. Par la suite, le puzzle se met en place et cela donne uncasse-tête très intéressant à découvrir par sa subtilité. Vraiment, bravo l’auteurpour toute cette mise en place !
Comme « Je renaîtrai de voscendres » est un journal intime, le personnage principal est Shosha, cesont ses pensées qui font avancer l’histoire. On découvre son fort caractère qu’onpourrait peut-être même qualifier de « mauvais caractère », mais ceciest subjectif, car derrière se cache une souffrance inavouée. Comme je le displus haut, je ne vais pas vous dissimuler que j’ai eu du mal à me mettre à sa place,mais ça ne m’a pas empêché de compatir et de suivre cette courte période de savie. Il n’y a quasiment qu’elle comme personnage apparaissant dans ce roman. Jevous avoue que le manque de protagonistes m’a un peu laissé sur ma faim, même si c’estun but du roman : la solitude. J’espérais trouver le contraste… Qui estapparu, mais pas autant que je l’aurais espéré.
Pour conclure, j’espère que vousaurez compris que ce roman est d’une réelle qualité. C’est juste que « moi »,la petite personne qui se cache derrière votre écran a été trop sensible pourpouvoir dire qu’elle a aimé. Le thème de la vie, de son sens et de l’espoirsont maniés avec brio. Mais j’ai trouvé trop dur, tout simplement. Jeconseillerais donc (sans hésitation !) ce roman à des plus grands !
Merci aux Éditions Flammarion pour m'avoir offert ce roman !

Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Bookenfolie 5123 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Dossiers Paperblog

Magazines