Magazine Afrique

L'organisation du Festival Tamasonghoï

Publié le 24 janvier 2012 par Almaimoune @blogbourem
L'organisation du Festival Tamasonghoï

Le festival Tamasonghoï est organisé par l'association Action-Jeunes de Bourem sous la houlette d'Abdou Zoulla Touré, chargé de la prorammation à la Radio Communautaire de Bourem (RCB), actuel chef de service jeunesse, sports,arts et culture de Bourem, secretaire génerale coordination locale des jeunes de Bourem, bref etc.

Pour l'organisation du festival les tâches sont departagées: Eau, assainissement, mobilisation, pagnes,tee-shirts,accueil,hebergement,restauration,entretien des cheveaux,pirogues,programmation,artistes etc.

Et à la tête de chaque commission il y'a un chef. Ceci pour permettre une meilleure organisation mais qu'est ce qu'on remarque.

On met celui qu'on veut mais pas celui qu'on doit mettre. Bourem est petit tout le monde se connait. Lorsque vous mettez une vendeuse de produits cosmétiques à la tête de la commission de restauration il va de soi qu'il y'ai des indignés car tout le monde sait qu'il y'a des restaurataires excellentes à Bourem qui ne font que ça. C'est leur boulot. Quand c'est un festival c'est le moment pour ces femmes de se faire valoir et de montrer la vraie gastronomie bouremienne aux étrangers. Séminaires, formations, conferences, rencontres, forums elles couvrent la restauration de tous ceux ci. Elles sont à Bourem et les gens les connaissent. Mais comme le festival c'est pour eux ils mettent des membres de leurs familles, des amis etc. etc. Il faut "L'homme qu'il faut à la place qu'il faut" pour que ca puisse aller mieux.

Une illustration: Il y'a des tickets au festival à prendre pour manger. Pour un plat de riz au gras c'est 2500 FCFA pire même pour un verre de café c'est 2500 FCFA on est à Bourem, région de Gao au Mali je vous le rappelle. Et qui paye les frais? Les partenaires, les sponsors...Mais si ça continue on va fuir. 11 Millions de FCFA pour la restauration et tout ça est géré pas par un restaurant agréé de la place comme Restaurant ANNOURA ou encore Restaurant DAKANA non par la propriétaire d'Aicha SHOP boutique de vente de produits de beauté et de cosmétiques et divers. Le verre de café coûte 200 Fcfa sur place ds le resto de l'AJB. Un plat de riz au gras qu'on paye à moins de 1000Fcfa coûte labas 2500Fcfa. J'ai rencontré des festivaliers venus de Gao qui m'ont dit que si c'est comme ça ils ne se rendront plus jamais au festival Tamasonghoï. Malgré tout s'il y'avait des touristes étrangers d'accord, je n'y vois pas d'inconvéniant mais pas de touristes étrangers entre nous même il faut voir un moyen pour au moins ne pas nous décourager à participer au festival.ça c'est l'aspect restauration avec lequel j'ai pas encore fini car il faut qu'on sache là où ça ne vas pas pour qu'on puisse réparer pour les éditions à venir.

Certains membres de l'AJB que j'ai approché m'ont fait savoir qu'ils attendent seulement le festival pour avoir des sous et finir leurs maisons qu'ils ont commencé MDR. Le festival est juste une occasion pour ces jeunes de manger sur le dos des sponsors??

Moi je dirais que le festival Tamasonghoï est une initiative de l'Association Action-Jeunes pour gagner de l'argent seulement mais le festival proprement dit est organisé par l'honorable députée élue à Bourem Mme Haïdara Aïchata Alassane Cissé de l'agence de voyage et de tourisme WANI TOUR avec l'aide de ses partenaires comme la Fondation Orange et d'autres c'est tout voilà.

C'est pour cela que beaucoup de Bouremiens et surtout des étudiants avec lesquels j'ai causé en venant m'ont affirmé que si jamais Chatto venait à ne pas être réélue aux législatives de juillet 2012 le festival ne sera plus organisé. Et c'est vrai en prenant compte de beaucoup de facteurs sur le plan du financement et de l'organisation.

La commission mobilisation est gérée par Jahou Mohomane Touré, chef d'entreprise et fils de l'ancien chef de village de Bourem Mohomone Jahou. Et au vu des observateurs pour la plus part des étudiants il y'a eu beaucoup de monde au festival car il a des rélations avec toutes les communes de Bourem et les chefs de village.

Le reste des commissions sont gérées par surement des membres de l'AJB car on en parle pas trop. On ne sait pas qui s'occupe de l'eau de l'assainissement, des artistes etc.

Ah o fait il parait que c'est Abdou Hamina, trésorier AJB qui s'occupe des tentes, des tee-shirts et plein d'autres à la fois. Kassoum Sanogo dit KOLO s'occupe des pionniers et plein d'autres. Mahamadou Boubeye pote sûr d'AZT s'occupe des va et vient Gao-Bourem et chaque va et vient lui vaut 50 000 Fcfa aux dires de certains membres de l'AJB. Tout l'argent va dans leurs poches et le festival a toujours des manques à gagner pour être un grand festival national pourquoi pas international comme le festival au désert d'Essakane ou encore le festival sur le Niger de Ségou. Voici ce qu'ils font en réalité: concerts avec des artistes, danses (takamba; cette année ils n'ont même pas fait), village artisanal (avec exposition/vente, decor des cases)course de cheveaux,course de pirogues et la conference c'est tout.

NB: C'est mon blog et je dis ce que j'ai appris de sources proches.


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Almaimoune 40 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Dossier Paperblog