Magazine Info Locale

Philippe Brébant nous parle du Costa Concordia

Publié le 17 janvier 2012 par Havrais

La nouvelle d’une telle catastrophe plonge les amoureux des paquebots dans une grande tristesse comme peuvent l’attester les communiqués de presse ou vidéos postés sur le net.

Barcelona 170.jpg
Pour mémoire, le COSTA CONCORDIA faisait parti d’une série de 6 paquebots identiques, dont 4 ont été livrés à Costa ces dernières années et 2 à l’armateur Carnival. L’an dernier Costa à procédé à la mise en service du dernier des 4 le COSTA FAVOLOSA et le port du Havre va accueillir cette année pour la première fois l’un de la série, le COSTA PACIFICA. Ces navires de 290 m de long et 35 m de large pour 114.500 tonnes peuvent accueillir jusqu’à 3 000 passagers (sur une basse d’occupation double) avec 1 100 membres d’équipage. Légèrement plus grand que la série du COSTA MAGICA, qui comprend 4 navires dont 2 attribués à Costa et qui feront escale au Havre cette année : COSTA MAGICA et COSTA FORTUNA pour rappel et comparaison : 272 m de long et 35 m de large pour 105.000 tonnes et 2 720 passagers.

C’est la première fois qu’un paquebot du groupe Carnival est victime d’un naufrage avec une perte humaine aussi importante. Il faut remonter à juillet 1984 et a COLUMBUS C, pour évoquer un naufrage chez Costa, qui n’avait causé aucune perte humaine lors de sa sortie du port de Cadiz. Construit en 1953 comme KUNGSHOLM pour la Swedish American Line, il était devenu l’EUROPA de la Hapag Lloyd puis COLUMBUS C en 1981. Renfloué par la suite il sera démoli à Barcelone. COSTA CONCORDIA est le premier navire d’une nouvelle génération victime d’un naufrage qui fera sans doute acte dans le secteur aujourd’hui endeuillé.

Leader Européen de la croisière, et premier sur le marché français, talonné par MSC Croisières, Costa Crociere fait parti du groupe Américan Carnival. Elle arme une flotte de 16 paquebots et 2 navires en construction dont la mise en servie est prévue cette année et en 2014. Costa a été fondé en 1924 par la famille Costa, négociants en huile végétale. En premier lieu prévu pour faire du cabotage sur les ports Méditerranéens, ils assureront ensuite des liaisons régulières vers l’Amérique Latine en commençant à transporter quelques émigrants. Au lendemain de la seconde guerre mondiale, la compagnie se tournera vers le tourisme en continuant à assurer des lignes régulières et en mettant en service des anciens cargos mixtes adaptés à la croisières comme le FRANCA C, ANNA C et ANDREA C. Le premier navire spécialement construit pour la compagnie sera le FEDERICO C en 1957, puis les itinéraires croisières seront plus largement développés avec l’arrivée de l’aérien qui supplantera les liaisons régulières notamment vers Buenos Aires. En 1966, la compagnie mettra encore en service un ultime navire sur cette ligne l’EUGENIO C et développera les croisières aux Caraïbes avec le FLAVIA puis le CARLA C qui n’était autre que le FLANDRE de la compagnie Générale Transatlantique.

30 ans plus tard, la compagnie sera rachetée par le géant américain qui mettra tout en œuvre pour développer la flotte Italienne pour qu’elle devienne celle que nous connaissons aujourd’hui. Très populaire en Italie, l’annonce du naufrage du COSTA CONCORDIA a jeté une vague de panique en particulier sur Gênes, où bon nombre de membres d’équipage sont originaires.

Philippe Brébant est Président de l'Association des Amis des Paquebots et Marine Marchande (APMM).

Texte et photo Philippe Brébant.


Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Havrais 23749 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazine